Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » A la découverte du site IDDBD

A la découverte du site IDDBD

C’est au tour du site IDDBD, et plus précisément à ses tenanciers, Michaël et David, d’être passé au crible. Rencontre avec deux hommes dont l’unique but est de transmettre leur passion et leurs coups de coeur.


Bulle d’Encre : Présentez-nous votre site.
Michaël : IDDBD est né d’une idée somme toute assez simple. Essayer de faire bénéficier ses lecteurs du coup de pouce dont j’ai moi-même profité lorsqu’un ami, Manu Cardot, m’a fait découvrir il y a quelques années la BD contemporaine. Pour ma part, j’en étais resté aux classiques (Astérix, Lucky Luke, Blueberry…). Et cet ami m’a ouvert les portes d’un monde dont j’ignorais tout. J’ai voulu faire la même chose avec d’autres : leur donner des idées de lectures, leur faire découvrir ou redécouvrir des albums qui me semblaient intéressants. IDDBD est né de cette idée le 30 janvier 2006.Actuellement, nous sommes deux à animer le blog : David Donnat et moi-même. Pour nous, c’est pas du tout un travail, juste une passion commune pour la BD. C’est aussi le plaisir de partager nos coups de cœurs, nos découvertes, notre mauvaise foi (parfois), nos obsessions (souvent) en matière de bande-dessinée.
On prépare nos chroniques chacun de notre côté (on habite juste à 1000 km de distance !) et on les publie le jour où l’autre nous a laissé de la place. 😉
Aucune contrainte, aucune directive, aucune ligne directrice si ce n’est de ne parler que de ce que l’on aime, qu’il s’agisse d’albums, d’auteurs, d’éditeurs, de fanzines ou de webzines comme Bulle d’Encre !
David : C’est vrai, on ne parle QUE de ce que l’on aime. D’ailleurs c’est ce qui m’a séduit sur IDDBD. N’étant pas des dessinateurs/auteurs professionnels, ni même amateurs, nous n’avons pas à critiquer le travail de gens capables de tenir un crayon. Déjà, oser écrire sur des choses qui nous ont marquées, c’est assez présomptueux. Ça expose pas mal à la critique. Mais bon, la passion…
Si je peux préciser juste pour l’historique, Mike était un lecteur assidu du rayon BD de la bibliothèque où je travaille. Etant responsable du rayon, on a tout de suite discuté et il m’a parlé de son blog : une chronique par jour, c’était fort ! Je suis allé voir, j’aimais bien l’esprit « pas-de-chapelle-ici », j’ai déposé quelques commentaires et conseils… puis un jour Mike m’a proposé de faire une chronique (Klezmer de Joann Sfar). Il en faut peu parfois. Finalement, faisant un boulot de passion, IDDBD était pour moi un moyen de continuer sur la toile ce que je faisais au quotidien et sans prise de tête en plus ! Depuis, ce petit malin de Mike n’a rien trouvé de mieux que de quitter la région parisienne… pffffff !!!

BDE : Que signifie IDDBD ?
M : Ben… C’est un peu la honte, mais bon… Seul le dessinateur B-Gnet est actuellement au courant (je n’ai pas encore osé l’avouer à David)… Bref, je voulais créer un blog de chroniques BD dont le nom serait ID2BD (« idées de BD »…). Lorsque j’ai enregistré le nom du blog sur Canalblog… ben j’me suis planté et j’ai écrit « IDDBD ». Comme j’ai eu la flemme de recommencer la procédure d’inscription, j’ai gardé l’acronyme IDDBD. Et puis un jour, une collègue m’a dit que s’était vachement sympa d’avoir imaginé un blog qui s’appelle « Itinéraires De Découvertes de la BD »… là encore, je n’ai osé rien dire !

BDE : Pourquoi avoir créé ton blog et ne pas avoir tenté de rejoindre un site déjà existant ?
M : A la création d’IDDBD, je connaissais les sites existants mais ils ne répondaient pas à l’envie que j’avais de proposer une BD par jour. Encore une fois, IDDBD n’a pas vocation à devenir aussi exhaustif que les excellents sites de critiques qui existent depuis plus longtemps sur le net. Sa seule ambition est de faire partager nos coups de cœur.

BDE : Comment faites-vous pour tenir un rythme quotidien à seulement deux rédacteurs ?
M : Personnellement, je dors peu et mal. J’écris donc souvent la nuit ou au petit matin ou quand j’ai un moment à moi. De toute façon, mes chroniques ne sont pas de véritables critiques : elles reflètent seulement ce que j’ai ressenti à la lecture de tel ou tel album. Je les écris donc assez rapidement, d’une traite, comme elles me viennent sur l’instant. Je fais ensuite quelques recherches pour enrichir les chroniques de liens vers d’autres sites. Et puis, il faut dire aussi qu’on alterne les vraies chroniques avec les « Infos du jour » et nos sélections des sorties du mois, plus rapides encore à rédiger…
D : Ben moi, c’est l’inverse ! Je suis bien incapable de tenir le rythme de Mike. Ce type est une machine. Non seulement, je dors bien mais j’écris également à la vitesse d’un âne unijambiste au galop, donc quelques lignes me prennent très souvent 1 heure ou 2. Je suis un peu maso, j’écris d’abord ma chronique sur papier puis passe au clavier, du coup mon texte peut changer du tout au tout. J’aime peaufiner mon travail, même si ça ne se voit pas toujours (en particulier avec l’orthographe). De plus, j’avoue être de plus en plus exigeant avec mes lectures et parfois, je manque de matière. Au bout du compte, mes chroniques sont irrégulières car je n’évoque que les albums marquants (subjectivement parlant bien entendu).
M : Petite précision : depuis le début, je suis extrêmement jaloux des chroniques de David (style, qualité, intelligence). C’est la raison pour laquelle j’en publie au kilomètre pour l’empêcher de publier les siennes ! 😉 Plus sérieusement, sans David, je crois que je n’aurai pas tenu le rythme…

BDE : Vous déplacez-vous en festivals pour rencontrer de nouveaux auteurs et réaliser des interviews ou fonctionnez-vous essentiellement par mail ?
M : Malheureusement, je n’ai que trop rarement l’occasion de me déplacer dans les festivals (mais quand j’y arrive, j’en profite à fond !). Avec les auteurs, les échanges se font surtout par mail. Certains m’écrivent régulièrement pour me donner de leurs nouvelles. Je dois reconnaître que j’aime bien cette manière de procéder. Je me suis retrouvé face à quelques auteurs et j’ai toujours eu l’impression de bafouiller des banalités plus ineptes les unes que les autres. Avec le filtre du mail, je ressens moins cela…
D : En fait, je saute plutôt sur les occasions quand elles se présentent. J’ai pu faire venir Kokor à la médiathèque où je travaille, j’en ai profité pour filmer la rencontre et la mettre sur IDDBD. Opportunisme ! Pour le reste, c’est essentiellement Mike qui s’en occupe (comme la plupart des choses sur IDDBD) mais je suis toujours à l’affût d’un bon plan.

BDE : Vos derniers coups de cœur ?
D : La Guerre du Professeur Bertenev d’Alfonso Zapico (dont vous avez fait l’interview ici), qui est un album d’une grande humanité. Petite histoire du grand Texas, d’Otto T. et Grégory Jarry, album caustique et malin ! Le Complexe du chimpanzé de Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio, un thiller SF d’une grande classe. Fell de Warren Ellis et Ben Templesmith, un polar noir et glauque. Pour finir, j’ajouterai Ma’at de Simon G. Phelipot, de la SF encore avec un dessin qui n’est pas sans rappeler les pages les plus étranges du Cages de Dave McKean. J’ai également découvert par hasard « Sans emploi », le blog de Jibé. Il fait mieux que nous en faisant un strip de 4 cases par jour. J’aime beaucoup la forme « strip » (j’ai beaucoup lu les Peanuts et Mafalda) et l’humour cynique. Ce blog ne pouvait que me plaire. J’aime également beaucoup le site de Maliki. Sinon, j’attends de lire la suite de RG de Frederik Peeters (dont je suis un ultra-fanatique) ainsi que le 3e opus de La Guerre d’Alan (enfin !). La plupart sont ou seront un jour sur IDDBD.
M : Ce n’est pas pour faire de la pub, mais mes derniers coups de cœur sont sur le blog. Par contre, je peux te citer quelques auteurs dont je suis fan et pour lesquels je suis prêt à la plus parfaite mauvaise foi (heureusement, ce n’est jamais nécessaire tant ce qu’ils font est top !). Dans le désordre (dessinateurs et scénaristes confondus) : Seth, Manu Larcenet, Lewis Trondheim, Joan Sfar, Xavier Dorison, Fabien Nury, Ted Naifeh, Yslaire, David de Thuin, Matthieu Bonhomme, Andy Watson, Fabien Vehlmann, Alexandre Clérisse, Phicil, Régis Loisel, Jiro Taniguchi, Jérôme et Olivier Jouvray, Christophe Blain, Blutch, Lionel Richerand, Virginie Augustin, James, Hervé Bourhis, Kerascoët, Fabrice Erre, Shaun Tan et tellement d’autres (mille excuses à celles et ceux que j’ai oublié de citer) !

BDE : Comment voyez-vous le futur de IDDBD ?
M : Deux projets me tiennent à cœur en ce moment. Premièrement, réussir à faire éditer un jeune artiste, Boris Labbé, dont je pense qu’il va tout exploser. Son dessin est dans la veine de Shaun Tan et sa première œuvre aboutie, Cercle vicieux, est un « petit bijou ».
Deuxièmement, réussir à convaincre quelques maisons d’éditions d’apposer le label « Recommandé par IDDBD » sur certains de leurs albums. Toujours dans l’esprit de refiler un bon tuyau aux amis sur un excellent album. L’air de dire « Vas-y les yeux fermés, c’est top ! ». Pour le reste, continuer à proposer de belles BD comme on les aime ici : faites par de vrais artistes.
D : La formule de base ne fonctionne pas mal. On a de plus en plus de lecteurs. Bon le pied serait qu’ils utilisent plus souvent les commentaires pour échanger avec nous. Libre à eux également de venir écrire de belles chroniques quotidiennes sur le(ur) meilleur de la BD, du comics et du manga.

BDE : Merci à vous !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*