Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Astérix T33 (Uderzo, Mébarki) – Albert René – 9,20€

Astérix T33 (Uderzo, Mébarki) – Albert René – 9,20€

Parution : 10/2005
Jamais on a vu un titre qui semble davantage s’adresser à l’auteur qu’à l’album. Comme chaque sortie d’Astérix, c’est un événement mondial. Ce dernier tome ne déroge pas à la règle mais ne fait vraiment pas l’unanimité. Alors, une fois n’est pas coutume, nous n’allons pas vous faire une simple chronique : voici les différents avis des membres de la Rédac sur ce tome.

Ah, le nouvel Astérix est sorti, chouette ! On avait hâte de voir ce qu’Uderzo allait imaginer après l’assez moyen Astérix et Latraviata. Tout ce qu’on peut dire, c’est que comparé à ce nouvel opus, Le Ciel lui tombe sur la tête, le précédent album est un chef d’œuvre ! A croire que le titre est fait pour le lecteur ! L’histoire débute plutôt normalement, Astérix et Obélix s’en vont chasser le sanglier. Mais tous les sangliers rencontrés sont étrangement immobiles, ainsi que tous les habitants du village, exceptés ceux qui sont sous l’effet de la potion magique. Quelle est donc la cause de cette situation ? Je vous le donne en M (clin d’œil amusant à l’album), c’est à cause du champ magnétique provoqué par Toune, « le p’tit violet » qui débarque de Tadsylwine dans un vaisseau intersidéral en forme de grosse boule bien moche. Facile à deviner, hein ? Toune et ses super-clones protecteurs (le modèle original, c’est Superman avec la tête de Schwarzy, une horreur) préviennent nos amis gaulois que les méchants Nagmas (eux parler un peu comme Russes le français) veulent s’approprier leur arme secrète, la potion magique. Non, vous ne rêvez pas, Uderzo nous livre là un scénario à dormir debout, totalement farfelu !
Certes, le fond n’est pas mauvais (taper sur l’industrie comics et mangas et/ou le monde éditorial, chacun voit ça comme il veut) mais la forme est d’un grotesque… Représenter chacun des deux univers en horde extra-terrestre, c’est quand même abusé ! La série est totalement dénaturée alors qu’il aurait sans doute été possible d’utiliser des moyens plus dans l’esprit de la série pour faire passer les mêmes idées… Fort heureusement, notre ami Albert dessine toujours aussi bien malgré ses problèmes de raideur de mains, chapeau ! Mais c’est le seul point fort de l’album, auquel on peut ajouter quelques gags, quand ils ne concernent pas les extra-terrestres !!! Le mythe Astérix est rongé par les mites. C’est bien triste, ça fait mal au cœur… Cet album et cette chronique auraient pu paraître un 1er avril tellement la farce est grosse. Une histoire qui n’a rien à faire dans une si belle série…
Vite, M. Uderzo, un autre album, un vrai, vous en êtes capable !!! Ce serait dramatique de finir là-dessus…
Nicolas Raduget

L’Astérix nouveau est arrivé ! Et premier constat : changer autant Astérix, et le faire sans transition, j’ai trouvé ça plutôt rude ! Pour moi, c’est un peu comme si, dans le prochain album des Tuniques bleues, les personnages regardaient la télé. En fait, je trouve que changer autant le type d’histoire, ça dénature complètement les personnages et le « label Astérix ». Qu’Uderzo ait eut envie d’ajouter un élément fantastique n’était pas pour me déplaire (au contraire !), mais de là à mettre des fusées et autres extra-terrestres de manière aussi brutale… Il y a une marge et un certain manque de subtilité, non ? Surtout que par moment, j’avais plus l’impression de lire un manga qu’une BD. Sans blague, c’est quoi cette énorme boule jaune qui prend une pleine page et qui est bien moche ? On pourra me défendre que je fais partie de la génération élevée avec Astérix depuis que je sais à peine lire, que le nouvel Astérix veut conquérir un public plus jeune, mais qu’importe, mon plaisir de lecture n’est plus là.
Je suis déçue.
Anna Sam

Je l’ai lu et j’ai été relativement déçu. Suite aux nombreuses critiques, je m’attendais à pire mais le résultat est quand même là. Cet Astérix est pour moi un des moins bons. Uderzo arrive graphiquement à refaire vivre le petit gaulois et avait à la base une idée assez intéressante et originale. Dommage qu’il n’ait pas su la traiter en douceur à la manière d’un Goscinny et qu’il n’arrive pas à donner la double lecture enfant et adulte chère à son scénariste disparu. Il est resté assez dans la lecture «enfant» en omettant quelques références ou en faisant des clins d’oeil trop visibles. Ça se lit vite et je doute de découvrir d’autres références en le relisant. Il peut y avoir une autre lecture : l’invasion des comics et des mangas sur nos terres franco-belges, chacun a ses défauts mais les trois mondes peuvent cohabiter. Mais dans ce cas, M. Uderzo, mettez un peu plus de finesse : le comics ne se résume pas à des super-héros débiles et les mangas à des machines inhumaines. Cet album n’en reste pas moins un Astérix, fidèle aux anciens mais avec un scénario différent.
Plutôt un couac dans la symphonie d’Astérix qu’une parodie.
Anthony Roux

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*