Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Malédiction de Zener T1 (Grangé, Adamov) – Drugstore – 12,50€

La Malédiction de Zener T1 (Grangé, Adamov) – Drugstore – 12,50€

Parution : 10/2004
1968. Pour parvenir à rencontrer personnellement son maître à penser, François Bruner, Sibylle Thiberge est prête à tout ! C’est la raison pour laquelle elle participe aux protocoles de recherches que le scientifique spécialisé en parapsychologie a mis en place à l’Université de Nanterre. Ces efforts payent puisque après avoir triomphé des cartes de Zener (test qui consiste à deviner des formes et des couleurs sur des cartes tirées au hasard hors de la vue du cobaye), Philippe Bruner lui propose de se joindre à lui dans son laboratoire de Villejuif pour de nouvelles expériences. Les jours passant, l’étudiante, qui réagit très violemment aux tests, a l’impression d’être suivie. Par ailleurs, l’attitude de son idole s’avère de plus en plus suspicieuse. Odile, la confidente de Sibylle, s’inquiète pour elle et n’hésite pas à lui faire part des rumeurs à propos de Bruner, ce dernier travaillerait pour le compte de l’Union Soviétique !
En août 2000, Jean-Christophe Grangé publie Le Concile de pierre, le roman succède à son best seller Les Rivières pourpres. L’œuvre intéresse Philippe Adamov qui contacte Albin Michel pour en proposer une adaptation BD. L’écrivain décide non pas de reprendre l’histoire originale, mais de collaborer avec le dessinateur des Eaux de Mortelune pour réaliser une sorte de prologue. La Malédiction de Zener se révèle comme un développement de deux chapitres du roman. Une trilogie, dont le dernier tome sortira à la rentrée, qui aborde la vie de la mère de Diane, l’héroïne du Concile de pierre. Cette première et unique adaptation BD de Grangé, qui a été de nombreuses fois adapté sur grand écran (son nouveau roman Misèrere sort cette semaine), est une réussite, l’intrigue est prenante que l’on soit fan ou pas de l’homme. Le style d’Adamov colle particulièrement bien à l’intrigue, plus particulièrement dès que celle-ci prend le large et que l’héroïne passe à l’Est. C’est un peu plus discutable pour la description du Paris de mai 68, sans doute un peu moins déliquescent, mais l’histoire teintée de paranormal nous permet sans aucun doute d’être moins regardant quant à la reconstitution.
Une coopération entre la BD et la littérature des plus réussies et qui mérite vraiment le coup d’œil. L’occasion de découvrir un auteur et de retrouver un dessinateur talentueux. L’album a été depuis réédité chez Drugstore.
Ludovic Grignion

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*