Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Janry – Dessinateur du Petit Spirou

Rencontre avec Janry – Dessinateur du Petit Spirou

« Et alors, finalement, cette princesse ? Elle est comment ?
– C… Comment !? Ce n’est pas… vous ?
– Mon prince à moi ne confond pas crapaud et grenouille. »

Il y a des auteurs qui font (et feront encore) rêver plusieurs générations de lecteurs. Janry en fait partie ! En équipe avec Tome, il a animé pendant plusieurs années les aventures de Spirou et Fantasio, offrant aux lecteurs de la série des albums inoubliables. Et depuis maintenant 20 ans, les deux compères ont créé et développent les histoires du Petit Spirou, qui n’est autre que le grand quand il était petit.
A l’occasion de la sortie du quatorzième tome, qui cartonne déjà en librairie (Bien fait pour toi !), Janry était de passage à Paris et il a gentiment accepté de répondre à nos questions. Retour sur une discussion passionnée et sans langue de bois !

Chronique du Tome 14

Retrouvez quelques planches en fin d’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour et merci d’avoir accepté cette interview, c’est un immense plaisir pour nous qui sommes fans.
Janry : C’est gentil ! Mais il n’y a pas de raison d’être intimidé, je ne suis qu’un dessinateur… J’ai rencontré l’autre jour un type dans un club vidéo, il a vu mon nom sur ma carte de fidélité et m’a demandé : « c’est vous l’auteur du Petit Spirou ? ». C’était un fan qui m’a dit être champion de Belgique de pétanque. Effectivement, derrière lui, il avait des trophées, des coupes, etc. Moi la pétanque, j’aime bien pendant les vacances mais bon… Donc il y a des gens passionnés et doués partout, moi je ne revendique rien.
Après les gens aiment bien connaître qui est derrière le Petit Spirou. Mais quand j’étais petit, savoir qu’il y avait quelqu’un derrière Gaston, ça m’importait peu. C’était un tour de magie fantastique mais il n’existait pas, il y avait un truc, un monsieur qui le dessinait. J’aurais presque voulu le faire disparaître, ce type derrière !
Donc voilà, je suis moi aussi un type normal, qui aime rigoler, pas meilleur ni pire qu’un autre.

BDE : Quelqu’un qui dessine mieux quand même !
J : Oui, alors ça c’est parce que j’ai un itinéraire différent. On dessine tous depuis qu’on a 3 ans, moi j’ai juste continué après, alors que beaucoup arrêtent. C’est que du travail, aucune raison d’être fasciné par ça.

BDE : Pour en revenir à la série, Le Petit Spirou est présenté comme le seul best-seller jeunesse à ne pas avoir son dessin animé, alors que Spirou avait été adapté à votre époque.
J : Là, on n’avait rien eu à dire… Il ne nous appartenait pas, donc c’était Dupuis qui avait essuyé les plâtres. Toutes les adaptations ont l’auteur comme obstacle. Il est à la fois attiré par cette espèce de consécration mais il sait aussi que ce ne sera pas du Spielberg, du Chabrol… Donc l’animation oui, mais pas à n’importe quel prix. Toutes les occasions sont bonnes de propager la bonne parole, mais avec Le Petit Spirou, on ne se laissera pas faire. On ne refuse pas le dessin animé mais on attend le coup de foudre.

BDE : Il faudra toutes les bonnes conditions ?
J : Oui, car c’est une arme à double tranchant. Ce sont deux médias différents mais qui n’accumulent pas les amateurs des deux. Par exemple, si Johnny veut faire dessiner sa couverture par Frank Margerin, c’est pas bon. Car ce sera la réduction des deux, ça ne plaira qu’à ceux qui aiment à la fois Johnny et Margerin. Ce n’est pas additionnel, c’est réducteur, avec le plus petit dénominateur commun. Le fan de Margerin qui n’aime pas Johnny n’achètera pas l’album.
C’est donc dangereux d’avoir deux médias qui partagent un même support. L’un peut faire disparaître l’autre avec lui. Avec Philippe (Tome), je suis timonier du Petit Spirou depuis bientôt 20 ans, je peux vous dire qu’on a encore plein de choses à raconter. On n’a pas envie de voir le bateau couler à cause d’un dessin animé à la con !

BDE : Sur le dessin animé Spirou, qu’avez-vous donc eu le droit de faire ou de dire ?
J : Pas grand-chose, on a essayé d’écoper le bateau qui coulait ! On ne pouvait rien faire d’autre, on avait déjà créé une bible avec les codes, mais quand un type nous dit « finalement on a fait ça et on n’aura plus le temps pour changer »… Face à nos têtes, la production nous disait « ne vous inquiétez pas, les albums se vendront encore plus en passant dans le poste. » Pour moi, c’était tellement pas assez…

BDE : Pourtant de nouveaux lecteurs sont arrivés grâce à ça.
J : Oui, un peu. C’était aussi le bon moment face aux mangas. Les Japonais ont été les premiers à occuper le terrain, le dimanche matin, quand les parents dorment et que les enfants regardent tranquillement la télé. Pour ces gosses, qu’est-ce qu’il y avait ? Goldorak, Dragon Ball, etc. Ils ont acquis une autre culture avec des codes pas plus ridicules que les nôtres. Ça ne gêne personne qu’Obélix ait un nez énorme…
Il faudrait donc qu’on continue à faire des dessins animés avec nos codes à nous, voire que les Japonais les acceptent un peu aussi… Pour l’instant c’est notre éditeur et les éditeurs japonais qui s’en mettent plein les poches, pendant que les auteurs comme nous le prennent dans le c…
Ça vous plairait à vous ?

BDE (rires) : Pas trop, non ! Après avoir repris puis cédé Spirou, accepteriez-vous de laisser Le Petit Spirou à d’autres tuteurs ?
J : C’est une question de personne. Et d’affinités. On n’aurait pas envie de le garder bêtement pour nous. Si à un moment donné, je ne me sens plus capable ou si je sens que je ne lui fait pas de bien en m’accrochant, et que j’en vois un qui fait mieux, Le Petit Spirou doit me survivre. Là non plus, pas à n’importe quel prix. Cela dit, si les éléments ne sont pas réunis pour sa survie et qu’on l’entraîne dans notre tombe, ça ne servira à rien.

BDE : Spirou a justement beaucoup changé depuis votre départ. Quel est votre regard sur la suite ?
J : Je suis et je serai toujours un papa viscéralement lié à Spirou. Je lui ai donné 20 ans de ma vie, de mes os, de ma sueur, de mes joies les plus intenses, alors ce n’est pas après 8 ans que je l’ai abandonné. C’est comme un enfant qu’on a vu grandir et qu’on a laissé partir, son destin m’intéresse. Et j’avoue que c’est pas terrible ce qu’ils ont fait… Je ne parle pas des auteurs, mais de l’éditeur. Ce n’est pas parce qu’on a arrêté la série qu’on ne veut plus rien faire avec. Je suis même prêt à voir la nouvelle équipe, à discuter, à dessiner avec eux pour expliquer et tout. Avec Morvan et Munuera, je n’ai pas eu de contact et je pense que ça ne vient pas d’eux. Peut-être qu’ils n’ont pas osé demander, mais Dupuis a clairement dit non. J’aurais peut-être pu donner quelques conseils, leur dire par exemple « les robots géants, c’est plus Zorglub que Champignac »… Voir ça dès la troisième page, c’était alerte rouge, non-assistance à Spirou, à auteurs, en danger !

Pourtant ils ont beaucoup de talent, mais on ne leur a pas donné assez de temps. Moi, je ne me suis senti maître de la « bécane » qu’au bout de cinq ou six albums, en fait à la moitié de Spirou à New York. Je commençais à maîtriser la Ferrari et c’était enfin mon premier tour de circuit.

BDE : Et au sujet des one-shots ?
J : Bonne idée. Très bonne idée ! Mais il n’y a pas de pilote dans l’avion, aucune ligne directrice. Et faire ça en parallèle d’une série qui existe, c’est comme si Morvan et Munuera n’avaient pas existé. On se demandait qui allait reprendre la série alors qu’ils étaient encore là. Sans compter qu’on ne les confie pas à n’importe qui. Un jeune qui passe et qui sonne, on dit « non ! » Il faut des gars qui ont fait leurs preuves et qui proposent leur vision décalée de Spirou.

BDE : Vous a-t-on proposé d’en faire un ?
J : Non, et ça m’intéresse de moins en moins. Loin des yeux, loin du cœur. Pourtant, Emile Bravo, c’est un type fort, les autres aussi. Leurs œuvres sont des pépites mais justement ça tasse encore plus la terre sur Morvan et Munuera ! Ce qui me gêne aussi, c’est que ce sont des hommages, et les hommages se font en général à des choses qui ont existé et qui sont mortes, ça sent le sapin. L’urgence est d’avoir un pilote et j’espère qu’on donnera du temps à Yoann et Fabien Vehlmann. On a trop gambergé…

BDE : Pendant ce temps, Le Petit Spirou continue… Vous imaginiez-vous durer avec lui ?
J : On n’imaginait rien du tout ! Mon crayon était encore suspendu au-dessus de la feuille quand j’ai arrêté Spirou. Donc peut-être que demain l’envie de faire Le Petit Spirou aura disparu. On ne sait pas comment vient une idée, ça peut ne jamais revenir et on ne maîtrise rien. C’est une surprise permanente alors… je ne sais pas combien de temps ça peut durer. Je n’espère qu’une chose : je préfère mourir pauvre que faire l’album de trop. Je n’ai pas envie qu’un copain vienne et me mette un coup de genou dans les c… en me disant « ça suffit, arrête avec Le Petit Spirou, repose-toi et donne-le à quelqu’un de meilleur que toi ! »

BDE : Vous aviez encore en main Spirou et Fantasio en créant Le Petit Spirou. Imaginiez-vous que ce dernier pourrait avoir plus de succès que la série-mère ?
J : Ce fut également le cas de Gaston a l’époque où Franquin se chargeait de la destinée du célèbre groom. Selon moi, la raison est simple. Lorsqu’un auteur anime une série dont il n’est pas le créateur originel, son potentiel créatif est limité par le cahier des charges de cette série et ne se déploie pas avec la même aisance que pour une série de sa propre création. D’autre part, on peut penser qu’une partie des lecteurs habituels de la série, autrefois fans, la délaissent parce qu’ils n’apprécient pas la façon dont les nouveaux pères l’animent. Les goûts et les couleurs…

BDE : Vous souvenez-vous de la première réaction du public lorsqu’il a découvert ce Spirou enfant beaucoup moins sage que l’adulte ? Et de celle de l’éditeur ?
J : La réaction du public fut immédiatement positive, mais parfois polémique (peut-on rire de tout ?). Notre éditeur nous avait fait part de certaines inquiétudes, bien sûr. Il craignait que Le Petit Spirou choque le lectorat habituel de Spirou, mais les quelques déçus ont fait place à de nouveaux lecteurs, plus nombreux heureusement (pour lui et pour nous) !

BDE : Comment choisissez-vous vos gags ? En existe-t-il certains pour lesquels vous vous êtes censurés ?
J : Nous ignorons encore aujourd’hui comment on « trouve » un gag. C’est par une attention de tous les instants, une observation constante du quotidien que nous pouvons collecter des ingrédients pour trouver des idées. Le gag vient d’un décalage par rapport à ce qui au départ est normal. Par exemple, une personne dans la rue qui téléphone avec son portable, c’est normal. Cette même personne avec son portable dans une cabine téléphonique parce qu’il pleut, c’est un décalage. En ce qui concerne la censure, nous nous en chargeons nous-mêmes.

BDE : Outre Le Petit Spirou, avez-vous des projets nouveaux, avec ou sans Tome ?
J : Des projets, oui… Ils sont à maturation. Ne jamais parler des projets avant leur accomplissement. Ceux-ci, chargés d’espoirs, peuvent très bien ne pas aboutir au dernier tournant.

BDE : A ce propos, y aura-t-il un prochain Passe moi l’ciel ?
J : J’aimerais bien ! Je m’amuse beaucoup avec cette série mais je me sens parfois un peu seul. L’éditeur ne fait rien pour promouvoir la série, si bien que je ne sais pas si les gens ne connaissent pas ou n’aiment pas. Parfois je doute et je me dis que je suis le seul à aimer Passe moi l’ciel (rires).

BDE : Enfin, question primordiale, saurons-nous un jour ce que signifie Kâkebuke ?
J : Fouchtra ! Oufti ! Ouffenchtreutt ! Si quelqu’un le sait, qu’il me le dise !

BDE : Merci beaucoup de nous avoir consacré ce temps !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 12 février 2009.

Découvrez plus d’infos sur le site de la série.

Le Petit Spirou en images


© Dupuis 2009/Tome/Janry
Photos © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*