Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Kan-J – Dessinateur de Blackwood

Rencontre avec Kan-J – Dessinateur de Blackwood

« Une nuit en me promenant, je descendis dans une vallée profonde, silencieuse et humide. L’air stagnant était imprégné de corruption et de froideur qui me soulevaient le cœur. Je défaillais. Je m’élançais en avant, j’avais l’impression de chercher confusément une chose égarée comme la joie ou l’espoir. Pourtant, malgré mes efforts, je ne trouvai rien… Hormis les fantômes du désespoir… »

Un album nous a récemment marqué par la qualité de son récit et de son dessin, mais aussi par sa magnifique couverture, la plus belle du mois selon les lecteurs de Soleil. Nous avons donc voulu revenir sur le premier tome de la série Blackwood avec son dessinateur, Kan-J, auteur belge parti vivre au Canada. C’est depuis l’autre côté de l’Atlantique, où les comics sont rois, qu’il a accepté de répondre à nos questions.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Te voilà enfin dans le monde des auteurs de BD. C’est un rêve qui se réalise ou une suite logique de ta carrière ?
Kan-J : Bonjour. Un rêve plutôt qu’une suite logique, car j’ai toujours aimé la BD, mais je n’ai pas fait d’études dans ce sens. Un beau rêve donc, sans aucun doute. 🙂

BDE : Pour ton premier album, ta couverture a été élue couverture du mois sur le site Soleil. As-tu mis du temps avant de trouver la version définitive ?
KJ : Ouf, oui, la couverture définitive a été finie lors des planches 35-40 alors que dans le « contrat », elle est demandée à la 20ème planche…Je crois avoir réalisé plus de 20 sketches différents pour, au final, aller sur une idée plutôt simple, sachant en plus qu’au départ le fond avait été pensé pour rester blanc, et c’est Jim qui nous a fait la surprise du décor que l’on a bien sûr gardé.

BDE : Nicolas Jarry est un scénariste reconnu pour ses excellentes histoires. Etait-ce confortable de commencer avec un tel partenaire ?
KJ : Oui, au début. Je ne le connaissais pas vraiment, ni son travail. On pense surtout à essayer de dessiner ce que l’on nous demande pour au final s’apercevoir que c’est en fait un peu plus dur que cela… 🙂
La collaboration se passe vraiment bien. La difficulté est que Nicolas est un pro et travaille sur beaucoup de séries, avec des gens eux-mêmes pros. Il a travaillé avec moi de la même façon, en me donnant beaucoup de liberté. C’est mon coté non professionnel, qui fait que je n’y connaissais rien, qui fut un peu dur pour moi, travailler sur une BD avec un scénariste laissant autant de marge de manœuvre. Il a fallu que j’apprenne sur le tas. Une difficulté a faire l’album, sans doute, due à mon manque d’expérience. Pour la collaboration, je n’aurais pas pu trouver mieux pour un premier album, Nicolas et Jean-Luc (Istin) m’ont beaucoup appris.

BDE : Dès ta première BD, tu nous en mets plein les yeux ! Quel a donc été ton parcours avant d’arriver dans ce domaine ?
KJ : D’abord merci. 🙂 Ha ha ha, mon parcours était tout tracé : les planches ! Mais pas en BD… Ma famille a souhaité que j’apprenne un « vrai » métier. Du coup, je me suis retrouvé menuisier (bah oui, les planches :P). En même temps que mon travail dans la construction après mes études, j’envoyais des dossiers, pour au bout de loooongues années, enfin réussir à signer un album. 🙂

BDE : La série mélange les genres, le fantastique mêlé à l’Angleterre du XVIIème siècle dans un mariage audacieux. Comment as-tu appréhendé cet univers imaginaire ? Est-ce ton genre de prédilection ?
KJ : Ouf, non et dieu merci, faire ce que l’on sait faire ne doit pas être très intéressant. Même si je pense être très loin de ce qu’attendait Nicolas, j’ai essayé de coller au mieux à cette période. C’était mon premier album, apprendre tout de la BD en essayant en plus de coller à un univers réaliste, avec documentation and co, ce fut un challenge. Le deuxième tome, ça va l’être encore plus ! 🙂

BDE : La couleur met aussi parfaitement en valeur ton dessin. Comment s’est faite la collaboration avec Jim Charalampidis, qu’on connaît peu ou pas ?
KJ : Alors, je la fais courte (l’histoire entière dure des heures !) : il habite à une heure de route de chez moi et j’étais tombé sur ses coordonnées par hasard. Il travaille pour Image, dans l’univers du comics et je trouvais que cela serait terrible d’avoir la chance de voir ses couleurs sur mes planches. Un coloriste de comics sur mon style assez comics. Je lui ai envoyé un mail, on a fait un essai, j’ai soumis le tout à Jean-Luc Istin et voilà ! 🙂

BDE : Etonnamment, tu as quitté ta Belgique natale pour le Canada. N’est-ce pas plus dur de percer dans le métier loin du pays de la BD ?
KJ : Etonnamment ? Non, pas tant. J’ai décroché mon contrat de Belgique via un mail envoyé à Jean-Luc, je ne lui ai jamais parlé au téléphone ou vu en vrai, idem avec Nicolas. Ça ne change donc rien au fait de là où on habite pour faire de la BD, je pense. Maintenant, percer dans la BD, je pense que c’est tout simplement dur. On verra dans 5-6 albums si je perce…

BDE : Depuis ton arrivée au Canada, t’es-tu imprégné de la culture comics ? Doit-on attendre une évolution de ton style ?
KJ : Alors, je suis tombé fou de la BD à la lecture d’un Bisley. J’habitais encore en Belgique à ce moment-là. Akira aussi, donc, du coup, j’ai très vite été accroché par les comics et les mangas. Maintenant, c’est sûr que j’en lis beaucoup plus ici maintenant, même si les grands auteurs de comics sont relativement bien distribués en librairies spécialisées. Pour mon style, là je me retiens encore un peu, j’essaie de ne pas changer à cause de ma lecture de comics. Pour la suite, je pense changer beaucoup à ce niveau. Par contre, la BD franco-belge en Ontario, on en trouve tout simplement pas, il faut que j’aille au Québec pour cela.

BDE : Nicolas collabore avec un autre Canadien, Djief pour Le Crépuscule des Dieux. T’es-tu rapproché de lui ou d’autres dessinateurs du pays ?
KJ : Ha ha ha, j’habite en Ontario, une province mitoyenne du Québec. Sur une carte, c’est super proche… mais c’est à 6 heures de route de chez moi ! Donc non, je n’ai pas eu l’occasion de le rencontrer. Ni Jacques Lamontagne non plus. 🙁 Qui sait, lors d’un festival à Montréal ?

BDE : Merci à toi !
KJ : Grand merci à Bulle d’Encre !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Ludovic Grignion.

Interview réalisée le 23 octobre 2008.

Extraits de Blackwood T1

© MC Productions/Jarry/Kan-J
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*