Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Carnet noir : disparition de Didier Comès

Carnet noir : disparition de Didier Comès

Nous venons d’apprendre ce matin la disparition de Didier Comès, décédé à l’âge de 70 ans.

L’importance de son œuvre et son apport à l’histoire de la Bande Dessinée venait d’être célébrés à l’occasion de deux importantes expositions rétrospectives « A l’ombre du Silence » au BAL à Liège en mai 2012 et à Angoulême en janvier 2013 dans le cadre du 40ème Festival.

Didier Comès naît sous le nom de Dieter Herman le 11 décembre 1942 à Sourbrodt, petit village germanophone du sud-est de la Belgique. Il y fréquentera les dessinateurs de la région : René Hausman, Paul Deliège, Raymond Macherot et quelques autres.
Dessinateur industriel dans une première vie, Comès s’intéresse à la fois à la BD et à la musique. Percussionniste de jazz semi-professionnel, il se lance dans la bande dessinée en 1969, pour le compte du Soir Jeunesse. Suivront l’édition belge de Pilote et le Journal de Spirou, pour de courts récits en compagnie de Paul Deliège.
C’est en 1973 que Comès entreprend son premier long récit en couleurs, Le Dieu vivant, une aventure d’Ergün L’Errant. Paru en 1976-77 dans Tintin, L’Ombre du corbeau dévoile déjà l’univers futur de l’auteur. Délaissant l’humour et la caricature, il propose un récit onirique et fantastique en choisissant pour héros un soldat allemand dans les tranchées de 14-18.
Dès 1979, il publie dans le magazine A Suivre ce qui sera son plus grand succès, Silence. Ce livre lui vaudra la reconnaissance critique et publique. Comès y délaisse la couleur, approchant désormais le dessin à travers les masses du noir et du blanc, dans la plus pure filiation d’un Milton Caniff et en osmose avec son ami Hugo Pratt.
Suivent – tous parus chez Casterman – La Belette (1981-82), Eva (huis-clos fantastique paru en 1985), L’Arbre-Cœur (1988), Iris (1991), La Maison où rêvent les arbres (1994), Les Larmes du tigre (2000) et Dix de Der (2006), où Comès revient sur un thème qui lui tient à cœur : la guerre – la Seconde.

A travers une œuvre dominée par le noir et blanc et par des thématiques où coexistent le fantastique, le paganisme et la philosophie, Comès s’est imposé comme l’un des plus grands auteurs de bande dessinée belge de l’après-guerre.

Photo © Catherine Henry – DR

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*