Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Audrey Alwett et Ood Serrière – Auteurs de Sweety Sorcellery

Rencontre avec Audrey Alwett et Ood Serrière – Auteurs de Sweety Sorcellery

« Je commence à avoir une bullothèque bien remplie. Bientôt ce seront mes œuvres que je poserai sur cette étagère… très bientôt… Tout le monde dit que c’est dangereux. Je devrais peut-être prendre des précautions. Après tout, il faut bien se lancer un jour. Depuis des années que je m’y prépare, j’ai dû écrire des centaines de recettes d’histoires! Celle-ci sera parfaite. »

Tout comme leur héroïne Aï-Lynn, Audrey Alwett et Ood Serrière se sont lancées dans une belle aventure littéraire. Cette série collective, où elles accompagnent Aurore, Kappou, Kmixe et Silvestro Nicolaci, était la première de la double-collection Strawberry-Blackberry, qui a vu depuis paraître plusieurs titres destinés à conquérir un lectorat féminin plutôt délaissé par la BD. Petite discussion avec deux auteurs à qui on souhaite une carrière longue et riche…

Chronique du Tome 1

Retrouvez la bande-annonce de l’album et celles des autres titres de la collection en fin d’interview.

Rencontre avec Audrey Alwett et Ood Serrière

Bulle d’Encre : Félicitations pour cette nouvelle double collection. Qu’en attendez-vous personnellement ?

Audrey Alwett : Merci ! Eh bien à la base, je voulais y mettre tout ce que je n’avais pu trouver dans les rayons des librairies lorsque j’étais plus jeune, et même encore récemment ! J’aime énormément l’univers féminin, pour ses côtés fun et romantique. Ça me désespérait de ne pas les retrouver en BD. Par ailleurs, j’avais déjà rencontré des artistes qui se sentaient frustrés qu’il n’y ait pas de place pour un style féminin dans l’édition BD, j’en faisais d’ailleurs partie ! Cette collection a donc aussi pour but de permettre l’épanouissement artistique de pas mal d’auteurs…
Ood Serrière : J’en attend pour ma part une possibilité d’ouverture à la gente féminine, dans le monde de la bd et auprès du lectorat.

BDE : L’aspect girly sera-t-il le principal atout ? Des consignes sont-elles données aux auteurs pour rester dans le ton ?
AA : Hmm, oui et non… Au niveau des auteurs, il n’y a pas vraiment de consignes. Mais comme c’est moi qui sélectionne les artistes et les projets, je choisis des auteurs qui ont un imaginaire proche du mien. C’est ainsi que je maintiens une cohésion éditoriale, et si le projet ne colle pas à la collection, je ne le signe pas, tout simplement. Après, en dehors de la sensibilité féminine, le reste est assez libre… Il m’arrive de recadrer un scénariste sur un point précis, mais c’est plus souvent parce que je trouve que l’intrigue serait plus pertinente ainsi que pour des raisons de ligne éditoriale. Pour la question du girly, je laisse Ood répondre…
OS : Je ne pense pas que le Girly soit le principal atout, il est certes un des aspects, mais ce serait « vulgariser » les collections que de les décrire juste avec ce mot. L’atout, ce sont des auteurs qui interprètent d’une certaine façon les thèmes de la collection, avec finesse et humour. Je pense que l’avantage, c’est que ces collections soient en particulier tournées et adressées en plus aux Femmes.

BDE : Quelles ont été les premières réactions lorsque l’idée a été émise ?

OB : Plutôt bonnes. L’accueil est bon, puisque une partie des lecteurs attend ce genre d’ouvrages, plus romancé, plus adapté souvent aux jeunes femmes. Le côté doux et acidulé attire plutôt bien.
AA : En tant qu’éditrice, je me suis faite quelque peu lyncher. Des féministes qui se sont mises à brailler que si on faisait des choses pour les femmes, c’est forcément qu’on les prenait pour des pintades, aux phallocrates (forts présents dans la BD) qui de toute façon prennent le monde féminin pour un repère de dindes. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’accueil n’a pas été fameux ! Les premiers temps, certains journalistes qui m’ont interviewée me prenaient littéralement pour une imbécile. Heureusement, avec les premières sorties, ce genre de réaction s’est estompé. Et l’accueil des lecteurs est excellent ! Je ne crois pas que mes auteurs aient beaucoup eu à souffrir de ces réactions…

BDE : Plus spécifiquement, comment est née la série Sweety Sorcellery ? Comment ont été choisis les auteurs et pourquoi pas uniquement des filles ?
AA : Sweety Sorcellery est née de deux histoires courtes que j’avais écrites pour Lanfeust Mag. J’en avais proposé une à Kmixe et une autre à Aurore, et je me suis rendue compte que j’adorais écrire des histoires de petites sorcières… À ce moment-là, je me suis dit, « tiens pourquoi ne pas faire un collectif ? ». J’ai cherché quelqu’un pour le fil conducteur et je suis tombée sur le blog d’Ood. Son univers coloré était si proche de celui que j’imaginais pour Sweety Sorcellery que j’ai tout de suite su que ça allait coller ! Du moins si elle était d’accord pour l’aventure, et elle l’était !
Les autres auteurs ont été choisis au hasard de mes rencontres. Je cherchais des artistes qui étaient sur la même longueur de bulles… Donc, pas forcément que des filles !
OS : Il serait sexiste de ne choisir que des filles, et je ne pense pas que le but d’une collection de Bande dessinée soit de faire des univers si fermés. Le but est surtout de proposer un autre univers -féminin-, plus ciblé dans le thème, mais ouvert à tous et toutes. Si le thème est plutôt féminin, romantique, cela peut tout à fait aussi s’adresser à un lectorat masculin, et certains auteurs masculins arrivent très bien à traduire une certaine finesse dans leur style et interprétation. Avoir des filles et des garçons laisse justement la possibilité d’avoir diverses interprétations vraiment intéressantes, autour du thème de la féminité.

BDE : Est-ce que cette première série collective va servir de tremplin aux auteurs pour se voir confier d’autres titres plus personnels, comme Ood qui va travailler avec Crisse ?
OS : Étant donné que je suis citée pour cet exemple, je répondrais que cela dépend simplement de l’auteur et des circonstances du moment. Je ne vois pas la collection comme un tremplin, mais simplement un autre univers proposé, plus féminin, plus doux, ou certains auteurs peuvent tout à fait s’épanouir, selon le projet qu’ils ont.
AA : En effet, excepté pour Ood qui dessine le fil conducteur, Sweety Sorcellery a un peu pour vocation d’être mon laboratoire magique. C’est ainsi qu’avec Silvestro Nicolacci j’ai démarré une nouvelle série sur les vampires. L’idée, avec Sweety, c’est que je vois avec les nouveaux auteurs si on peut travailler ensemble, pour qu’après ils rejoignent la collection. Mais comme le dit Ood, après ça dépend surtout des opportunités que rencontre le dessinateur. Et puis je ne forme pas de nouveaux artistes pour qu’après d’autres scénaristes récupèrent le fruit de mes efforts ! Ça peut arriver, mais ce n’est pas l’idée.

« Strawberry et Blackberry sont là pour combler une carence énorme, qui a mystérieusement existé pendant des années dans le paysage éditorial français… »

BDE : Heureuses d’avoir vu arrivé votre tout premier album (pour Ood) et le premier de sa propre collection (pour Audrey) ? En êtes-vous globalement satisfaites ? (on sait les auteurs perfectionnistes !)

AA : Oui, c’était super ! Mais évidemment, on a eu des regrets pour certaines choses… Des détails pour lesquels on se rend compte après coup qu’on aurait pu faire mieux. Maintenant qu’on a davantage d’expérience, c’est sûr qu’on commet moins d’erreur, mais on perd aussi une certaine fraîcheur en cours de route. C’est à double tranchant !
OS : On n’est jamais totalement satisfait ! Bien sûr, en terme d’album, je suis très contente du résultat, même si on peut toujours faire mieux, améliorer avec le temps, et l’expérience. Après, en terme de collection, je trouve que les ouvrages qui sortent sont vraiment très sympa, et agréables à parcourir !

BDE : Qui a défini le ton graphique et le concept de la série ? Chacune peut-elle amener ses idées ?
OS : Pour Sweety, comme c’est un collectif, c’est un peu chacun, chacune, qui a amené sa part de créativité, amenant de ci de là des touches de féminité, de magie, de romance. Bien sûr, Audrey donne le fil conducteur, la ligne qu’il faudrait suivre, en fonction du thème des collections.
AA : Pour le ton graphique, comme je l’ai dit plus haut, c’est surtout Ood qui l’a amené. Mais nos deux univers étaient vraiment en accord, alors ça n’était pas difficile. Je voulais quelque chose de très coloré, de magique et d’un peu glamour : c’est pile ce que faisait Ood. Pour le concept, c’était mon idée bien sûr, puisque je suis scénariste sur cet album. Mais j’avoue m’être largement inspirée de la structure de Des Lendemains sans Nuages, publié chez Le Lombard.

BDE : Strawberry et Blackberry sont deux collections différentes, comment seront-elles complémentaires ? Comment les définir et quels seront leur identité ?
AA : Strawberry c’est pop et fun, Blackberry c’est romantique ! Pour moi, ce sont les deux aspects qui définissent principalement l’univers féminin. J’avais d’abord créé Strawberry, un petit format de 96 pages, que je voulais très chick-lit. Mais j’ai été bien embêtée quand j’ai voulu y inclure Princesse Sara et Elinor Jones : ça n’avais rien à y faire ! J’ai alors créé la collection Blackberry, qui avait un format plus conventionnel (46 pages, grand format), où le romantisme et le glamour pouvaient davantage s’épanouir.
OS : Pour moi, Strawberry, c’est un style acidulé, marrant, espiègle. Quant à Blackberry, on y trouve un coté plus sombre, romancé et plus historique.

BDE : Cette volonté de promouvoir la BD auprès des filles suit un peu la montée du shojo. Le manga a-t-il ouvert la voie aux lectrices et est-ce une concurrence ?
OS : Le manga n’est pas une concurrence du tout, mais juste un autre style. Tout comme il existe des BD policières, ou historiques, on trouve des BD sur le thème du fantastique, ou plus féminines, comme dans les collections Strawberry/Blackberry.
AA : Lorsque j’ai commencé à devenir accro à la BD, je crois bien qu’il n’existait que Dragon Ball et Akira dans les rayons de manga ! Et je n’étais pas la seule fille à aimer Loisel et ses consorts. Mais, allez comprendre pourquoi, la BD franco-belge ne produisait rien pour les filles, alors que le manga, oui. Et le shojo est peu à peu arrivé en librairie, séduisant le public féminin à la vitesse du coup de foudre. Aujourd’hui, je ne crois pas qu’on puisse dire que le manga ait ouvert la voie : les lectrices ont toujours été là. Quant à la concurrence… Peut-on dire que Full Metal Alchemist concurrence Lanfeust de Troy ? Je ne sais pas. Je crois juste que Strawberry et Blackberry sont là pour combler une carence énorme, qui a mystérieusement existé pendant des années dans le paysage éditorial français…

BDE : La directrice qu’est Audrey laisse-t-elle le choix à ses auteurs dans les histoires à développer ou le style ?
OS : Bien sûr, Audrey est très ouverte à la discussion et à la construction d’idée. Chacun, chacune, propose ses idées, ses préférences, afin d’amener l’histoire, le concept. Après, cela fonctionne sur le modèle du scénariste et du dessinateur, respectant bien sur le thème des collections.
AA : Bien sûr, tant qu’on fait ce que je veux ! 😉
Une fois encore, mes auteurs sont assez libres, mais je garde la possibilité du veto à tout moment. Imaginez qu’on m’amène une histoire de guerre intergalactique pro-baston, ce n’est pas possible ! Mais pour le reste, les idées extérieures sont les bienvenues. Tout ne vient pas de moi, sinon la collection tournerait vite en rond !

BDE : Enfin, que pouvez-vous nous dire l’une sur l’autre ? ^^
AA : C’est un vrai plaisir de bosser avec Ood. Elle n’hésite jamais à se remettre en question, elle a plein d’idées et un dessin vraiment séduisant. En plus, c’est une fille adorable, toujours souriante. J’espère qu’après Sweety Sorcellery, on aura l’occasion de travailler ensemble sur un autre projet, parce qu’elle fait partie des dessinateurs avec lesquels j’adore véritablement mener des projet à bout.
OS : Je peux déjà dire à Audrey que la collection est vraiment sympa, et qu’il fut vraiment agréable de bosser avec elle. Les univers qu’elle propose sont vraiment très beaux et magiques. Je trouve que c’est une scénariste qui a de belles idées, et une directrice de collection prometteuse. Je lui souhaite d’avoir de beaux succès en 2010 et que les collections se développent encore plus !

BDE : Merci à vous deux, on vous souhaite une année pleine de beaux projets !
AA & OS : Merci Bulle d’Encre !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 4 janvier 2010.

Découvrez plus d’infos sur le blog des collections et sur le blog d’Ood.

Bande-annonce de Sweety Sorcellery T1

Bande-annonce de Princesse Sara T1

Bande-annonce de Geek & Girly T1

© MC Productions/Alwett/Serrière
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*