Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Trame 9 – www.foolstrip.com

Trame 9 – www.foolstrip.com

Nous vous avions déjà informés du lancement du webmagazine BD Trame 9. Nous sommes allés à la rencontre de ses responsables, Armelle Barré et Eric Vidal, ainsi que de Vincent Demons, éditeur chez Foolstrip, pour avoir de plus amples renseignements sur ce nouveau média.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Avant d’entrer plus en détails sur Trame 9, pouvez-vous nous présenter ce média ?

Armelle Barré : Trame 9 est un webmagazine (mensuel) culturel sur la BD et les arts graphiques. Le magazine s’articule autour de trois grands axes : les Actualités (sorties, événements agitant le monde de la BD décryptés à travers des critiques succinctes ou des analyses plus fouillées), les Découvertes (de jeunes auteurs, mais aussi des initiatives qui nous semblent intéressantes) et les Enquêtes, dans lesquelles nous resituons le milieu de la BD dans le monde social et nous nous interrogeons sur des thèmes divers : enjeux de société, cinéma, etc.

BDE : D’où vient l’idée de ce projet ?
AB : Il existait peu, avant Trame 9, de magazines culturels sur la BD. Les autres magazines sont essentiellement des magazines de critiques d’albums récemment sortis, de prépublications ou d’actualité, centrés sur le monde de la Bande-Dessinée. Certes, dans Trame 9, nous parlons également des sorties récentes qui nous ont marqués et nous publions les Bandes-Dessinées de Foolstrip, mais ce n’est pas un axe fort du magazine. Notre magazine veut traiter de sujets de fond, à travers le prisme de la BD. Par exemple, nous avons abordé le problème des « Femmes de Réconfort », suite à la sortie de l’album de Kyung Jung-a, en replaçant l’histoire dans le double contexte historique et actuel. Notamment en expliquant les évolutions récentes du débat : la Chambre des Représentants des Etats-Unis a voté une résolution exigeant du gouvernement japonais la reconnaissance de la responsabilité du pays dans les agissements des forces armées impériales dans l’esclavage sexuel pendant la 2ème guerre mondiale. Ou encore, nous avons abordé dans un dossier la relation complexe entre le cinéma et la BD et leur mutuelle influence, bonne ou mauvaise suivant les cas. Cela dit, Trame 9 ne doit pas être considéré comme un magazine « prise de tête », ce qu’il n’est pas. Sérieux, oui, mais fun également, avec des articles plus légers.
Par ailleurs, le côté « entièrement numérique » du webmagazine nous permet de donner accès à du contenu de grande qualité sans pour autant que les coûts (d’impression, principalement) ne soient exponentiels et ne soient répercutés sur le prix du magazine.
Enfin, je tiens à préciser que Foolstrip est un éditeur qui nous laisse une totale liberté rédactionnelle. Par souci déontologique, les auteurs « maison » ne seront pas interviewés dans nos colonnes.

BDE : A l’heure où Internet offre de plus en plus des contenus gratuits, pourquoi avoir opté pour un système d’abonnement numérique payant ? Le lectorat est-il au rendez-vous ?
Eric Vidal : Plusieurs éléments ont déterminé ce choix. D’une part, le travail d’enquête exige du temps et ce temps doit être rémunéré. Je souligne que tous les contributeurs de Trame 9 sont payés, ce qui est normal, même si trop peu usuel. La BD reste un média de passionnés mais nos rédacteurs et dessinateurs ont des loyers à payer. Vous devez le savoir à Bulle d’Encre : s’occuper d’un support d’information sur la BD en parallèle de ses activités professionnelles, cela prend du temps. Je l’ai fait aussi et j’ai bien vu que lorsqu’on se lançait dans des projets de fond, cela devenait tout de suite compliqué. Internet a élargi les possibilités de s’exprimer et c’est vraiment un mieux. Je ne sacralise pas la profession de journaliste mais pour maintenir un niveau élevé de qualité d’information en parallèle de la régularité, cela passe par une rémunération du travail.
D’autre part, c’est une réponse à la problématique de l’influence potentielle de la publicité sur le contenu d’un média d’information. C’est un point délicat, parfois sous-estimé, et qui ne concerne pas que la presse BD. Je pense que personne aujourd’hui n’a de solution économiquement viable qui garantisse l’indépendance d’une rédaction. Si notre démarche ne rencontre pas son lectorat, nous aviserons. Et si la publicité devait financer Trame 9, nous serons vigilants.
Côté lectorat, c’est en progression. Evidemment, le titre n’est pas encore rentable mais Foolstrip ne nous a pas assigné d’objectifs financiers à court terme. Presque tous les lecteurs du numéro 1 se sont abonnés et c’est un signe positif pour l’avenir.

BDE : Imposez-vous à vos rédacteurs les mêmes contraintes éditoriales qu’un magazine papier ou ce format vous permet plus de liberté ?
EV : A terme, nous exploiterons peut-être plus à fond les possibilités du numérique. Aujourd’hui, la façon dont nous fonctionnons s’inspire du format papier. Nous avons des contraintes de temps – le magazine est mensuel – et de taille des articles. Cependant, nous laissons une grande marge de manœuvre à nos rédacteurs, de liberté de ton et même pour ceux qui le souhaitent, de mise en page de leurs articles. Nous estimons que cette liberté est un avantage indéniable pour améliorer la qualité des articles et la diversité des points de vue dispensés aux lecteurs.

BDE : Comment est élaborée votre ligne éditoriale ?
EV : La ligne éditoriale de Trame 9 est définie d’un commun accord entre les deux rédacteurs en chef : Armelle Barré et moi-même. Les rédacteurs sont aussi force de proposition. Ils apprécient qu’on les informe et qu’on les consulte.
Depuis le second numéro, nous publions des articles en BD. Ce sera de plus en plus présent à l’avenir, avec des critiques d’albums et des analyses de techniques narratives propres au medium (par exemple, Ledouble et Beef nous feront part dès le troisième numéro de leur analyse du plan-séquence). Allan Barte intervient également dans le cadre des dossiers avec des articles dessinés et une revue de l’actualité internationale.
Nous avons décidé également de ne pas privilégier les news et critiques, qui sont assez peu présentes dans Trame 9, car il existe de nombreux supports sur Internet qui proposent déjà des informations de ce type. Au contraire, nous avons décidé de parler de la BD, certes, mais aussi de la société à travers la BD. Notamment, la BD de témoignage ou de reportage est un phénomène qu’on ne peut plus ignorer. Nous souhaitons également aller au fond des choses, c’est pour cela que le dossier principal propose des analyses fondées sur des enquêtes et un important travail d’équipe, afin de restituer le plus de points de vue possible sur un phénomène donné. Comme abordé précédemment, ce travail a un coût, d’où notre choix d’un format payant.
Enfin, notre rubrique consacrée aux classiques répond à deux problématiques. D’une part, nous souhaitons remettre en avant des œuvres qui peuvent être noyées dans la masse des nouveautés, d’autre part nous voulons tenter de restituer une œuvre dans son contexte historique afin de mieux cerner le processus dans lequel elle a été produite et de mieux la comprendre.

BDE : Comment voyez-vous l’avenir de Trame 9 ?
AB : Rose évidemment, sinon nous ne nous serions pas engagés dans l’aventure ! Nous savons que l’engouement du public pour la Bande Dessinée ne se reporte pas encore sur les produits presse. C’est un projet qui comporte une prise de risque indéniable mais nous y croyons. Plus concrètement, plusieurs développements sont en cours, tant du point de vue du contenu (davantage d’articles en BD par exemple) que de la forme (amélioration de la maquette, visualisation possible dès le n°3 en Flash et plus seulement en PDF). Enfin, nous comptons nous développer vers des lecteurs anglophones : nous sommes conscients du potentiel d’un magazine en anglais parlant de BD européenne et de mangas autant que de comics, avec des planches publiées de surcroît. Et pourquoi pas une publication papier de « beaux objets » collectors réunissant plusieurs numéros de Trame 9 ?

Et la maison d’édition dans tout ça ? Vincent Demons répond à nos questions.

BDE : Bonjour ! Comment définiriez-vous Foolstrip ?
Vincent Demons : Bonjour. Foolstrip est une maison d’édition de Bande Dessinée en ligne c’est-à-dire que non seulement nous publions des Bandes Dessinées sur Internet (où elles sont en accès gratuit) mais que nous rémunérons les auteurs pour cela, nous traduisons leurs planches et, bien entendu, nous avons une politique éditoriale. Bref, le travail d’une maison d’édition de Bande Dessinée « classique » mais sur Internet, en s’appuyant sur les caractéristiques du web (interactivité, universalité du média, accessibilité, technologie, etc.).

BDE : Qu’apporte une maison d’édition de BD en ligne par rapport aux maisons d’édition plus classiques ?
VD : On pourrait dire que pour l’instant nous nous considérons comme complémentaires des maisons d’édition classiques qui ne savent pas encore trop quoi faire de ce nouveau lectorat ayant dernièrement fait son apparition sur le net. Plus spécifiquement, nous n’avons pas les délais parfois un peu lourds de l’édition papier pour ce qui est de la parution, nous sommes plus flexibles et nous pouvons traduire de façon quasi-instantanée les œuvres que nous publions. A terme, diverses technologies devraient aussi permettre de lire des Bandes Dessinées autrement. Nous travaillons actuellement au développement d’un projet qui permettra une lecture un peu différente et très accessible mais il est encore trop tôt pour tout dévoiler.

BDE : La concurrence des blogs et des diffusions gratuites de BD n’est-elle pas un frein à votre projet ?
VD : Ce n’en est pas une dans la mesure ou nous ne publions pas le même matériel que sur un blog où le genre est majoritairement de l’autofiction. En outre, comme les auteurs avec lesquels nous travaillons sont rémunérés, ils disposent de plus de temps et d’attention pour se pencher sur leurs projets. Si d’ailleurs, comme nous le croyons, une partie de l’avenir de la Bande Dessinée est sur le web, il est nécessaire que des structures comme la nôtre se mettent en place afin de professionnaliser le marché. C’est important pour les auteurs et c’est aussi important pour les lecteurs. Enfin, nous ne faisons pas qu’éditer des Bandes Dessinées, nous éditons également un magazine culturel sur la Bande Dessinée et les arts graphiques : Trame 9.

BDE : Pensez-vous que la BD va de plus en plus se diffuser via Internet au détriment du papier ?
VD : Il est sans doute encore trop tôt pour le dire mais compte tenu de l’actuelle surproduction de l’édition papier et du développement que connaît la BD sur le net, c’est une possibilité qu’il n’est certes pas absurde d’envisager.

BDE : Que nous réserve Foolstrip pour la suite de l’aventure ?
VD : Nous publions pour l’instant trois séries à suivre de façon hebdomadaire : L’Esprit d’aventure par Hervé Creach, une histoire dans le milieu des geeks passionnés de BD et de comics sur fond d’intrigue policière assez légère, Mon chat et moi de Kek, une série plus humoristique sur les interactions félin / humain et Mademoiselle Blok d’Eva C., un comics décalé à la française. Nous avons en outre commencé ce mois-ci la publication d’une série mensuelle sur les pin-up où l’auteur changera chaque mois et, bien sûr, nous imprimons aussi des T-shirts et des affiches inspirés de ces séries.
Plusieurs nouvelles séries vont faire leur apparition dans nos pages très bientôt et sous différents formats, deux autres collections mensuelles d’affiches / planches vont commencer sur des thématiques un peu différentes de celle des pin-up (l’une d’elle sera liée à la musique et l’autre à cette belle ville qu’est Paris) et, bien entendu, de nouveaux produits dérivés de nos séries vont faire leur apparition dont des éditions papier en série limitée.

Propos recueillis par Anthony Roux.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*