Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Philippe Pinard et Olivier Dauger – Auteurs de Ciel en Ruine

Rencontre avec Philippe Pinard et Olivier Dauger – Auteurs de Ciel en Ruine

« Le Messerschmitt 262 tient un rôle de premier plan dans cette histoire. Premier avion à réaction à entrer en service opérationnel au sein de la Luftwaffe à la fin de 1944. Il surclasse l’ensemble des chasseurs alliés mais son pilotage délicat coûtât la vie à de nombreux élèves pilotes… »

Bulle d’Encre est allé à la rencontre de deux nouveaux auteurs publiés aux éditions Paquet, Philippe Pinard et Olivier Dauger. Leur premier album, Ciel en ruine sort le 24 octobre et narrera l’histoire de pilotes allemands à la fin de la seconde guerre mondiale, pas n’importe quels pilotes, les pilotes du célèbre Messerschmitt 262.

Retrouvez quelques planches à la fin de l’interview.

Bulle d’Encre : Quel fana d’aviation êtes-vous ?
Philippe Pinard :
Je me suis d’abord intéressé à l’aviation par le biais de la littérature. J’ai découvert Le grand cirque, de Pierre Closterman quand j’étais ado. Enorme flash ! (dans la foulée j’ai d’ailleurs rédigé ma première histoire d’avion… je vous laisse deviner l’influence littéraire). J’ai ensuite parcouru pas mal de récits de pilotes… mais aucun n’arrive à la cheville du bouquin de Closterman ! Quant à ma pratique, je pilote juste un ULM, mais j’aimerais bien passer au vol à voile.
Olivier Dauger : Pour ma part j’ai toujours été fasciné par l’aviation. A 10 ans je dévorais les Buck Danny ! Mais ce sont surtout les warbirds des années 40 qui m’intéressent. Je ne suis pas un spécialiste pour autant. J’aime les vieilles mécaniques (auto, moto, avions etc.) et je suis très intéressé par tout ce qui touche aux années 30, 40 et 50, politique, design, architecture etc.

BDE : Comment as-tu rencontré ton scénariste? Comment es-tu venu à la bande dessinée?
OD :
Je suis illustrateur et j’ai rencontré Philippe, qui était rédac chef de hors-séries moto, par un ami commun. Nous avons commencé par réaliser quelques planches sur un Spécial « Harley Davidson », puis nous nous sommes découvert des centres d’intérêts communs dont les warbirds et la BD. Philippe avait le scénario de Ciel en ruine dans ses tiroirs et il m’en a parlé…
Je ne suis pas un grand lecteur de BD mais je suis illustrateur et mon trait est influencé par quelques grands noms de la BD franco belge comme Jacobs, Chaland, Martin et quelques autres… Réaliser une BD était une idée qui commençait sérieusement à me titiller quand j’ai rencontré Philippe.

BDE : Comment a débuté votre aventure avec Ciel en ruine ?
OD :
Nous avions soumis une première fois le projet aux maisons d’éditions connues il y a quelques années mais sans grand succès. Il faut bien reconnaître que mon dessin n’était pas terrible. Puis l’an dernier Philippe a contacté Romain Hugault et lui a présenté le projet. Intéressé, celui-ci nous a demandé de retravailler les planches avant de les remettre aux éditions Paquet dans le cadre de la nouvelle collection Cockpit. Et nous avons signé quelques semaines plus tard.

BDE : Justement, est-ce que Romain Hugault vous a donné des conseils et suivi le projet de près?
OD :
Romain m’a effectivement donné quelques conseils forts judicieux au tout début en me pointant du doigt quelques points à prendre en compte. Par la suite je lui ai envoyé quelques planches pour avoir son avis.

BDE : Le fait de développer une série autour de l’armée allemande est-il un choix pour l’originalité ou plutôt un souhait personnel ?
PP :
J’avais effectivement envie de faire partager le quotidien d’un pilote allemand à la façon d’un reportage, peut être pour combler une certaine frustration après la lecture un peu décevante des récits de pilotes de la Luftwaffe (mais bon, je n’ai pas tout lu non plus !). Je trouve que la retranscription de leurs souvenirs manque singulièrement de vécu, sinon de style. Et surtout aucun mot sur leurs sentiments (sans même parler de culpabilité) envers le régime nazi pour lequel ils ont combattu. J’aurais aimé trouver de leur part cet « examen de conscience » dont fait preuve August von Kageneck, (qui lui était dans les chars) et qui est d’ailleurs le titre d’un de ses livres. A cet égard, le bouquin de Hans Rudel Pilote de Stuka est édifiant. C’est tout juste si l’Allemagne ne s’est pas sacrifiée pour protéger l’Europe des hordes bolchéviques ! Evidemment, pas une seule ligne sur l’Holocauste. Pour toutes ces raisons, je trouvais intéressant de traiter le dernier conflit mondial, vu de « l’autre côté », mais sans omettre de replacer mon récit dans une perspective historique… et une dimension morale.

BDE : Vous êtes-vous beaucoup documenté pour réaliser cet album ?
OD :
J’ai du rassembler pas mal de documentation en effet. Sur les avions bien sûr mais plus généralement sur la Luftwaffe, (uniformes, véhicules, équipements, infrastructures, etc.) et sur le troisième Reich. Heureusement les documents disponibles sont nombreux et facilement accessibles. Internet étant une source incroyable de documentation à condition d’y passer du temps.

BDE : Pourquoi avoir opté pour la couleur à l’ordinateur plutôt que la technique traditionnelle ?
OD :
En fait cela fait maintenant une dizaine d’années que j’utilise l’ordinateur pour encrer et coloriser mes travaux. La première étape, celle du dessin, reste traditionnelle. C’est à dire papier crayon et gomme puis je scanne les croquis, procède à l’encrage noir et à la mise en couleurs avec une palette graphique sur Photoshop exclusivement. L’ordinateur permet surtout un gain de temps important. On peut facilement changer une couleur, revenir en arrière en cas d’erreur, éclaircir, foncer, tester des tas de combinaisons chromatiques. Faire la même chose avec des encres est impossible à moins d’y passer un temps fou or le facteur temps est capital. Aujourd’hui Il faut aller vite! Mais attention l’ordinateur n’est qu’un outil. Il ne choisit pas les couleurs et ne dessine pas à ma place. L’utilisation d’aplats me permet d’éviter le côté un peu froid de certains albums mis en couleurs par ordinateur. Je n’utilise pas de filtres Photoshop et évite les dégradés trop parfaits propres aux ordinateurs.

BDE : Vous avez créé un blog plusieurs mois avant la sortie du premier tome, êtes vous satisfait des retours de lecteurs jusqu’à maintenant ?
OD :
Oui, le retour est positif ! Certains fanas attendent l’album avec impatience. Le blog permet d’annoncer l’arrivée prochaine de l’album et ainsi de faire parler de lui sur divers sites de BD ou d’aviation. C’est aussi une façon pour moi de me rendre compte si mon « trait » est apprécié. De ce côté là les retours sont très positifs. Quant à la fréquentation du blog, elle est croissante.
PP : Avec Olivier, on est même surpris du taux de visites. Mes textes sont assez techniques et pourraient paraître rebutants à ceux qui ne sont pas passionnés. Mais bon, ce doit être les (superbes) dessins d’Olivier qui rattrapent le coup !

BDE : Justement Les anecdotes et petites histoires publiées sur le blog seront-elles reprises dans l’album ?
PP :
En vérité, assez peu. J’ai simplement voulu faire partager les quelques connaissances que j’ai pu réunir en me documentant. Toutefois, l’esprit de la rubrique Horrido qui passe en ce moment sur le blog sera fortement présent… mais dans le second tome.

BDE : Vous abordez la fin de la seconde guerre mondiale du côté allemand et vous avez annoncé avoir de la matière pour 7-8 albums. Que comptez-vous aborder dans les prochains albums ?
PP :
De janvier à mai 1945, c’est vrai que ça fait court. Je vais donc étirer le temps ! Les deux premiers albums fonctionnent un peu comme un diptyque. Tome 1 : la formation. Tome 2 : les missions. Ensuite, un retour en arrière sur le front soviétique, puis de nouveau en 1945 où Nikolaus Wedekind sera confronté à des avions encore plus improbables que le Me 262… ainsi qu’à la Gestapo. Sans compter ses démêlés avec un personnage très « spécial », que vous pourrez découvrir dès le premier tome.

BDE : Merci à vous !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.
Interview réalisée le 7 octobre 2007.

Couverture et quelques planches



Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*