Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Retour sur le Salon du Livre de Paris 2008

Retour sur le Salon du Livre de Paris 2008

C’est sous un magnifique temps pluvieux que l’équipe de Bulle d’Encre s’est rendue au Salon du Livre de Paris le dimanche 16 mars 2008.


Après avoir passé avec brio le test des portails de sécurité (vigipirate oblige… Israël était invité d’honneur du salon ce qui a suscité moult polémiques chez des écrivains de langue arabe), l’équipe s’est aussitôt rendue vers l’espace BD du salon. Les sacs attendaient déjà, sans un bruit, sans se doubler, en file indienne, devant les différents stands d’auteurs. C’est là aussi que l’on constate qu’un colis suspect se mélangerait très facilement… C’est aussi là que l’on constate que les gens savent courir très vite dès l’ouverture pour obtenir une bonne place dans une file d’attente. Nous continuons donc nos tours, slalomant entre les sacs…
Cette année encore, l’Escale BD proposait son lot d’animations : conférences, coin lecture, séance de speed-booking. D’ailleurs, revenons un peu sur cette drôle de bête… Le speed-booking consiste à faire rencontrer un professionnel de la BD par un auteur en herbe, dans un temps limité (à la façon du speed-dating, le chronomètre en moins). Un exercice assez intéressant pour avoir un avis extérieur sur son travail… mais pouvant en démoraliser plus d’un ! Si votre travail ne convient pas à la personne en face de vous, vous allez le savoir et selon l’humeur de votre interlocuteur, les critiques seront plus ou moins constructives. C’est donc une démarche à entreprendre en connaissance de cause, si vous comptez vous aussi passer le cap l’année prochaine… Etes-vous prêt à voir votre travail jugé en 5 minutes ? Bref, à déconseiller aux personnes sensibles, pour les autres, ça ne peut que vous apporter un plus dans vos démarches !

Et pour le reste ? Les conférences étaient suffisamment variées pour que le lecteur s’y retrouve (manga, comics, franco-belge), mais dans la cacophonie ambiante il était difficile de suivre vraiment les débats (surtout que les sièges étaient souvent occupées par des personnes venant tout simplement se reposer… et discuter). Le programme du salon en lui-même était de toute façon tellement chargé que peu de gens se risquaient à « perdre » une heure pour écouter une conférence. Pourquoi je dis « perdre » ? La réponse dès que j’aborde les dédicaces.
Côté expo, pas grand-chose à se mettre sous la dent non plus. Une exposition sur Le Chat de Philippe Geluck, qui fête ses 25 ans (le Chat, pas Geluck, hein !) et… c’est tout, pas vu autre chose qui s’apparentait à une exposition (quelques photos dans l’Escale BD mais rien de transcendant).

Mais revenons maintenant aux séances de dédicaces en elles-mêmes… Malgré l’absence de grosses maisons d’éditions (Soleil, les Humanos ou Bamboo), la foule était là (au début, les sacs, ensuite les gens), excepté du côté des indépendants où c’était beaucoup plus calme (et respirable au passage). Les gros éditeurs avaient tous différents systèmes pour gérer le monde : des dédicaces faites au tampon encreur, des tickets donnés sur simple achat, des tirages au sort ou uniquement la BD de l’éditeur en question à faire dédicacer… Ce n’était pas le moment idéal pour pouvoir discuter vraiment et le système de tranches horaires où les auteurs étaient présents n’aidait pas non plus. Vous comprenez maintenant pourquoi beaucoup de personnes faisaient le choix de rester dans leur file plutôt que d’aller écouter une conférence.
L’avantage de ce bain de foule, c’est qu’il faisait vraiment chaud et étouffant. Une vraie canicule, les odeurs de transpiration avec ! En fin de journée, les files d’attente se sont heureusement vidées… le bâtiment aussi d’ailleurs : une alerte à la bombe et tout le monde était dehors !

Mais n’oublions pas aussi que le Salon du Livre, c’est aussi plein de BD sans dessin, avec beaucoup de texte, écrits par des gens connus (dont son lot de people sur le retour) ou pas connus du tout.
Le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine (non, on n’aura pas un stand, il nous manque encore quelques zéros sur notre compte en banque !).
Anthony Roux

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*