Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » L’Irlandaise T2 (Pavot, Pascal) – Cleopas – 13,50€

L’Irlandaise T2 (Pavot, Pascal) – Cleopas – 13,50€

Parution : 04/2012

Alors qu’elle fuit la ville de Two Oaks Valley en direction de Richmond, Eva O’Connell est rattrapée par un dénommé Jeff. Malheureusement, cette rencontre se termine par un duel aux colts qui verra la jeune Irlandaise triompher mais non sans dégâts. Blessée, elle s’évanouit en plein désert. Elle se remémore alors certaines paroles de son oncle Richard. Des souvenirs enfouis qui remontent à son enfance. Par chance, elle est secourue par un couple d’Indiens que le grand esprit a interpelé. Kwanita et Usti Waya la soignent comme leur propre enfant, comme leur propre fille qu’ils ont perdue voilà des années. Désormais, elle vit avec eux comme une véritable Indienne et son nouveau nom sera Uwoduhi Asgisdi. Après la cérémonie des quatre vents, elle fait même partie des Tsitsistas, ce fier peuple Cherokee qui l’a accueillie et surtout sauvée. Mais le temps du départ est proche car elle s’aperçoit qu’ici aussi les Noirs ne sont pas les bienvenus. Elle reprend alors ses recherches pour retrouver son oncle Richard.
Jacques Pavot continue de nous entrainer dans la balade de la jeune Irlandaise avec un sens développé du rebondissement. Le rythme de narration est soutenu, ce qui ne donne guère l’occasion de s’ennuyer. Depuis le début de l’histoire, le scénariste intègre dans les scènes un peu plus calmes des passages de la correspondance entre Mary, la mère d’Eva, et son oncle Richard. Une manière habile de pousser la caractérisation de certains personnages. Côté graphique, Gilles Pascal réalise un album qui est un ton au-dessus par rapport au premier opus. On sent bien qu’une attention particulière a été portée sur les personnages et les décors. Les cadrages, toujours aussi proches du cinéma, combinés à quelques discrets effets visuels, parachèvent un ensemble qui nous transporte tout autant que le texte. De plus, la mise en couleur de l’auteur, bien définie selon les situations de flashbacks ou autres, ajoute un plaisir supplémentaire à la lecture visuelle.
Assurément, ce deuxième titre de L’Irlandaise est à la hauteur de ce que l’on pouvait en attendre !

Stéphane Girardot

Chronique du Tome 1



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*