Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Roberto Ricci – Dessinateur des Ames d’Hélios

Rencontre avec Roberto Ricci – Dessinateur des Ames d’Hélios

« Regarde le paradis que les apocryphes nous avaient promis! Nos âmes sont sans doute à l’abri du ciboire, mais la grande fusion dans le Torkamak a de quoi rendre fou… Le pouvoir donne le plaisir. Prends-le et garde-le. Il m’a fallu du temps pour comprendre que bien vivre était plus important que bien mourir. »

En mars dernier sortait le quatrième et dernier tome des Ames d’Hélios, la formidable série imaginée par Saimbert et Roberto Ricci. Pour revenir sur cette aventure au scénario et au graphisme surprenants, le dessinateur transalpin nous a réservé une passionnante interview. Et si, pour lui, Hélios c’est fini, les projets ne manquent pas pour les années à venir.

Chronique du Tome 4

Retrouvez un extrait du tome 4 et quelques surprises en exclusivité à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Le Monde d’Hélios est très particulier. Quelles ont été tes références pour le créer ?
Roberto Ricci : Sans le désir de Saimbert, les décors et les personnages de cette série auraient été probablement très différents. Je partais avec une idée de science-fiction beaucoup plus aseptisée (comme le film THX 1138 de George Lucas par exemple), l’aspect gothique n’est venu qu’ensuite. C’est dommage que je ne puisse pas vous montrer les anciens croquis, car tout a été détruit. Pendant que je travaillais aux recherches pour la série, j’avais laissé mon cahier de dessins par terre, avec à l’intérieur tous mes croquis de la première version de Hélios… et un de mes chats a eu la bonne idée de faire pipi dessus ! Maintenant j’en ris, mais à l’époque ça m’avait bien énervé. Cependant, pour rassurer les défenseurs des animaux, je peux vous assurer que le coupable est toujours en vie (rires).
Sinon, Juan Gimenez a été mon « mentor virtuel » de par ses œuvres. J’ai tenté de me rapprocher au maximum de lui, même si ensuite j’ai bien évidemment rectifié le tir afin de trouver mon propre style. Sans lui, Hélios aurait été radicalement différent, surtout dans les couleurs et dans la technique utilisée. Au début, Adamov m’a aussi été très utile pour me dépêtrer d’entre les différents cadrages.

BDE : Les couleurs rendent presque palpable la misère de cette cité. Comment t’y es-tu pris pour donner cette impression saisissante ?
RR : Ma toute première idée était d’utiliser des couleurs très ternes, presque uniquement des gris. Hélios n’était pas vraiment un monde joyeux, et je pensais que ce choix serait pratique. Malheureusement, en raison de choix éditoriaux qui m’ont été suggérés, à partir du tome 2 j’ai dû utiliser des tons plus vifs, c’est-à-dire que mon idée a été brutalement déviée sur une autre voie. J’espère toutefois être parvenu à rendre malgré tout cette sensation de détérioration et de corruption, tant physique que conceptuelle, que réclamait la série. Mais parfois je me demande encore, en regardant les 4 tomes, ce qu’aurait donné Hélios dans sa « version plus grise »…

BDE : Comment s’est déroulée la collaboration avec Saimbert ? As-tu apporté quelques idées au scénario ?

RR : Pour le premier tome, je peux affirmer avoir suivi scrupuleusement le scénario de Saimbert. Tout ce que vous voyez vient de lui, bien que j’aie effectivement donné mon opinion sur l’un ou l’autre détail. A partir du second tome, j’ai beaucoup plus participé à l’élaboration du scénario. Il m’est arrivé parfois de supprimer des séquences entières pour les remplacer par d’autres. Bien sûr, j’en discutais avec Saimbert pour savoir s’il était d’accord.

BDE : Sans trop en révéler, que peux-tu dire de la fin de l’histoire ? Etais-tu au courant dès le premier tome ?
RR : Quand nous avons présenté le projet aux éditeurs, l’histoire était sous certains aspects différente de la version définitive. La fin était beaucoup plus concrète, plus simple. Au fil des ans, des personnages devant mourir sont finalement restés vivants jusqu’au bout. Mais Saimbert est resté relativement fidèle à son concept de départ. On peut dire qu’il a changé des événements sans toutefois trahir le message qu’il voulait au départ véhiculer avec Hélios.

BDE : Crois-tu qu’il sera possible un jour de suivre l’histoire d’autres personnages sur Hélios ? Aimerais-tu y revenir plus tard ?

RR : Je ne pense pas qu’il y aura un jour une suite à Hélios. Je n’aime pas beaucoup les séries qui, une fois achevées, cherchent à continuer d’une façon ou d’une autre. A mon avis, ce type d’histoires fonctionne rarement. Je ne dis pas qu’il n’y a pas des fois où c’est intéressant, mais c’est rare. De toutes façons, même s’il y avait une suite à Hélios, je ne la dessinerais pas. Pendant les années où tu travailles sur un projet, il se passe différentes choses autour de toi. J’ai commencé cette histoire à 25 ans, et j’en ai maintenant 30. Au fil des ans, j’ai mûri des idées et des projets que j’aimerais concrétiser dans mon travail. Ma vie a changé, et j’ai changé. Hélios a été mon tremplin vers le marché français, et il y aura toujours un lien spécial. J’ai eu de nombreuses inquiétudes en le commençant, j’ai fait beaucoup d’erreurs et en même temps il m’a beaucoup appris. Mais il est désormais temps de tourner la page. Je ne pense pas être parvenu à m’exprimer au maximum sur cette série. Peut-être n’y arriverai-je pas non plus sur la suivante ni sur la suivante encore… Mais tant que je ne trouverai pas la bonne façon de m’exprimer, que ce soit par le dessin ou par l’histoire que je raconte, je ne peux pas m’arrêter et je dois aller de l’avant. Poursuivre Hélios serait comme se mettre des œillères. Il y a des millions d’histoires qui attendent d’être racontées et vécues, et je n’ai pas l’intention de m’éterniser sur la première expérience. Hélios sera toujours pour moi le début important de quelque chose, qui doit cependant encore arriver. Faire une suite forcée réduirait tout ça à un simple et banal travail, rien de plus… Je dois dire que ce n’est pas ce à quoi j’aspire.

BDE : Maintenant que l’aventure des Ames d’Hélios est conclue, as-tu des projets ? Y a-t-il un autre registre que le fantastique ou la science-fiction que tu aimerais aborder ?

RR : Je pense que d’après ma réponse précédente, on devine que j’ai évidemment envie de raconter autre chose. C’est en effet ce que je suis déjà en train de faire. Je ne peux pas trop en dire pour l’instant parce que mon éditeur pense qu’il est trop tôt pour révéler l’histoire ou en montrer des planches. Dès que je le pourrai, je ferai de grosses révélations! Il ne s’agit pas de science-fiction, mais d’un thriller fantastique que j’ai écrit avec un ami, situé en Amérique dans les années 20. Il sera réalisé avec une technique très différente de celle d’Hélios. Je pense que si mon nom ne figurait pas sur la couverture de l’album, on croirait à un nouvel auteur sur le marché français ! J’espère que ceux qui m’ont suivi sur Hélios accepteront ce changement de style. D’autre part, je travaille sur d’autres projets : pour Robert Laffont, j’ai réalisé les storyboards d’une série, L’Ombre du Temps, qui sortira en octobre. Pour les Humanoïdes Associés, je supervise un autre projet qui s’intitulera Delta. Avec ma compagne Laura, nous finissons un livre pour les éditions Nocturne sur June Christy, une chanteuse de jazz américaine des années 40/50. Bientôt (si tout va bien !), j’ouvrirai un petit studio avec d’autres personnes, pas uniquement des dessinateurs. Je voudrais réussir à utiliser le dessin à 360° sans me reléguer forcément au rôle d’auteur de bande-dessinée. J’aimerais travailler dans les jeux vidéo, et surtout dans le cinéma. J’espère y parvenir un jour.

BDE : Quelle série existante aurais-tu rêvé de dessiner ?
RR : Donjon ! J’espère pouvoir un jour en faire un, qui sait ? J’adore aussi la première série de L’Incal, mais penser me mettre à la place de Moebius serait plus qu’un outrage, une véritable hérésie ! Moebius, plus que tout autre, est celui qui m’a poussé dans ce métier. Merci Monsieur Giraud !

BDE : Pour finir, peux-tu nous parler du concours que tu as mis en place à l’occasion de la sortie du dernier tome ?
RR : Le concours est né sur le site BD Gest’. Pour toutes les sorties d’Hélios, j’ai toujours organisé quelque chose, et toujours sur ce site. J’y suis très attaché, et de là sont nées diverses amitiés et expériences très importantes pour moi. Cette année, j’offrirai une planche des Ames d’Hélios au vainqueur. Si vous allez dans la rubrique des concours (ici), vous trouverez facilement cette initiative. Mais il ne sera pas facile de gagner (hé hé !), car il n’y aura pas les habituelles questions. En effet, je demande un dessin. Une illustration en rapport avec ma série. La date d’échéance est janvier 2008, vous avez donc encore tout le temps pour participer. J’espère que vous serez nombreux. On ne demande pas une grosse technique, juste l’envie de s’amuser un peu. Vous êtes libres de faire ce que vous voulez. Même des cases humoristiques ou parodiques. Bonne chance !
Merci à vous pour cette interview. Et à bientôt avec mon nouveau projet qui, j’espère, paraîtra début 2008.

BDE : Merci beaucoup à toi, et à Pierre Frigau pour la traduction.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 9 août 2007.

Extrait des Ames d’Hélios T4

Storyboards et planches définitives de L’Ombre du Temps (dessin et couleur de Paolo Grella)

Storyboard et planche définitive de Delta (dessin de Matteo Simonacci)

Planches pour le projet sur June Christy (avec Laura Iorio)

© Guy Delcourt Productions/Saimbert/Ricci pour Les Ames d’Hélios
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*