Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Shovel – Auteur de Six Runkels en Amborie

Rencontre avec Shovel – Auteur de Six Runkels en Amborie

Paru il y a bientôt un an, le premier tome de Six runkels en Amborie n’est pas passé inaperçu. Un album sympa réalisé par un auteur, vivant à la Réunion, qui ne l’est pas moins. Nous l’avons rencontré pour vous.

Chronique de l’album ici !

Retrouvez les images de l’album à la fin de l’interview.

Bulle d’encre : Bientôt un an que le premier tome de Six runkels en Amborie est paru, quel bilan tires-tu jusque là ?
Shovel : J’ai appris beaucoup grâce à cet album. Il m’a permis d’être pris au sérieux par les acteurs du monde de la BD, lecteurs comme auteurs ou éditeurs, tous m’ont appris de nombreuses choses. Ce premier opus de la série a joué à fond le rôle que doit jouer la première série d’un jeune auteur (de 40 ans, avec une longue barbe qui habite la Mouria, comme dirait Jean-Luc Masbou ! rires). Il m’a montré que les lecteurs attendent d’une suite qu’elle tienne les promesses faites lors du premier tome ! Ce sera le cas, je leur assure ! Mon éditeur (Epsilon) fait des sacrifices qui sont énormes pour une structure comme la sienne pour que nous ayons une visibilité « normale ». Et cela paye puisque du salon d’Angoulême 2007, aux librairies où je dédicace depuis la sortie du tome 1, y compris les librairies métropolitaines, le public est sensiblement en augmentation.

BDE Comment a été accueilli ton album à la Réunion (île où vit l’auteur) ?
S :
Ici, tout est un peu faussé, car tout ce qui parle en bien de La Réunion ou qui l’exporte de façon positive est nécessairement bien vu, presque traditionnellement bienvenue. L’album n’a pas fait exception, puisqu’il est même devenu le best-seller du dernier salon du livre jeunesse de notre île. Mais le lectorat Réunionnais est aussi informé que le reste de l’Europe de ce qui se fait, aussi, je suis mis en confiance par cet engouement relatif.

BDE : La BD en général est-elle présente dans la culture réunionnaise ?
S :
La BD est très présente dans la culture Réunionnaise. Par atavisme, d’abord, puisque par sa nature cosmopolite, et l’origine de son multi-peuple, La Réunion s’est trouvée dans l’obligation de faire communiquer ses différentes composantes par le langage universel de l’image. Ensuite, parce qu’il y a un éveil permanent vers le récit, l’aventure, le tragique ou le romanesque, qui sont à la base de l’histoire même de l’île. Enfin, parce que la jeunesse, très présente, dans une île où la technologie est aussi existante que dans n’importe quel département de métropole, tire le lectorat en général vers la découverte. Il se vend autant de BD chaque année à La Réunion que dans une grande ville de province. Pour preuve, le « cyclone BD », notre biennale de la BD, est fréquenté par de grands auteurs, et aucun, à ce qui se dit, n’a regretté d’être venu !

BDE : Qu’en est-il du second tome de ta série ?
S :
Il sera fini, je l’espère, pour la fin d’année. Je suis en mise en couleurs actuellement. Et comme je suis en colorisation traditionnelle, à la main, c’est un peu long ! Mais je ne peux pas gâcher à la couleur les progrès faits sur le dessin et l’encrage, donc je m’applique.

BDE : Merci à toi.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.
Interview réalisée le 3 juillet 2007.

Blog de l’auteur

Extraits du tome 1 et crayonnés du tome 2



Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*