Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Gray Shuko – Auteur de Winter Freaks

Rencontre avec Gray Shuko – Auteur de Winter Freaks

« Vous êtes déjà tous levés? Vous en faites de ces têtes! Ben quoi, qu’est-ce qui se passe? »

En janvier dernier, au moment où Luc Besson présentait à Angoulême son parrainage de l’éditeur Septième Choc, sortait le premier album d’un jeune auteur plein de talent. Philippe Colin, alias Gray Shuko, voyait en effet paraître le projet qu’il avait présenté pour une soutenance. Projet retravaillé, fignolé, pour devenir une des révélations de ce début d’année et un de nos premiers coups de cœur 2008. S’il travaille d’abord pour la conception de jeux vidéo, espérons qu’on lui donnera les moyens de nous offrir d’autres BD de cette qualité. Rencontre avec un espoir plus que prometteur.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Ton premier album n’est sorti que récemment, mais pour toi cette histoire date déjà de quelques années… Quelle en est l’origine ?

Gray Shuko : C’était mon projet de diplôme pour ma dernière année dans mon école d’art. Je l’ai commencé fin 2004 et je l’ai fini juste pour l’examen, en juin 2005. J’ai pas eu une note terrible, mais j’ai réussi à avoir le diplôme !

BDE : On a du mal à croire que cette BD n’était faite que pour une soutenance tant elle est maîtrisée. Pensais-tu déjà à une parution publique à ce moment ?
GS : J’ai commencé à bosser dessus pendant 3 ou 4 mois avant de signer avec l’éditeur. En fait, il m’avait contacté en début d’année scolaire à la suite d’une autre petite BD d’une vingtaine de pages que j’avais diffusée sur un forum et qu’il avait bien aimée. Il m’a demandé si je commençais autre chose et là je lui ai présenté le projet Winter Freaks, qui, à l’époque, ne ressemblait pas vraiment pas à la BD actuelle puisque j’avais prévu de faire 20 ou 30 pages (l’école recommandait de mener plusieurs projets différents pendant l’année). J’ai donc vite refondu l’histoire pour pouvoir en faire une vraie BD.

BDE : Avec ces quelques années de recul, comment juges-tu cette première BD ? As-tu fait des retouches pour sa parution ?
GS : Techniquement je la trouve encore correcte, j’ai pas dû faire énormément de progrès depuis.^^ En fait la petite BD précédente, Terror Media Player, que je trouve aujourd’hui pas terrible, m’avait permis de me mettre au point sur la couleur à l’ordi (un an avant, je faisais encore mes couleurs à la gouache); au niveau du dessin, je fais des traits un peu plus propres maintenant, j’arrive plus vite à ce que je veux, mais ça reste bien dans le même style. Si vous voulez comparer, sachez que j’ai refait 3 nouvelles pages juste avant la sortie de l’album, saurez-vous les retrouver ?! L’éditeur m’avait demandé de redétailler quelques passages de l’histoire, donc j’ai fait une petite mise à jour. Du côté de l’histoire, le recul a rapproché ma vision de celle du lecteur qui découvre, et je me rends compte qu’il y a des éléments qui me paraissaient évidents et qui ne le sont pas forcément. D’ailleurs pas mal de gens m’ont demandé des précisions sur certains points et là j’ai constaté que j’aurais pu être un peu plus explicite. Ça fait un peu comme quand on dit quelque chose avec une expression personnelle, on pense qu’on s’est fait comprendre, et en fait nan…^^
Mais j’oublie pas qu’au moment de faire la BD, moins on a de recul, plus on est dedans, et plus on est dedans, plus l’univers que l’on décrit a des chances d’être cohérent, et c’est le principal.

BDE : Pour ce projet, tu as fait à la fois le scénario, le dessin et la couleur. Pour une prochaine BD, garderas-tu toutes ces fonctions ?
GS : Je l’espère vraiment ! On me déconseille souvent de m’occuper du scénario pour laisser la place à un vrai pro dans ce domaine, mais l’histoire c’est vraiment ce qui me motive le plus. Winter Freaks a une histoire assez légère, c’est vrai, mais depuis j’ai plus d’idées que j’ai envie de raconter et avec lesquelles je veux connecter mes personnages. Et pour les couleurs, j’adore tellement les faire, ça serait trop cruel pour moi de les laisser faire par quelqu’un d’autre !^^ C’est un peu l’étape « récréation », mais dans ce domaine aussi j’ai envie de faire plein de choses, j’ai pas mal d’ambiances et d’assortiments de couleurs que j’aimerais étaler sur planches.

BDE : Ton album est particulièrement original, avec un cadre peu courant (la montagne) et des personnages peu communs, loin des jeunes héros courageux. Comment t’es venue cette idée ?
GS : Je ne sais pas vraiment. J’ai choisi la montagne pour des raisons esthétiques, j’avais envie de traiter la neige, puis je me suis dis que ça pouvait être le genre de lieu idéal pour une histoire à base de mystère, et que ce qui serait intéressant dans un lieu désolé, ce serait de faire disparaître le peu de choses présentes, d’où la disparition des maisons. De fil en aiguille, j’ ai… brodé.

BDE : Avec un style aussi personnel, on a du mal à savoir quelles peuvent être tes références. Vers quels auteurs ou quelles séries vont tes préférences ?

GS : J’ai commencé à dessiner alors que j’étais à fond dans DBZ. Après je me suis intéressé parallèlement aux X-Men et Serval. A partir de là, j’ai accroché à plusieurs mangas et comics : Evangelion, Noir, Evil heart, Spawn, Uncanny X-Men, les cross-overs Marvel et Image. Ma référence absolue restant Olive et Tom :]
Je suis aussi fan des dessins de Joe Madureira, Travis Charest, Chris Bachalo, Humberto Ramos, Black Frog, Yoann, Claire Wendling, Yoji Shinkawa, Yoshiyuki Sadamoto, Hyung Tae Kim…
En jeu vidéo, je suis fan des Metal Gear Solid, de l’histoire jusqu’aux couleurs, des Tenchu, de Freedom Fighters, Red Dead Revolver… Je kiffe aussi plein de films et de musiques mais je m’arrête là, c’est plus sage !

BDE : Apprécies-tu ces genres d’univers décalés, avec des traces de fantastique dans un monde ordinaire ? Ou vas-tu t’orienter dans différents genres ?
GS : Non, j’ai pas plus d’affection pour ce genre qu’un autre, je préfèrerais illustrer une histoire qui présenterait la réalité comme quelque chose qui ne peut justement pas être considérée comme ordinaire : par exemple avec des personnages qui se nuancent de plus en plus au fil des pages et qui feraient en même temps évoluer la perception qu’a le lecteur de leur univers. En fait j’affectionne pas vraiment des genres mais plutôt des motivations ou des idées que peuvent faire passer les histoires, du coup je peux aimer des univers bien différents.

BDE : Tu travailles beaucoup sur des conceptions de jeux vidéo. Est-ce une bonne expérience pour la BD ou souhaites-tu continuer sur les deux supports ?
GS : Pour le jeu vidéo, je fais surtout des décors et du mecha design, donc j’ai progressé un peu dans ces deux sujets, mais j’en profite aussi pour continuer à mettre au point ma technique de mise en couleurs, eh eh. Je pense que tant que je dessine, ça ne peut être que bénéfique pour la BD, on verra si ça m’aura aidé au moment où je m’y remettrai.

BDE : Après Winter Freaks, as-tu un autre projet en cours ou à venir ?
GS : J’ai bien quelque chose en tête, mais mon boulot dans le jeu vidéo ne me laisse pas tellement la liberté ni le temps de mener une BD à côté, donc je garde mes petites idées au chaud pour l’instant… Nan, en fait faut avouer que si on se faisait moins de parties en réseau le soir avec les gars du boulot, j’aurais presque le temps de les mener à bien, mais bon il y a des priorités ! ^^
Je sais pas quand je reviendrai à la BD à plein temps. Avec un contrat analogue, je pourrais pas me payer à manger, donc je reste un peu frileux, même après ce séjour à la montagne (huhu). Par contre, ce qui m’encourage un peu plus à rempiler est le bon accueil qu’a reçu l’album, tant au niveau des critiques que des dédicaces. Bonne ambiance, ça fait zi-zir.

BDE : Merci à toi et bonne continuation !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 5 mars 2008.

Retrouvez d’autres infos sur le site de Gray Shuko.

Extraits de l’album

© Septième Choc/Intervista/Gray Shuko
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*