Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurent-Frédéric Bollée – Scénariste de Matt Peterson

Rencontre avec Laurent-Frédéric Bollée – Scénariste de Matt Peterson

Laurent-Frédéric Bollée mène de front ses activités de spécialiste des sports motorisés et de scénariste de bande dessinée. Le voilà initiant une nouvelle série chez Casterman, avec une plongée dans le monde du sportif de haut niveau et de ses zones d’ombre. Une bonne occasion d’évoquer avec lui Matt Peterson, son héros photographe, et sa première aventure, London Running, nous plongeant dans les Jeux Olympiques de Londres.

Bulle d’Encre : D’où est venue cette idée de bande dessinée autour d’une course de fond, diffusée dans L’Équipe planche par planche, pour arriver à un album papier ? Votre bibliographie vous éloignait plutôt du sujet sportif, jusqu’ici.
Laurent-Frédéric Bollée : A la base, il s’agit d’une véritable commande éditoriale initiée par le journal L’Équipe qui souhaitait mettre en scène quelqu’un du journal, sans doute un journaliste, qui serait confronté à la réalité du sport business actuel… Casterman s’est associé à ce projet et on m’a demandé si cela m’intéressait. Je précise qu’outre être scénariste de bande dessinée, je suis aussi journaliste sportif à la télévision et à la radio depuis 20 ans ! Donc, ce milieu, je connais. J’ai suggéré que le héros soit photographe plutôt que rédacteur, pour couvrir un maximum d’événements différents. A partir de là, il était évident que le Tome 1 allait se dérouler durant le plus gros événement sportif de 2012, à savoir les JO de Londres… Et on a choisi le marathon qui est vraiment une épreuve olympique par excellence.

BDE : Quelles étaient justement vos références sur le thème du sport en BD ?
LFB : Pas grand-chose… C’est un thème qui est largement sous-exploité.

BDE : Pourquoi ce Matt Peterson photo-reporter ? Et vous qui êtes du côté rédactionnel, à la chaine Motors, pourquoi cette envie justement d’aller du côté de l’image et de ses professionnels ?
LFB : Comme je vous le disais, un journaliste de L’Équipe appartient à un service et ne couvre pas les autres sports en dehors de sa spécialisation. Seul un photographe peut avoir une trajectoire « transversale », donc c’était la solution évidente pour le faire « participer » à tous les grands événements. D’autre part, j’avoue qu’il a toujours été plaisant de mettre en scène des photographes qui se trouvent à regarder le monde depuis leur objectif et qui parfois captent des choses que personne n’a vu « en live ». Sans parler des scènes toujours plaisantes, comme dans le livre/film Millenium, où l’on dissèque les deuxièmes et troisièmes plans de photos et où on découvre des choses cachées…


BDE : Londres, et plus largement les lieux traversés par les épreuves sportives, tiennent une place importante dans le livre. Comment y avez-vous travaillé avec le dessinateur sur ce point ?
LFB : Je lui ai fourni le maximum de documentation que j’ai pu trouver sur l’organisation des JO… Il n’y a pas d’autre recette miracle !

BDE : C’est évidemment difficile de mettre en scène un sport spectacularisé dans les médias, notamment par l’audiovisuel. Quelles pouvaient être notamment vos références visuelles, les souvenirs d’images sportives fortes qui vous ont durablement marqué ? Et comment avez-vous donc tissé votre livre, pour réussir à tenir en haleine le lecteur ?
LFB : La perception que nous avons des événements sportifs, quels qu’ils soient, est forcément liée à des images de télévision. C’est une vérité absolue. On ne pourra jamais avoir la même instantanéité, le même impact, le même ressenti. Il n’y a qu’à faire l’expérience d’un meeting d’athlétisme : lorsque vous en voyez un en vrai pour la première fois, vous êtes perdu ! Vous vous rendez compte qu’il y a cinq concours en même temps, qu’on ne voit aucun chrono, qu’on ne sait pas qui court vraiment et il n’y a pas de ralenti pour voir par exemple une barre tomber… Bref, on ne peut pas lutter, surtout que la BD n’est pas le média idéal pour représenter la vitesse et le mouvement. Donc, pratiquement, moins on montre de sport dans notre livre, mieux c’est ! C’est un peu ce que j’ai essayé de faire, et voilà pourquoi la scène du marathon n’est vraiment qu’à la fin de la BD et que tout se joue « en coulisses ». C’est en densifiant l’envers du décor qu’on peut sans doute arriver à captiver le lecteur, pas en montrant des images pour lesquelles il a déjà tout un vécu conditionné.


BDE : On sent une envie sous l’angle romanesque de créer un personnage fort navigant dans les eaux troubles du sport business. Où verra-t-on prochainement votre héros ? Et vous attaquerez-vous à un moment aux sports mécaniques, ou resterez-vous à la lisière de “votre” monde sportif à vous, préférant l’évoquer dans Speedway ?
LFB : Le Tome 2 est déjà décidé : Matt y vivra une nouvelle aventure se déroulant durant la 100e édition du Tour de France ! Pour 2014 et le Tome 3, on a déjà bloqué la Coupe du Monde de football au Brésil. Ensuite, si la série continue, il va de soi que j’aimerais bien situer des albums dans d’autres événements prestigieux : le Grand Prix de Monaco, Wimbledon, la Ryder Cup, l’America’s Cup, le Derby d’Epsom, le Tournoi des VI Nations, etc. Il n’y aura que l’embarras du choix !

Propos recueillis par Damian Leverd.

Interview réalisée le 4 juillet 2012.

© Casterman/L’Équipe/Bollée/Stom
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*