Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jacques Lamontagne – Dessinateur des Druides

Rencontre avec Jacques Lamontagne – Dessinateur des Druides

« Nos frères et sœurs ont pour tâche de rédiger l’ensemble des légendes de Letavia et du monde celtique en général. Nous disparaissons Taran. Bientôt, si ces ouvrages ne sont pas rédigés et rapidement mis à l’abri, les générations à venir ne connaîtront notre histoire que par la version des vainqueurs. Nous deviendrons une matière morte et indéchiffrable, même pour notre descendance. »

Jean-Luc Istin et Thierry Jigourel au scénario, Jacques Lamontagne au dessin et à la couleur, voici le trio gagnant de cette série originale. Mêlant légendes celtiques et thriller, les auteurs proposent un nouveau genre de BD. Le public a plébiscité la série, appréciant l’histoire dense et les graphismes magnifiques. Pour témoigner du phénomène, Bulle d’Encre a interviewé le dessinateur québécois.

Chronique du Tome 3 des Druides ici !

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’interview.

Bulle d’Encre : Heureux du lancement du tome 3 des Druides ? Combien sont prévus ensuite ?
Jacques Lamontagne : Au moment de répondre à cette question, je n’ai toujours pas connu le lancement de notre tome 3. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’ici au Québec, on reçoit environ 60 jours plus tard les albums BD. Il serait trop coûteux de les acheminer par avion, donc ceux-ci arrivent par la voie des mers. Le lancement québécois de La Lance de Lug devrait se faire à la fin du mois d’août. Par contre, ce que je peux dire concernant sa sortie franco-belge, c’est que je suis plus qu’heureux de l’appui promotionnel que Soleil a installé autour de ce lancement. C’est signe que l’éditeur croit en notre série et je ne peux que m’en réjouir. Pour répondre à la deuxième question, ce premier cycle comprendra 6 tomes, nous en sommes donc à la moitié du récit.

BDE : Tu travailles déjà sur l’album suivant. N’as-tu pas parfois envie de sortir de cet univers ?
JL : Après trois tomes faits en rafale, il est certain que j’aimerais parfois me permettre de petites pauses afin d’explorer d’autres univers. À ce propos, je suis en train de monter un nouveau projet pour lequel je serai à la barre du scénario et du dessin et qui s’éloignerait de l’univers celte. Je travaille également à l’écriture d’un autre projet pour un dessinateur. Mais que les lecteurs se rassurent, Les Druides demeurent ma priorité et le rythme des sorties sera à peine ralenti si ces projets se concrétisent.

BDE : Toi qui es Québécois, comment t’es-tu plongé dans cet ancien monde breton ?
JL : Avec énormément d’appréhension ! Au tout début du tome 1, j’étais plus que nerveux d’avoir à illustrer des paysages où je n’avais jamais mis les pieds et une culture qui m’était presque inconnue. Pour moi, le druide se résumait à un personnage tout vêtu de blanc, avec une longue barbe et une serpe sous la ceinture. Fort heureusement, mes scénaristes m’ont appuyé à grand renfort de photos, gravures, etc. Au bout du compte, peu de personnes pouvaient deviner à la lecture de notre premier opus que ce dernier avait été illustré par un Québécois !

BDE : Les scénarii de Jean-Luc Istin et Thierry Jigourel t’ont ils déjà surpris ou appris des éléments de cette époque que tu ignorais ? En es-tu devenu un spécialiste ?
JL : Je ne cesse d’apprendre des choses intéressantes à propos de cette période de grands bouleversements. À mesure que j’avance dans le récit, je grossis mon bagage de connaissances. Thierry Jigourel, notre spécialiste de l’univers celte, continue de m’appuyer dans la recherche iconographique des Druides. De mon côté, ma bibliothèque contient de plus en plus d’ouvrages consacrés aux druides, aux Celtes et aux paysages bretons. Je n’oserais jamais me qualifier de spécialiste. Je ne tiendrais pas 5 minutes dans une discussion avec de vrais spécialistes. Tout ce que je peux dire, c’est que je mets toutes les énergies nécessaires à illustrer le plus fidèlement possible notre série.

BDE : Comment t’es-tu documenté pour reproduire les lieux, les costumes et l’apparence des personnages ? Est-ce un long travail de recherche ?
JL : Pour l’apparence des personnages, celle-ci se définit assez rapidement en lisant la description du personnage et le rôle qu’il aura à jouer. Pour certains, on frôle la caricature, pour d’autres, on joue davantage de subtilités dans les traits. Comme je le disais, pour les costumes et les lieux, Thierry Jigourel m’a apporté énormément d’aide. Sinon, je fouille dans des bouquins ou bien je me sers d’Internet et je valide avec mes scénaristes. Par contre, on a aussi à improviser, car bien peu de choses nous restent de cette période.

BDE : Tu travailles toi-même les couleurs. Quelles sont tes techniques pour donner une telle profondeur aux dessins ?
JL : Toutes les couleurs sont réalisées avec Photoshop et également un peu d’interventions avec de l’aquarelle traditionnelle. Pour ceux qui le désirent, quelque chose d’un peu plus précis comme explication peut être trouvé à cette adresse.

BDE : Certaines planches sont de magnifiques tableaux. Apportes-tu un soin particulier aux grands paysages ?
JL : Je suis un grand amateur de cinéma et de toute l’imagerie qui accompagne celui-ci. J’adore créer des ambiances cinématographiques. J’aime installer tel ou tel éclairage afin de faire sentir au lecteur l’humidité d’une cellule ou bien la chaleur du soleil qui filtre à travers les branches des arbres d’une forêt. Au-delà du récit, c’est la mission d’une bande dessinée de mettre en images des ambiances fortes, de faire sentir les sentiments des personnages. Si les images ne servent pas à cela, autant ouvrir un roman.

BDE : Les personnages sont particulièrement développés dans cette histoire. Prends-tu autant de plaisir à dessiner les expressions des visages ?
JL : J’adore travailler les mimiques des personnages afin de rendre justice aux dialogues de mes scénaristes. C’est pourquoi, j’ai un grand miroir devant ma table à dessin qui est le complice muet de centaines de grimaces…

BDE : Vous êtes de nombreux auteurs québécois à vous illustrer en BD, sans peut-être que le public ne le sache. Avez-vous un regard ou une spécificité particulière ?
JL : Nous avons très certainement une spécificité particulière car nous avons été bercés par deux cultures très fortes, celles des Etats-Unis et de l’Europe. Petit, j’aimais bien lire les histoires d’horreur des Creppy et Eery, des publications américaines, mais également celles de Tintin, Astérix et tous les autres classiques européens. De sorte qu’immanquablement nos influences proviennent de ces deux sources.

BDE : Le succès de vos séries se ressent-il au Canada ?
JL : La bande dessinée au Québec n’a pas le même statut qu’en France ou en Belgique. On en parle, on l’apprécie, mais pas à la même échelle que chez vous. Bien sûr, les gens qui gravitent dans ce milieu, soit les auteurs et les lecteurs, connaissent maintenant la série des Druides. Certains l’apprécient, d’autres pas. Il en faut pour tous les goûts. Mais je dois avouer que je suis encore étonné, lorsque je participe à certains événements liés à la BD, de voir des gens faire la file pour une de mes dédicaces. Ça me fait toujours un énorme plaisir.

BDE : Y a-t-il un autre registre que tu aimerais aborder en BD ?
JL : J’adore le fantastique, je suis un fan de Claude Seignolle, un auteur français incroyable qui a écrit des récits fabuleux et avec qui j’ai eu la chance de pouvoir échanger. Il est l’auteur de nouvelles magistrales et de romans puissants comme « Marie la Louve », « Le Chupador ». J’ai eu le plaisir de mettre en images une de ses courtes nouvelles, « Comme une odeur de Loup ».

BDE : Pour finir, sur quelle série aurais-tu rêvé de travailler ?
JL : J’aurais adoré travailler sur la série « Green Manor », de Bodart et Vehlmann. Cependant, après avoir vu les dessins de Bodart, personne ne pourrait se permettre de mettre en images cette série. Je suis fan du travail de Bodart et j’envie l’aisance de son trait. J’ai d’ailleurs acheté quelques-uns de ses originaux qui trônent fièrement sur les murs de mon atelier !

BDE : Merci à toi.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 15 juillet 2007.

Retrouvez plus d’infos sur les travaux de Jacques Lamontagne sur son site et son blog.

Extraits des Druides T3

© MC Productions/Istin/Jigourel/Lamontagne
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*