Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Rose écarlate T4 (Lyfoung, Ogaki) – Delcourt – 9,95€

La Rose écarlate T4 (Lyfoung, Ogaki) – Delcourt – 9,95€

Parution : 03/2008
A la poursuite du Baron de Huet et de son frère, décidés à rassembler les objets qui leur permettront de trouver le trésor des Templiers, la Rose écarlate et le Renard parcourent l’Italie en donnant aux pauvres l’argent des riches jusqu’à arriver à Venise. Le cousin de Guilhem de Landrey, Fanelli Cordano, les accueillent et les renseignent afin qu’ils puissent mettre la main sur la clé censée donner accès à la salle du coffre mythique détenu par un connétable de la ville du doge. Leurs ennemis sont déjà sur place.
L’intrigue de Patricia Lyfoung s’ensable quelque peu dans ce quatrième tome, en effet ces nouvelles aventures de la Rose écarlate semblent avant tout le prétexte à introduire un nouveau personnage, celui d’Ishta, capitaine de la Veuve noire, une femme à la forte personnalité qui entre comme on s’y attend en opposition à Maud et qui attire le volage Renard. Il n’en reste pas moins que l’on suit ce J’irai voir Venise le sourire aux lèvres et en riant franchement des rebondissements divers et variés, les deux planches débutant chaque tome relevant désormais véritablement du gimmick. On peut être déçu que l’aventure ne prenne pas plus le large contrairement à ce que laissait présumer J’irai où tu iras (même le titre paraît redondant). Graphismes et scénario font donc toujours autant penser aux mangas, les influences venant à se diversifier : outre Riyoko Ikeda (La Rose de Versailles), on trouve dans ce volet un soupçon d’Eiichiro Oda (One Piece). Un travail assez inégal d’une page à l’autre, certaines planches se révélant somptueuses aussi bien sur le plan des couleurs signées une fois encore Philippe Ogaki (Les Guerriers du Silence, Meteors), habitué des story-boards, alors que d’autres attirent beaucoup moins l’œil.
Une série qui se cantonne sans doute à tort à un lectorat très jeune, mais qui trouve toute sa place à coté d’autres comme Harry Cover de Pierre Veys où Le Roi catastrophe de Lewis Trondheim.
Ludovic Grignion

Chronique du Tome 3

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*