Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Nicolas Demare – Dessinateur de Merlin La Quête de l’Epée

Rencontre avec Nicolas Demare – Dessinateur de Merlin La Quête de l’Epée

« Depuis près d’une saison, le Roi Eolwyth du clan des Dannan subissait l’assaut intempestif des armées de Formorii. La forteresse de Kunjir, réputée inviolable, protégeait l’un des chemins menant à la Muréas, la cité des Tuatha. Mais pour combien de temps? »

Depuis deux tomes, Jean-Luc Istin s’est attaché à une série dérivée de Merlin, cette fois dessinée par Nicolas Demare. Après avoir passé deux ans à concevoir le tome 2, Nicolas était disponible pour une interview. Rencontrez vous aussi ce dessinateur aussi passionnant qu’attachant.

Chronique du Tome 2

Retrouvez les premières planches de l’album à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! On l’attendait et le voilà, le deuxième tome de La Quête de l’Epée ! Cette attente entre les deux premiers tomes, c’est pour provoquer des émeutes chez les fans ?

Nicolas Demare : Haha, si seulement … Mais en fait non… La première erreur a été de ne pas commencer le tome 2 tout de suite après la fin du 1, il s’est même passé plusieurs mois avant que je ne m’y remette. Et puis ensuite, comme j’avais pris aussi un peu de retard, le calendrier s’est retrouvé décalé et Sandrine Cordurié n’a pu travailler les pages que plusieurs mois après que je les ai finies. Du coup, tout additionné, ça a donné un gros bout de temps. Au final, en temps de travail, j’ai passé moins de temps sur le 2 (1 an et demi) que sur le 1 (2 ans environ). Mais j’assume, c’est entièrement de ma faute !

BDE : Plus sérieusement, comment s’est passé ce temps après le premier album ? Maîtrises-tu mieux ton travail et ton trait ?
ND : Je maîtrise mieux le travail, mais c’est pas toujours le cas du trait ! Ça vient mais c’est pas encore ça, disons que je suis toujours sensible à pas mal de choses (moral, forme, influences extérieures, ou même des fois c’est juste que je « ressens » pas une scène, que je la visualise pas), ce qui fait que le résultat fluctue toujours un peu, passant d’une page réellement pas mal à une assez quelconque, voire toute nase à mes yeux… Heureusement, une forme d’acquis technique, quelques automatismes et surtout les couleurs de Sandrine équilibrent tout ça. Et bien sur l’œil de Jean-Luc, qui sait ce qu’il faut laisser passer ou pas. Ca commence à venir chez moi aussi. Mais ça avance, sur le tome 2 au moins 1/3 des pages me vont. J’en étais loin sur le premier ! Mais il m’a du coup permis de mettre le doigt sur pas mal de choses qui n’allaient pas, de voir ce qui marchait ou pas, et surtout à quel point le résultat était éloigné de ce que j’avais en tête. Le fait de voir les pages imprimées, réduites, aide à faire ressortir les défauts qu’on finit par ne plus voir à force de les voir en grand ou sur l’écran. Mon premier geste en commençant a été de reprendre pas mal de choses à zéro : les visages, ma façon de faire les yeux, les bouches, certains détails, histoire d’avoir un résultat plus proche du trait réaliste que j’aimerais avoir et de certains artistes que je considère comme des références. Les dédicaces m’ont d’ailleurs beaucoup aidé : le fait de passer des journées à faire les têtes des persos, ça les a pas mal fixés dans ma main.
Du coté travail, ça fluctue moins, le premier avait un coté expérimentations et tests. La méthode est plus posée sur le 2, j’ai gommé pas mal d’étapes par rapport au tout début entre autres. On perd le coté aventure, mais on gagne en rendement, ça se sent surtout sur le 3 qui avance pas trop mal. Il faut juste réussir à ne pas perde le coté folie créatrice et idée de grandeur qu’on peut avoir quand on commence, ne pas tomber dans un systématique, des facilités, un besoin de rendement, etc. Faut savoir lâcher la bride tout en la tenant, ne pas hésiter à tout recréer à chaque fois. C’est un peu mon souci avec le 2, je le trouve plus maîtrisé graphiquement, mais aussi moins séduisant, moins fou que le premier, notamment dans les cadrages ou le découpage. J’aimerais pour le 3 réussir à faire un mixe équilibré. Mais bon, je suis un éternel insatisfait pour ça…

BDE : Je crois savoir que la couverture (magnifique !) a été particulièrement soignée et travaillée. Peux-tu nous en parler ?
ND : Merci pour le compliment ! La première couv’ qu’on avait faite était bien plus proche dans le style et le cadrage de celle du premier volume : Les persos sur un à pic au dessus de la forteresse de Kunjir, on était dans la ligne quoi. Mais bon, c’était pas trop ça. Et puis comme dans la collection Celtic de plus en plus de couvertures prennent un coté plus illustration peintes, Jean-Luc s’est dit qu’on pourrait partir vers quelque chose comme ça. Perso j’adore faire ça, « peindre » avec Photoshop, même si j’en ai maintenant rarement le temps. C’est très différent de mon travail habituel sur les albums, ça me permet notamment de faire de la couleur et ça c’est toujours très agréable. là Jean-Luc avait une idée en tête, il m’a proposé un rough et on est parti dessus. Ca a été long parce que j’ai un coté pointilleux et maniaque, bien plus finalement qu’avec les pages où à force j’ai appris à laisser passer des trucs, même quand je n’en étais pas super content. Et puis, même si je maîtrise quelque peu la chose et que j’en ai fait avant, ça n’est pas ma technique habituelle et j’y suis plus lent. Au final, entre le dessin et la couleur, j’ai du y passer pas loin de 3 semaines. Rien que les falaises derrière m’ont prises 3 jours à force de les refaire… J’espère juste qu’elle plaira. Le fait d’avoir en couverture un perso qui apparaît juste dans ce volume, plus le fait d’avoir un rendu différent, j’ai toujours peur que les gens n’accrochent pas. On verra bien.

BDE : Prendre en main cette série a été un sacré défi puisqu’elle suit l’univers du Merlin dessiné par Eric Lambert. As-tu hésité ? T’es-tu renseigné auprès d’Eric ou au contraire t’en es-tu détaché pour créer ton propre univers ?

ND : Ce n’est pas vraiment le cas quand on y regarde bien. Finalement, le seul perso qu’on retrouve d’une série à l’autre, c’est Ana. Merlin prend un bon coup de vieux (faut dire qu’il grandit vite) et Ethé vient de mon cycle. Pour le reste, les autres persos et les décors sont très différents. Mon seul réel souci au tout début a donc été Ana, j’ai eu du mal à me l’approprier car j’avais peur de trop m’éloigner de celle que connaissaient les lecteurs. Mais en lisant le scénario je ne voyais pas celle d’Eric. Elle est assez différente je trouve : femme de pouvoir dans le premier cycle, je la trouve bien plus douce dans l’autre. Finalement je l’ai faite comme je la ressentais, elle s’est modelée petit à petit, inconsciemment. Pour le reste, mis à part la scène d’intro de Merlin aux 3 menhirs, c’est très différent, et encore plus dans le 2. Je ne peux pas dire que j’ai cherché à m’en éloigner ou à m’en rapprocher, honnêtement j’ai juste dessiné ce que j’avais en tête. Pour tout avouer, la première fois qu’on s’est parlé avec Eric, c’était plusieurs mois après la sortie du premier volume…

BDE : Jean-Luc ne te donne-t-il pas des conseils pour la mise en page et le graphisme ?
ND : Assez peu, même si on en discute tout le temps par mail. De temps en temps quand un truc lui va pas, on le corrige. J’ai de la chance, j’ai une très grande liberté sur la série. Jean-Luc me fait confiance et ça m’aide pas mal, il m’a jamais fait une seul remarque par rapport à ça, au contraire. J’aurais du mal sinon, je pense, je me sentirais un peu enfermé. Dans l’absolu, on travaille autant qu’on peut ensemble, même si je m’immisce pas dans le scénario. Ce dernier est parfois poussé, des fois il y a juste les dialogues sans plus d’indication scénique, mais la plupart du temps il me laisse assez de latitude pour en faire ce que je veux, tant que ça tient la route et que ce n’est pas trop éloigné de ce qu’il avait en tête. Je peux rajouter ou enlever des cases, décaler des dialogues, sur le 3 j’ai même changé le découpage pour pouvoir faire une double-page. De toute manière, quand il a une idée très nette en tête, je le sens, il met alors pleins de détails et de descriptions, et je m’en sers. C’est un équilibre, suffisamment de trucs pour expliquer, pas trop pour pas enfermer. Il est lui-même dessinateur, je pense que c’est assez naturel chez lui de gérer cet équilibre. Mais c’est toujours une alchimie particulière, on est tous différents et je sais que pour d’autres il travaille autrement. Contrairement à certains scénaristes qui sont aussi dessinateurs, il ne m’envoie le découpage que sous forme de texte, jamais d’image. J’aurais plus de mal à construire mon monde si il m’envoyait les scénarii sous forme de vignettes. Pour le graphisme en lui même, à part un perso ou deux, je me souviens pas qu’il m’ait refusé un design ou une idée. Il m’a fait des corrections au début, des yeux pas à leurs place, des visages pas très féminins, ce genre de choses. Ca va mieux maintenant ! Niveau histoire, je n’ai pas envie de connaître la fin au moment de commencer un album, j’avance en tant que lecteur. Du coup lui aussi avance comme ça sur le cycle, contrairement à d’autres séries où il livre le scénario fini. Ca nous a donné des trucs pas évidents à gérer aussi, des changement de scénar, des revirements, de nouvelles idées à insérer, car ça lui crée à lui aussi une vrai liberté. Pas toujours évident sur le coup, mais avec le recul c’était bénéfique. Je crois que ça l’amuse aussi finalement.

BDE : Et comment s’est fait le travail avec Sandrine Cordurié ? La relation entre un dessinateur et un coloriste est-elle forcément facile ou parfois les envies divergent ?
ND : Je crois que le plus dur c’est qu’au début je n’osais pas lui demander des retouches, alors ça donnait des mails de 3 km où j’enrobais le tout avec des couches d’excuses. Ça a surtout du être dur pour elle de tout lire ! J’avais un peu peur de perdre le contrôle, mais en même temps je ne voulais pas la frustrer. Pour moi elle n’était pas à mon service, on bossait ensemble et elle faisait partie intégrante du rendu final de l’album. Sans elle, c’est clair que ça aurait eu une tout autre tête. Mais en même temps j’aime la couleur, je fais souvent des recherches d’ambiance sur les boards, des tests de couleurs… Du coup il a fallu jongler avec ça, apprendre à se connaître. Et surtout qu’elle s’adapte à mon dessin, ce qui n’est pas toujours évident, surtout que je mettais pas mal de noir. Le fait que je lui fasse complètement confiance joue aussi. Le noir est devenu plus graphique, plus naturel. Du coup, surtout sur le 1, je lui faisais faire des retouches, des ombres, et elle me demandait de lui placer les sources de lumière sur les boards pour être sur qu’on parte bien dans la même direction. Tout cela est devenu ensuite plus naturel, plus automatique. Et puis elle progresse à une vitesse affolante !
A part une scène ou deux, et pour certains costumes, je n’impose jamais les couleurs. Je lui envoie mes boards couleurs, pour qu’elle sache ce que j’ai en tête, qu’elle me lise plus facilement, mais elle en fait ce qu’elle veut. La plupart du temps elle l’adapte à sa sauce. J’aimerais un jour, si on a le temps, lui demander avant sur une scène si elle a une envie, une couleur fétiche, pour un juste retour des choses. Faudra que je lui en parle à l’occasion. Bien sûr, c’est ma vision des choses et si ça se trouve, Sandrine et Jean-Luc en ont une toute autre et me considère comme le mec le plus chiant de la Terre ! Faudra leur demander…

BDE : Pourrais-tu faire tes couleurs toi-même sur de futurs albums ?

ND : Arf… J’aimerais beaucoup. Le souci c’est que je suis assez maniaque et que si j’arrive à me maîtriser avec le noir et blanc, à la couleur c’est plus dur. J’ai du mal à laisser passer le moindre pet. Du coup ça risque de me prendre 50 ans ! Mais je pense que ça finira par venir. En tout cas l’envie est là, et j’ai le temps encore. En fait, j’ai envie de tout faire. Album en couleur direct, album pas encré, en noir et blanc. Si je ne suis pas un gros rapide, je reste amoureux du dessin et du media, et j’ai l’envie de tout essayer. Ca viendra avec le temps. Ou pas. Pour l’instant, le plus important c’est d’arriver à domestiquer mon cerveau et mon temps de production, et de bien avancer la série, le reste on verra ensuite.

BDE : En commençant à dessiner, pensais-tu travailler sur une telle série de fantasy ou rêves-tu d’un tout autre genre de BD ?
ND : Non. Quand j’ai commencé à dessiner à 8 ans, c’était après avoir ouvert mon premier X-Men. Je me suis pris une claque et je me suis dit qu’un jour je ferai ça moi aussi. Et je me suis donc mis à travailler pour ça. 20 ans plus tard, le jour où je me suis dit « c’est maintenant ou jamais », je n’y pensais pas non plus, j’ai énormément de chance que ça me soit tombé dessus. Et d’avoir des amis formidable aussi ! Sinon ça répond à ce que j’avais envie de faire, mais en plus pas sur n’importe quelle série. J’arrive, alors que le premier cycle a déjà reçu un super accueil, sans avoir besoin de creuser un gros trou pour me faire une place. Ca c’est vraiment une chance. La fantasy, c’est ce dont je me nourris depuis tout petit. Ca doit représenter 95% des livres que j’ai lus depuis que je sais lire, et croyez-moi ça en fait un très gros paquet. Depuis mes 13 ans, je ne lis plus que ça. Donc c’est plus que naturel, c’est devenu limite instinctif, et je sais pas si j’arriverais à faire quelque chose d’autres. Je suis incapable de dessiner une voiture ou un costume 3 pièces, je ne comprend pas comment ça marche. Je fais de la fantasy car c’est ce qu’il y a en moi. Ca et les comics de super-héros. Du coup c’est vrai que j’aimerais mettre mes mains là-dedans un jour, mais en serais-je capable, c’est une autre histoire. Car là il faudrait que je fasse des voitures et des costumes 3 pièces ! J’aimerais faire un truc plus dark aussi, de la fantasy plus sombre, plus gothique. Et pourquoi pas me frotter à de la SF, un space-opera genre Star Wars, qui n’est après tout que de la fantasy avec des réacteurs… On a tous toujours pleins d’envies, mais bon, comme pour la couleur, j’ai le temps, le chemin est long et je n’ai même pas dépassé la haie du jardin !

BDE : As-tu quelques idées dans tes cartons qui pourraient devenir des scénarios un jour ?
ND : Des idées, c’est pas ce qui manque, j’en ai plein la tête depuis tout petit : des monstres, des mondes entiers, des cultures, des univers, des voyages, des persos… Mais j’ai appris depuis que des idées ça n’a jamais fait une histoire, comme des briques lego n’ont jamais fait un super vaisseau. Faut le construire. Et j’ai aussi appris que je suis un piètre scénariste ! Les idées, il suffit de se poser quelques heures au calme et ça finit par arriver. Pas le talent. C’est vraiment un métier à part, il faut savoir construire, organiser, développer, articuler, commencer et finir. Surtout commencer et finir, c’est ça qui n’est pas naturel du tout chez moi. Surtout finir ! Et comme dans Merlin j’ai toute la liberté graphique que je veux, pour l’instant ça me suffit largement, ça reste mon monde à moi. JL raconte mais c’est moi qui visualise. Peut-être qu’un jour je serai frustré, que je n’aurai plus ça. On verra alors, mais dans tous les cas, je doute d’être capable de le faire seul. Ni d’en avoir l’envie pour l’instant. Mais oui, ça peut arriver, qui sait ?

BDE : A dans deux ans pour le tome 3 ?
ND : On ne doit jamais jurer de rien, mais vu qu’il y a déjà 15 pages de finies, je pense pouvoir avancer sans trop de risque que ce sera près avant !

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 14 décembre 2007.

Premières planches du Tome 2

© MC Productions/Istin/Demare/Cordurié
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Un Commentaire

  1. Posté 20 mars 2012 at 19 h 06 min | Permalink

    nous invitons nicolas DEMARE à notre festival qui aura lieu le 5 aout
    MARTEL LOT 46

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*