Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Philippe Ogaki – Dessinateur de Meteors

Rencontre avec Philippe Ogaki – Dessinateur de Meteors

« Les résultats officiels des élections législatives ne seront connus que dans la soirée après la clôture du vote, mais ici, à Londres, il n’y a déjà plus de suspense après l’annonce des premières estimations… Le prochain locataire du 10 Downing Street, notre nouveau premier ministre, sera une Intelligence Artificielle! »

Il y a peu sortait chez Delcourt le premier volume d’une toute nouvelle saga de SF signé du prolifique scénariste Fred Duval (Carmen McCallum, Travis). Ambitieuse, dense et amenée à devenir une référence du space-opera, c’est pour nous une réussite ! Moins connu malgré sa première série Les Guerriers du Silence, Philippe Ogaki mérite toute l’attention des lecteurs, car il excelle dans ces univers futuristes complexes aux grandes influences asiatiques. Rencontrez avec nous ce jeune dessinateur.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Les premiers lecteurs sont assez enthousiastes autour de Meteors. Et toi, quel regard portes-tu sur l’album ?
Philippe Ogaki : Bonjour, ça me fait plaisir que les lecteurs passent un bon moment en compagnie de Meteors. On ne sait jamais comment l’album sera reçu par les autres. Quand j’étais sur le dessin et la couleur des pages, je n’avais aucun recul, j’étais concentré sur ce que j’y mettais, et à résoudre et dépasser tel ou tel problème technique. Du coup, maintenant que j’ai l’album en main, j’ai une vision globale du livre. Je dois avouer que même si j’en suis assez content dans l’ensemble il y a de nombreuses cases que j’aimerais corriger. Mais je ferai mieux au Tome 2 !

BDE : Avec 64 pages et des planches magnifiques, le dessin a du être long. Depuis combien de temps travailles-tu sur ce projet ?
PO : Les premières pages datent du printemps 2006. J’avais dans le même temps le Tome 4 des Guerriers du Silence à faire et la couleur de La Rose écarlate. Je n’ai donc fini les planches qu’à la fin de l’année 2007. L’importante pagination du livre a l’avantage de permettre de faire passer beaucoup d’informations sans rendre le récit indigeste. Par exemple, la grande séquence de bataille à la fin du livre a pu être ainsi développée. Sur un 46 pages normal, le tout aurait dû tenir sur deux pages, et moi qui adore dessiner les scènes d’action, j’en aurais été frustré. Cependant, il est vrai que 16 pages de plus à dessiner et à mettre en couleurs, c’était dur ! D’ailleurs, comme c’était mon premier livre où je gérais à la fois le dessin et la couleur, j’ai mis un peu de temps à trouver une méthode qui me convienne. Mais au final, ce fut très enrichissant.

BDE : Comme pour Les Guerriers du Silence, tu t’es engagé sur une série de SF ambitieuse et vaste. On peut parler là aussi de space opera. Affectionnes-tu particulièrement ce genre ou te verrais-tu travailler dans d’autres styles ?
PO : La SF et moi c’est une grande histoire d’amour. J’étais tout jeune quand j’ai vu Star Wars, et ça a laissé une profonde empreinte en moi. Ado, j’ai lu beaucoup de romans de SF et comme je faisais du jeu de rôle à l’époque, je me suis mis à écrire mes propres scénarios. Du coup, c’est un genre dans lequel je me sens particulièrement bien, mais cela ne m’empêchera pas de travailler dans d’autres styles d’histoires. Au contraire, me confronter à d’autres genres a le parfum de nouveaux territoires à conquérir. J’ai d’ailleurs quelques projets qui dorment dans mes cartons, mais je pense qu’ils ne vont pas être éveillés de si tôt. Je suis déjà bien occupé avec Meteors et les couleurs de La Rose écarlate.

BDE : Comment Fred Duval t’a-t-il présenté son récit, avec toutes les personnages et les lieux différents ? Ses premières ébauches possédaient-elles toute cette profondeur et les possibilités que cela t’offrait ?
PO : C’était un projet qu’il avait écrit depuis un certain temps avant qu’on se rencontre. Il m’a donné un synopsis détaillé du projet, avec le descriptif de la plupart des personnages. A la lecture du scénario, j’ai retrouvé l’ambiance des romans de SF que je lisais plus jeune. J’ai tout de suite été emballé par le projet, on s’est rendu compte avec Fred Duval qu’on avait finalement les mêmes références. D’ailleurs, j’étais assez sensible à l’idée d’un gouvernement IA élu par le peuple. Après la lecture, j’ai rapidement commencé a griffonner les premières idées qui me sont venues.

BDE : Quelle liberté as-tu eue dans la représentation graphique ? Fred avait-il une vision précise ou avez-vous échangé des idées ?
PO : Je ne me suis jamais senti contraint, j’ai plutôt l’impression d’avoir pu pleinement m’exprimer graphiquement. Dans la plupart des cas, Fred me fait un descriptif succinct du design du personnage ou du lieu à créer. Je fais, à partir de là, quelques gribouillages qui aboutissent à une proposition que je lui soumets ainsi qu’à Fred Blanchard. On en discute le cas échéant, mais le plus souvent ils étaient contents de la vision donnée. Pour le travail sur les pages proprement dites, c’est à peu près la même méthode qui était employée. Fred Duval me donne un découpage écrit à partir duquel je fais un story-board que j’envoie aux deux Fred. On discute des éventuels problèmes de narration et de cadrage, puis j’attaque la page que je leur envoie une fois totalement terminée. On fait alors les derniers réglages dessus.

BDE : A-t-il profité de tes talents pour développer certains aspects de l’histoire, comme les vaisseaux ou les armures spatiales ?
PO : Je ne sais pas s’il en a profité, parce que vaisseaux et méchas étaient déjà présents dans le projet. Mais comme j’affectionne dessiner ce genre de choses, cela tombait plutôt bien. J’ai pu me faire plaisir à dessiner et il a pu sans retenu mettre tous ses éléments technologiques.

BDE : Le cahier graphique fait saliver, tes esquisses et recherches graphiques sont magnifiques ! Passes-tu beaucoup de temps à trouver la représentation d’un personnage ou d’un véhicule ?
PO : Le design est l’une des phases que je préfère, ça donne idée de ce qu’un personnage ou un lieu pourraient être sans pour autant le figer. Mais je ne peux pas passer autant de temps que je le voudrais sur cette phase du travail, les pages doivent aussi continuer à avancer. En général, à la lecture de la description de Fred Duval, j’ai une vague idée de ce que ça pourrait donner. Je dégrossis l’idée avec quelques petites esquisses qui relèvent plus de la silhouette. Je fais ensuite le design plus détaillé. Celui sur lequel j’ai vraiment passé beaucoup de temps est celui de l’armure spatiale. On a eu un échange de dessin avec Fred Blanchard pour aboutir à la version qui se trouve dans l’album.

BDE : Son expérience sur d’autres belles séries de SF peut-elle encore te servir à développer ton dessin ?
PO : Etant grand amateur de SF, j’ai lu ses BD avant qu’on ne se connaisse, mais je pense qu’à ce moment-là mes influences étaient déjà très marquées. Des œuvres comme Akira et Aquablue m’avaient profondément marqué. Aujourd’hui j’essaie de doucement tracer mon propre sentier, mais les influences de ces œuvres restent tout de même très présentes.

BDE : Connais-tu déjà la suite de l’aventure ? Quelques révélations nous attendent-elles au Tome 2 ?
PO : J’en connais les grandes lignes, Fred Duval détaille le scénario au fur et à mesure. Pour le Tome 2, je peux déjà vous dire qu’il y aura un grosse partie de l’intrigue dans l’Espace, entre stations spatiales et vaisseaux, et que normalement on verra les armures Meteors en pleine action. L’album sera fini pour la fin d’année, donc une publication début 2009.

BDE : Merci beaucoup !
PO : Merci à vous ! Ça fait plaisir de répondre à des questions aussi enthousiastes !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 22 avril 2008.

Pour plus d’images et d’infos sur la série, visitez le site officiel !

Premières pages de Meteors T1

© Guy Delcourt Productions/Duval/Ogaki

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*