Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Wilizecat – Auteur de Hugo

Rencontre avec Wilizecat – Auteur de Hugo

Parmi les quelques auteurs que nous souhaitions rencontrer au Salon du Livre de Paris figurait Wilizecat. Cet auteur jeunesse, qui œuvre pour la collection Puceron destinée aux plus jeunes, n’a pas été avare en explications sur ses séries en cours. Comme il nous l’a dit, il est bavard pour peu qu’on le lance sur quelques sujets. Un soda bien frais, une chaise confortable au centre du stand Dupuis, quelques questions préparées avec soin et c’est parti !

Chronique du Tome 4

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! En plus d’un album dont on parlera plus loin, il y a eu récemment la sortie du Tome 4 de Hugo. Peux-tu nous en parler ?
Wilizecat : Oui, c’est vrai que j’ai eu deux sorties. Pour Le Supermatou, j’ai réfléchi à l’histoire avec le numéro d’album. Je me suis dit : « Tome 4… Qu’est-ce qu’il y a comme 4 ? Les 4 Fantastiques ? OK, alors il y aura un super-héros. » Et je suis parti un peu comme ça, sur cette idée de super-héros. Après, pour construire un Hugo, je me base sur les soucis que peut rencontrer mon fils quand il grandit. Pour le premier, il avait 2 ans ½, c’était la peur du loup : il s’était réveillé pendant sa sieste en ayant peur du loup et ça m’a fait tilt. Pour la deuxième, c’était les petites bêtises. Là, comme il rechigne des fois à aller dans son bain…

BDE : Alors les idées viennent de lui ?
W : Oui, d’ailleurs je lui dois les droits d’auteur ! (rires)

BDE : Pour faire de la BD jeunesse, ça doit être idéal d’avoir un enfant ?
W : Grâce à lui, tu es dans le jus. Tu as un gamin sous les yeux et il se passe plein de choses que tu n’aurais pas imaginées sans lui. C’est possible aussi d’en faire sans enfant, on peut trouver des choses autres à leur proposer, mais moi je préfère partir d’une base existante pour après mieux m’évader. Je pars d’un détail réel qui me donne l’autorisation de partir plus loin.

BDE : Est-ce que ton fils te sert de « cobaye » pour lire les albums ?
W : Ce n’est pas vraiment ça, car il est devant de lui-même. Je ne lui dis pas de lire mais je vois comment il prend le truc. Comme il a 5 ans, il est dans la bonne tranche pour que je vois ses réactions.

BDE : Qu’est-ce qui t’a attiré dans la collection Puceron ?
W : Ce qui était intéressant était de faire de la BD pour les tout petits. A 2 ans ½, mon fils était déjà dans mes bouquins, les trucs de super-héros, les Star Wars, etc. Évidemment, ce n’était pas pour lui. Quand Spider-Man se prend la tête parce qu’il a trois poils qui poussent, ce n’est pas tout à fait pour un gamin de cet âge… Visuellement, il prend un peu ce qu’il veut, comme à la télé où il verra pire. Je me suis dit que ce serait bien s’il y avait des choses qui pouvaient lui parler de ses préoccupations. Pour la jeunesse, c’est très compartimenté, beaucoup plus que chez les adultes, où les envies sont à peu près les mêmes entre 20 et 30 ans, ou entre 30 et 40/50. Quand on est enfant, les préoccupations changent d’une année à l’autre. Tout va très vite ! Je me suis rendu compte en voyant les enfants prendre en main le livre et l’histoire, qu’il y a encore plus d’intérêt. Non seulement ça leur propose quelque chose, mais en plus pour le lire ils n’ont pas besoin des adultes. Comme c’est à un âge où ils veulent tout faire tout seul, pour eux c’est l’Amérique ! Rien ne leur est caché, car il n’y a pas de texte à déchiffrer. Je me souviens de mon fils me disant : « Et ça tu le lis ? – Non, c’est pas intéressant. – Si, lis-le ! – Bon : Abonne-toi tout de suite… » Là, il n’y a plus de mystères derrière les mots. Des parents m’ont même dit qu’ils trouvaient parfois l’album caché sous le lit. C’est leur secret. C’est un peu la révolution qui arrive avec cette collection.

BDE : Et comment réagissent justement les parents ?
W : Pour eux, c’est parfois surprenant. Ils sont un peu perdus, il n’y a pas de texte pour les guider. Alors qu’un petit gamin va vite tout comprendre dès qu’il pige l’ordre des cases.

BDE : Au niveau de l’écriture, comment se fait la construction sans dialogues ?
W : Justement, il y a mon autre actualité, La Balade de l’Enfant-Chat, où, avec des bulles, c’est un autre cheminement. S’il n’y en a pas, je ne peux pas me permettre d’avoir une page qui se balade, qui flotte. Il faut une information à chaque case, c’est assez particulier. Il ne faut pas être trop didactique, par exemple « il lève le pied, il pose le pied… ». 28 pages, c’est à la fois beaucoup et peu, car il faut que ces pages soient comme un grand puzzle, qu’elles s’enchainent bien.

BDE : Et repasser à une série avec des dialogues n’est pas trop dur ? Les bulles ne semblent pas superflues ?
W : Non, c’est pareil. J’aime bien mettre des blagues dans les textes, mais je me suis rendu compte de l’importance des actions sans le texte. En l’ajoutant, je comprends l’importance du texte. Avec une bulle, on peut tout changer, faire un polar ou de l’humour. Quand je parviendrai à bien manier les deux, j’aurai un bon outil pour raconter des histoires.

BDE : Tu as aussi un rythme de parution très rapide ?
W : Oui, il y en avait un qui sortait tous les 7 mois. Sur 7 mois, il y en a 6 qui me servent à faire l’histoire et après 1 mois pendant lequel je fais les dessins. Le story-board est très important pour que tout s’enchaine bien. Après tout coule tout seul. Je ne cherche pas non plus à faire des belles planches, mais des planches compréhensibles. Sur le Tome 3, j’ai par exemple plus surchargé, parce que je pensais que ça plairait plus aux petites filles de 5 ans. Je crois que la série touche maintenant un panel assez large. Je peux conseiller un tome plus qu’un autre selon l’enfant. Le premier qui a des cases assez touffues est plus pour les 4/5 ans, le deuxième est lui plus graphique, plus épuré, donc pour les 2/3 ans. J’alterne aussi d’un album à l’autre entre une grande aventure en extérieur et une plus petite dans la maison d’Hugo.

BDE : On peut aussi les lire en étant adulte ?
W : J’ai une grande maxime… Faut que je la retrouve, c’est un super slogan ! On a même fait bosser une boîte de comm là-dessus… Ah oui : « je ne fais pas des histoires pour les enfants, mais des histoires que les enfants peuvent lire. » En fait, je les relis mes histoires. Donc elles ne doivent pas me faire ch… et je ne veux pas raconter n’importe quoi à mon enfant. Il a vu du Star Wars avec des types qui se décapitent alors je ne vais pas lui faire Trululu dans la forêt !

BDE : Ca doit être une fierté d’écrire un livre pour son enfant ?
W : Pas trop. J’en suis content, je vois que c’est utile, mais ça ne me rend pas fier car je placerai plus ma fierté dans une BD avec des grandes planches pleines de détails. Vous voyez, quand le dessinateur peut dire « oh oui, caressez-moi ! Dites-moi que c’est beau ! ». Là, c’est un autre plaisir, que je ne connaissais pas vraiment, celui du scénariste. Sur le Tome 2, j’ai réussi à écrire une histoire qui me fait vachement plaisir. Et j’essaie depuis de retrouver cette sensation.

BDE : Après Sonia, Hugo… Ces titres sont une coïncidence ?
W : En fait, quand il faut trouver des titres… Au départ, c’était Nino, comme mon fils. Et puis je l’ai vu à chaque fois qui disait « Nino, Nino, c’est moi ! » Je me suis dit que ça n’allait pas aller ! Quant à Sonia, c’était ma petite copine d’enfance, qui avait un frère qui s’appelait Hugo et qui était mon meilleur copain. Et allez, on y va. Le prochain, ce sera peut-être Serge !

BDE : Il y a donc cet autre album ?
W : Oui, La Balade de l’Enfant-chat, chez La Joie de Lire. C’est l’histoire d’un petit gamin de 7/8 ans qui se réveille une nuit mi-enfant mi-chat. Il a peur de la réaction de sa mère, mais le chat de la maison va l’aider en l’emmenant voir une sorcière. Seulement tout ne va pas marcher facilement… Et c’est le début d’aventures, avec des chauves-souris qui veulent le bouffer, etc.

BDE : Et tu es satisfait de ton scénario cette fois ?
W : Oui. J’avais fait une première version qui partait un peu dans tous les sens et on m’a dit qu’une BD ne se faisait pas comme ça. Houla ! Alors j’ai recentré l’histoire après. Chaque album est un immense parcours, et on n’est jamais arrivé à la fin. Certains font peut-être très bien en un jet, mais moi j’ai besoin de repenser, de ruminer. Quant on voit que les lecteurs ont bien compris l’idée, c’est un grand plaisir. Je souhaite à tout le monde de réussir à faire une BD.

BDE : Merci beaucoup à toi et à une prochaine fois !
W : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 14 mars 2009.

Découvrez plus d’infos sur le blog de Wilizecat !

Premières pages du Tome 4

© Dupuis 2009/Wilizecat
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*