Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Colère de Fantômas T1 (Bocquet, Rocheleau) – Dargaud – 13,99€

La Colère de Fantômas T1 (Bocquet, Rocheleau) – Dargaud – 13,99€

Parution : 01/2013

Paris, 1895. Alors qu’il patrouille à l’entrée d’un théâtre qui propose à grand renfort de publicité l’apparition du cinématographe, l’officier de police Juve voit une femme lui confiant son fils en lui faisant promettre de le protéger. Poursuivie et abattue par un homme masqué, elle est la première victime connue de Fantômas… 1911. Le sanguinaire criminel a été arrêté et est jugé. Dans un ultime tour de force, il assassine un témoin sous les yeux médusés de ses accusateurs. Pour autant, la guillotine ne l’arrête pas. Revenu d’entre les morts, il compte se venger de la justice et de ceux qui l’ont spolié et ridiculisé…
Alors que l’insaisissable Fantômas a fêté les 100 ans de sa première apparition en 2011, sous la plume des écrivains Pierre Souvestre et Marcel Allain, Olivier Bocquet livre une réinterprétation fidèle de leur œuvre, à la limite du « presque trop ». Lui aussi romancier (Turpitudes), il s’attache à restituer l’ambiance et les personnages d’origine, dans toute leur noirceur. Ce choix de coller à l’esprit pourrait n’être qu’un hommage sans originalité, mais le scénariste parvient à éviter cet écueil. Si personne ne pourra jamais mieux écrire un Fantômas d’époque que ses créateurs, la copie ne valant jamais l’original, il réécrit une nouvelle aventure du génial criminel et de ses ennemis « à la manière de », en reprenant les seconds rôles (La Toulouche, Bouzille, Lady Beltham), mais en ajoutant des références comme la première adaptation cinéma réalisée par Louis Feuillade dès 1913. La dessinatrice canadienne Julie Rocheleau amène son style graphique incroyablement dynamique et original pour faire vivre cette histoire à la fois classique et neuve. Sa retranscription du Paris de 1911, ville chic et folle, et de l’inquiétant voleur masqué montrent un talent énorme, que les couleurs appuient parfaitement.
Un hommage très fidèle à un anti-héros centenaire qui retrouve ses couleurs !

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Un Commentaire

  1. Posté 24 janvier 2014 at 10 h 48 min | Permalink

    http://lacasebd.overblog.com/2014/01/fantomast1.html

    Voilà un challenge de derrière les fagots, faire redécouvrir au public à travers un prisme nouveau les aventures de Fantômas alors que l’imagerie populaire a toujours en tête le film ultra-kitch sorti dans les années soixante avec Jean Marais et De Funès dans le rôle-titre. Mais siiii rappelez-vous ce film mitonné d’humour et de cascades, qui a convaincu tout le monde que Fantômas était un genre de clown avec des préservatifs mauves sur la tête, qui roulait en « Citroën DS » kitée comme une voiture de James Bond ; et que l’inspecteur Juve était complètement abruti et survolté. Ridicule me direz-vous ? Il faut croire que les réalisateurs étaient sous l’emprise d’un savant mélange d’ecstasy et d’amphétamine car l’histoire n’a retenu que celle du condom bleu.

    « Je t’aurai un jour Fantômas, je t’aurai ! »

    Il faut tout de même savoir qu’à l’origine, les histoires de Fantômas sont des romans feuilletons écrits lors de l’avant-guerre par Marcel Allain et Pierre Souvestre (à qui nous envoyons le bonjour), et qui mettaient en scène un méchant méchant genre très méchant dans un Paris dépravé du début du XXe siècle. Ces romans à succès, qui ont inspiré une multitude d’auteurs célèbres de l’époque (Sartre, Apollinaire …), racontaient les histoires machiavéliques et diaboliques de cet anti-héros français, terroriste, ennemi public numéro un, pourchassé et traqué par le duo Juve et Fandor. Autant dire que tout cela faisait vibrer les pacemakers des papys mamys au son des pages tournées. Mais avant toute chose, back to the past, back to…

    Paris, début du XXe siècle, il neige.

    Juve, encore agent de police, se laisse distraire lors d’une de ces rondes routinières par un spectacle fascinant présentant le renouveau du théâtre, le cinématographe. Mal lui en prend car lors de la projection, une femme terrorisée surgit de nulle part et le supplie de protéger son fils car elle est pourchassée par un mystérieux homme masqué. Policier dans l’âme, Juve se lance à la poursuite de ce dernier et lors d’une lutte acharnée, alors que les deux adversaires ont un pied à terre, l’un deux se relève brusquement et avant de dire mot, lancera un regard qui scellera leur destinée à jamais : « Je suis Fantômas » (à noter que le lascar m’a l’air de mesurer 1m80, ce qui s’avère être une taille relativement moyenne par ce que je peux en juger dans le métro tous les jours).

    Fantômas, génie du mal, gangrènera tout Paris et même l’Europe ; bien des années plus tard, le 21 août 1911, Fantômas est décapitée ! … mais même la tête sous la guillotine, il criera à la foule « Je me vengerai ».

    La légende du maitre de l’effroi et le spectacle peuvent ENFIN commencer car … Fantômas ne perd jamais (musique siouplé).

    Edité chez Dargaud avec Olivier Bocquet à la bouche et Julie Rocheleau (très sympa au passage à la brosse, les auteurs nous proposent, sous forme d’un triptyque, une série librement inspirée de l’œuvre initiale. Pour être honnête au début, quand on m’a parlé de triptyque j’ai rapidement fait l’amalgame avec le film qui lui aussi s’étalait sur 3 épisodes. Mais n’ayez crainte, c’est ici que s’arrête la parenté avec le film (ouf !).

    La colère de Fantômas est avant tout une très bonne adaptation qui nous fait (re)découvrir la genèse de ce personnage mythique ainsi que l’origine qui poussera le commissaire Juve et son ami Fandor à rentrer dans ce jeu du chat et de la souris. Secondée par un scénario bien rythmé, vif et surtout expressif faisant la part belle à l’imagination, l’histoire arrive à mettre en abîme la société de l’époque, son ambiance et les personnages en trouvant le ton adéquat pour le récit. Fantômas, au final, incarne cette autre facette de Paris, celle de ses bas-fonds (un peu comme son opposé le Spirit de Wil Eisner).

    Graphiquement on a une pâte graphique très stylisée, peu commune, voire singulière et qui rajoute un petit « plus » au côté immersif de l’histoire grâce à des jeux d’ombres subtils et un choix de couleurs puisant allégrement dans les tons orange, sang et neige. Maintenant c’est aussi cette singularité qui tranchera le lectorat entre ceux qui aimeront et les autres. Le trait, quant à lui, est tourmenté, parfois violent, et donne une belle impression morbide.

    Cette bd redonne, à mon sens, toutes ses lettres de noblesse à la saga en la réhabilitant ; à tel point que j’ai presque eu envie de plonger dans les romans même (je ne vous le conseille pas, les romans ont mal vieilli, et ça pique aux yeux !).

    Pour finir mes élucubrations de répondeur téléphonique, c’est donc une belle revisite du vil criminel avec un récit destiné principalement aux 14+ vu l’histoire et son côté sombre. À noter que le 2ème tome vient de sortir sous presse et mon petit doigt (le droit) me dit que cela va être du même acabit. Alors un conseil, laissez-vous emporter car le crime paie et ce soir, il va régler ses comptes !

    Ps : Avec Fantômas, c’est Joie, détente et bonheur assurés…nan je plaisante ^^

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*