Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Grimaldi et Bannister – Auteurs de Tib et Tatoum

Rencontre avec Grimaldi et Bannister – Auteurs de Tib et Tatoum

Nominés pour le premier album de Tib et Tatoum dans la catégorie jeunesse du dernier festival d’Angoulême, Grimaldi et Bannister étaient présents pour fêter l’événement. Nous en avons profité pour leur poser quelques questions sur cette nouvelle série ainsi que sur leurs différents projets.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour à tous les deux. Tib et Tatoum a été nominé pour le Prix Jeunesse d’Angoulême. Comment avez-vous pris la nouvelle ? Plutôt fiers, je suppose ?
Bannister : Généralement on accueille bien une nomination pour un prix (rires). Plus sérieusement, c’était une surprise mais on était ravi. Personnellement c’était ma troisième nomination (NDLR : deux fois nominé pour Les Enfants d’ailleurs,) mais celle-ci avait un côté particulier puisque Tib et Tatoum est une BD que je réalise avec ma femme.

BDE : Justement, Tib et Tatoum est la première série que vous scénarisez après une première expérience en tant que coloriste sur Titoss & Ilda. C’était quelque chose qui vous tenez à cœur ?
Grimaldi : En fait, même si jusque-là je n’avais été éditée qu’en tant que coloriste, mon truc à moi c’est pourtant le scénario. D’ailleurs je ne colorise que les dessins de mon mari parce que je les adore (rires). Sur Tib et Tatoum, nous avions la même idée de ce que nous voulions au niveau des couleurs donc on s’est dit « tant qu’à faire autant que je m’en charge ». Mais sinon, ce que j’aime faire est raconter des histoires et je fais également un peu d’illustrations.

BDE : Peut-être des envies de réaliser les dessins de vos propres scénarios ?
G : Je fais de l’illustration mais je pense que mon dessin n’est pas à la hauteur des histoires que j’ai envie de raconter. Je n’envisage donc pas pour l’instant de dessiner une bande dessinée mais pourquoi pas un jour. Si un jour je le fais, ce sera parce que j’aurais trouvé une histoire que j’estime être capable de dessiner, qui colle à mon style de dessin. Je n’ai pas le talent de Bannister (rires).

BDE : On voit sur votre blog que vous visitez régulièrement des musées et que vous vous intéressez tout particulièrement aux dinosaures. Est-ce uniquement dans le but de recherches pour Tib et Tatoum ou une passion pour vous ?
G : Je pense qu’il y a énormément d’auteurs de BD qui aiment les dinosaures parce qu’on est tous de grands enfants, c’est quelque chose de super à dessiner en plus. C’était donc plus par goût personnel que dans le but de me documenter en vue de réaliser Tib et Tatoum. Quand je suis en déplacement et que j’apprends qu’une exposition est dédiée aux dinosaures, il est certain que je m’y rends. En fait, dans la série, il n’y a qu’un seul dinosaure, c’est Tatoum, en plus il vit des millions d’années après l’extinction de ses copains donc je n’ai pas vraiment besoin de documentation pour le mettre en scène.
B : Et puis surtout il fallait qu’il ait un côté cartoon pour que ce soit un peu rigolo pour les enfants, je n’allais pas faire un T-Rex à la Jurassic Park, cela n’aurait pas collé à ce que l’on souhaitait faire avec cette série.

BDE : La découverte, l’amitié mais également la différence sont au cœur du premier tome de la série, que nous préparez-vous pour le second opus ?
G : En créant l’histoire de Tib et Tatoum, mon point de départ c’était la différence physique qui fait que du coup ça change toute la vie du pauvre petit Tib et ça modèle sa façon d’être par rapport aux autres enfants. Sa rencontre avec Tatoum, c’est la délivrance, c’est l’acceptation de la différence, enfin il rencontre un ami qui l’accepte tel qu’il est et qui ne s’occupe pas de son physique.

BDE : Tib et Tatoum ont également ce point commun d’être unique, Tatoum étant le dernier de son espèce…
G : On va dire en tout cas qu’il est seul. Est-ce qu’il en reste d’autres, ça je ne sais pas encore, on verra. Au-delà de cet aspect, tout ce que je souhaite faire c’est raconter l’histoire des personnages, que le lecteur s’amuse et que je m’amuse moi aussi par la même occasion. J’aime lire aussi des histoires tristes mais j’ai complètement besoin de lire des histoires qui soient un peu gaies, où l’on est heureux en ayant fini de les lire et c’est un peu ce que j’essaye de faire en écrivant Tib et Tatoum. Pour ce qui concerne les prochains thèmes abordés dans la série, je n’ai pas encore d’idée précise là dessus, cela viendra avec le temps et l’évolution des personnages.

BDE : Est-ce que l’on peut imaginer voir évoluer les personnages dans le temps et les faire grandir ?
G : Pour le moment je ne ferme aucune porte, il faut déjà voir combien de tomes comptera la série. Il semble évident que l’on ne va pas faire grandir Tib en trois tomes, par contre si la série se poursuit sur une plus longue période nous envisagerons cette possibilité.

BDE : Tib et Tatoum constituent un duo qui dégage de la sympathie et qui semble posséder toutes les qualités pour être adapté en dessin animé. Cela vous intéresserait ?
B : Bien sûr, c’est toujours plaisant de voir que ses personnages peuvent intéresser pour une adaptation audiovisuelle mais ce n’est pas une finalité, l’essentiel restant le livre. L’avenir nous dira si cela est possible mais aujourd’hui nous n’avons aucun contact à ce sujet. Il est clair que ce serait super plaisant, le graphisme dans Tib et Tatoum est effectivement assez proche de celui des dessins animés et ce n’est pas innocent, c’est un style qui plait aux enfants.

BDE : Bannister, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre participation au spin-off d’Orbital (NDR : avec cinq dessinateurs différents) ?
B : Sylvain Runberg m’a contacté il y a quelques mois pour réaliser une histoire courte en six planches pour le premier spin-off d’Orbital qui devrait sortir dans le courant de l’année. Je travaille donc sur un scénario de Sylvain, c’est assez intéressant et je suis donc content de participer à cet album. J’avais lâché depuis une dizaine d’années la SF, à moins d’essayer d’en refaire correctement et de m’éclater sur ces six pages. Il ne me reste plus qu’à trouver le temps de les faire entre mon travail sur Les Enfants d’ailleurs et Tib et Tatoum. Cela va surtout me permettre de tester une nouvelle technique, je vais faire ça avec un lavis et de la couleur derrière.

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

Premières pages du Tome 1

© Glénat/Grimaldi/Bannister
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*