Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Stephen Desberg et Alain Queireix – Auteurs de Miss Octobre

Rencontre avec Stephen Desberg et Alain Queireix – Auteurs de Miss Octobre

« Ma mère a tellement pitié de moi, et mon père… Tout le monde se sent coupable. Et on ne saura jamais de quoi. Un salaud se balade tranquillement, quelque part dans cette ville. Un salaud qui a tenté de me violer, qui m’a frappée à la tête… qui aurait pu aussi bien me tuer. Mais la police s’en moque. Le putain de département de police de Los Angeles ne fait rien d’autre que couvrir les dealers et les assassins! Dernier amendement à la constitution: débrouillez-vous avec votre colère! »

A l’occasion de leur présence au festival d’Angoulême, nous avons rencontré les auteurs de Miss Octobre, un nouveau polar rétro paru aux éditions du Lombard. Après avoir collaboré sur des thrillers contemporains, Stephen Desberg et Alain Queireix se sont plongés dans les années dorées du rêve hollywoodien et le revers de sa médaille.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le Los Angeles des années 60 est un thème toujours à la mode. Comment avez-vous essayé de vous démarquer d’autres récits, si c’était bien votre intention ?
Stephen Desberg : L’idée n’était pas nécessairement de se démarquer. On avait déjà travaillé ensemble sur IR$ : All Watcher et sur Empire USA, on avait donc appris à se connaître. En discutant, il m’avait parlé de certaines envies et de son expérience, moi j’avais des thèmes qui me plaisaient. Los Angeles est déjà un personnage en soi. Les années 60 sont venues naturellement car ce sont celles où on a grandi. C’était finalement logique que ça nous trotte en tête. Et puis c’est une époque intéressante car c’est une époque de rupture entre la morale de papa et tout ce qui se prépare autour des contestations, des libertés…
Alain Queireix : … et je ne voulais plus dessiner d’ordinateurs et de téléphones portables ! (rires) Je voulais éliminer ça pour revenir à un rythme de vie moins strict, moins rapide. Et se rapprocher d’un esprit polar à l’ancienne. Sans technologie et science, sans laboratoire derrière pour faire toutes les analyses d’ADN… On en reste à des choses plus « basiques », mais aussi plus humaines.

BDE : Cela vous a-t-il permis de davantage travailler l’ambiance ?
SD : Oui, et Los Angeles est une ville qui se prête bien à ça parce qu’il y a tout le côté flashy de la réussite facile et la déchéance aussi. Bien sûr, c’est une ville qui a changé mais, dans certains quartiers, elle a gardé cet esprit des années 60. Comme la plupart des cités américaines, c’est une ville qui bouge beaucoup, mais on retrouve encore ces architectures dans certains endroits : un motel, un restaurant…
AQ : C’est la fin de l’âge d’or tel qu’on peut l’imaginer, avec un point de vue d’Européens même si Stephen ne l’est qu’à moitié ! (rires) Il y a cette idée de rêve américain, ça fait plaisir de revenir à cette époque où on commençait justement à rêver de l’Amérique.

BDE : Avez-vous dû opter entre une vision réaliste ou plus fantasmée ?
SD : Disons qu’il y a un côté que je ne qualifierais pas d’imaginaire, mais qui est quand même exagéré, notamment avec ce personnage féminin qui est une cambrioleuse de génie et qui – à cause d’un accident ou pas, on ne le sait pas encore – est sourde, ce qui a développé pour elle une hypersensibilité à ce qui l’entoure…
AQ : Un Daredevil au féminin ! (rires)
SD : Exactement ! (rires) Elle est donc en même temps beaucoup dans son monde, c’est très narratif puisqu’elle explique comment elle ressent les choses, ses rapports avec les autres qui sont transformés par son handicap…
AQ : Ce narratif fait très vieux polar aussi. Le héros fait part de sa pensée en permanence.
SD : D’autant qu’il y a aussi le côté polar classique, avec les flics qui sont en opposition. Ce sera une constante de la série, d’avoir ce côté polar assez sombre, décalé par la vie de l’héroïne. Car elle fait des cambriolages alors que ce n’est pas pour l’argent, puisqu’elle vient d’une famille très aisée. On sent que c’est pour le plaisir et pour se prouver des choses. Ce contraste-là aussi peut être une des forces de la série.

BDE : Ce personnage atypique vous est-il venu assez facilement ?
SD : C’était une envie d’Alain de partir sur un personnage féminin.
AQ : Oui, je voulais un personnage féminin qui ait une double apparence. Au départ, c’était un mélange de Grace Kelly et de Brigitte Bardot. Pour qu’elle ressemble à une jeune fille de bonne famille, très chic et élégante, et tout à coup qu’elle ait un côté sauvageonne à la Jane Fonda aussi, quand elle fait ses cambriolages. Même si c’est totalement illogique qu’elle ait les cheveux défaits pour faire un cambriolage ! (rires) Elle a donc ces deux personnalités en elle, qui vivent presque séparément. Ça s’est retrouvé à plein de niveaux. Plus je le dis et plus c’est évident – car ce n’est pas quelque chose de voulu au départ, c’est Stephen qui a trouvé le titre Miss Octobre – mais octobre est le mois de la balance, le bien et le mal, les deux plateaux, qu’on retrouve directement dans ce personnage qui passe tout le temps de l’un à l’autre. Une logique s’est mise en place toute seule, sans que ce soit voulu.

BDE : L’époque est donc idéale pour un personnage féminin fort ?
AQ : Oui, car le but de la série est aussi de la faire avancer dans le temps, d’année en année. Son personnage va vieillir tout au long des années 60, si les lecteurs nous en laissent la possibilité et le choix, elle va donc vivre des changements de société, elle va passer des robes des années 60 aux mini-jupes, avec la libération des mœurs et tout ce qui arrive avec. Elle va être le pivot de ce changement.
SD : On va vers l’assassinat de Kennedy, beaucoup de choses vont se passer.
AQ : D’ailleurs, on retrouve sur les pages de garde des images qui font voir aussi bien des vues politiques, qui changeront au fil des albums et des années, que des images de la vie quotidienne, qui changeront elles aussi pour à chaque fois se retrouver dans le contexte de l’action.

BDE : Étant tous les deux très rigoureux graphiquement et scénaristiquement, est-ce que cela a été long ou compliqué à retranscrire sans tomber dans les clichés ?
SD : J’essaie de contourner les clichés ou le manque d’originalité à travers les personnages. Dans cet album, il y en a grosso modo trois ou quatre qui sont réellement importants, je dois tacher de créer des équilibres entre eux. Quand on a des personnages forts ou qui sont présents pour nous, ça résout ce problème. Ce sont nos personnages – je ne dis pas que personne ne peut faire la même chose que nous mais, en essayant d’éviter les stéréotypes, on peut se démarquer. Il y a des influences, mais ce sont nos héros à nous.
AQ : Stephen a apporté à notre héroïne cet « accident de parcours », le fait qu’elle ait perdu l’ouïe n’est pas commun. Et encore moins face à ses activités.
SD : Cela apporte aussi une raison précise sur le fait qu’elle soit sourde et qu’on va découvrir à la fin de ce triptyque. Patience, le Tome 2 sortira en juin et le Tome 3 en mars ou avril 2014.
AQ : On ne va pas faire attendre les lecteurs trop longtemps non plus. Trois albums, cela peut paraître long pour une seule et même histoire, alors il faut aller un peu vite.

BDE : En dehors de la technologie, dessiner les années 60 est une autre démarche que sur IR$ par exemple ?
AQ : Oui, ça demande une grosse documentation. Il y en a, mais c’est beaucoup plus difficile de trouver une documentation qui remonte à 50 ans en arrière que sur le quotidien, qu’on a sans difficulté. On va sur le net, on demande une image de telle rue à Los Angeles et on l’obtient. Sans même y aller, on l’a de suite. Alors qu’en demandant une image de Los Angeles dans les années 60, on ne trouve rien ! Il faut donc faire toute une quête, par bribes… Parfois on trouve une image sur un site qui n’a rien à voir avec ça, dans ce cas je prends ! (rires) Une publicité, un angle de rue, même si je n’en ai pas besoin, je l’imprime. J’ai imprimé des tas et des tas de documents qui n’ont pas encore servi pour l’instant. Mais je les ai au cas où. D’ailleurs, dans le Tome 3, Stephen m’a mis quelques scènes qui se passent dans le downtown, où je peux justement faire passer quelques images !
SD : Je dirais aussi qu’il doit y avoir l’imaginaire des années Playboy, avec les playmates. Il y a un style Playboy qu’on trouve un peu dans la manière de vivre, dans les gens un peu friqués. Et on a grandi dans ces années-là…
AQ : C’est vrai, il y a la vision, l’imaginaire… l’idée que l’on veut se faire d’un lieu qui n’est pas forcément celui de la réalité. Mais on n’est pas là pour faire un reportage.
SD : C’est justement quelque chose qu’on peut faire plus facilement dans les années 50 ou 60. Car si on fait quelque chose de contemporain, on sera prisonnier des détails. Dans une histoire actuelle, si on montre un gars avec un portable, on ne pourra pas dessiner n’importe quoi. Même chose pour les voitures. Et même si Alain aime beaucoup les voitures, je crois qu’il met un point d’honneur à ce que les voitures de l’époque soient très exactement représentées. (rires) On a quand même droit à plus d’interprétation sur ces années-là.

BDE : Est-ce que vous allez aimer revenir à un récit moderne après ?
AQ : Je n’en sais rien, pour l’instant je ne suis pas parti pour quitter cette époque. (rires) Et si ça veut sourire, je vais dessiner toutes les années 60. Il y aura donc déjà suffisamment de changement, car toute la mode va évoluer, le mobilier, les voitures, tout change énormément. Tout va se modifier au fur et à mesure des albums, ce sera vraiment le reflet d’une période charnière. Comme disait Stephen, on passe d’une période assez guindée, où on suivait le mode de vie de ses parents, à une autre que les jeunes vont faire exploser, notamment dans une ville comme San Francisco. Tout le mode de vie du monde occidental va changer complètement.
SD : Le film Le Lauréat est un bon exemple de ça. On y voit bien un jeune homme en pleine crise, qui se pose beaucoup de questions sans avoir les réponses, et qui ne veut surtout pas être comme ses parents, des caricatures de gens carriéristes branchés par l’argent. C’est typique de ces années-là.
AQ : Notre héroïne est d’ailleurs en avance sur ça. On le voit plus loin dans l’album mais elle a déjà un langage assez libéré par rapport aux hommes. Quand elle dit qu’elle ne couche pas le premier soir à un homme qui l’a à peine abordée, c’est brut de décoffrage pour l’époque ! Et on le voit aussi vis-à-vis de ses parents qui sont extrêmement riches. Même si elle le gagne de façon surprenante, elle veut avoir son propre argent pour ne pas dépendre d’eux. Avant même que cette libération d’esprit et de mœurs n’arrive 4 ou 5 ans plus tard, elle cherche déjà son indépendance. Elle veut vivre sa propre vie comme elle veut, même si c’est mal. A sa façon à elle, elle est déjà différente, derrière un côté toujours glamour. Et même si elle nous expose beaucoup ses pensées, je pense qu’elle a encore beaucoup de choses à nous dire ! (rires)

BDE : On parlait du Lauréat. Est-ce que d’autres films ou séries vous ont inspiré, pour le ton ou l’imagerie ?
SD : C’est marrant car, quand j’ai commencé à travailler sur ce projet, je suis tombé par hasard sur les DVD de Mad Men. Ça parle de la même époque, je me suis dit qu’il fallait que je regarde. Je l’ai fait après l’écriture du Tome 1, ça ne m’a pas influencé sur l’écriture mais j’ai adoré la manière dont c’était traité. Évidemment, c’est autre chose car il s’agit de New York mais enfin c’était intéressant par les attitudes – ils se servent de l’alcool en permanence, par exemple – et les relations. On se cachait de faire des choses mais on les faisait quand même. Sur le long terme, ça a certainement été une influence, mais pas au moment où on a commencé. Et la Californie est très différente de New York et de la Côte Est.
AQ : D’autant que notre idée était lancée avant que Mad Men ait le succès qu’on connait et alors qu’on ne l’avait vu ni l’un ni l’autre.
SD : La première fois qu’on a parlé de ce projet, c’était d’ailleurs ici à Angoulême.
AQ : Personnellement j’avais acheté les DVD de la série pour m’aider pour le dessin et très vite j’ai compris que ça ne m’aiderait pas. Je n’ai pu m’en inspirer pour rien.
SD : Même la morale n’est pas la même. Pour les habitants de New York, les Californiens sont des beaufs, même s’ils sont riches ce sont des beaufs. Alors que la Côte Est a une image de culture, plus proche de l’Europe… C’est vraiment quelque chose que j’ai vécu aux États-Unis.
AQ : La Californie a l’image des vacances permanentes, vu de l’extérieur, avec son mode de vie très relax, ses plages, ses palmiers, son soleil… Ça ne donne pas envie de se jeter à mort dans le travail de bureau, en costume-cravate !
SD : C’est vraiment l’illusion que tout peut être facile, les opportunités sont là, on peut arriver du jour au lendemain et être pris dans un film au cinéma, et en même temps c’est un miroir aux alouettes.
AQ : C’est une illusion et, malgré tout, certains réussissent régulièrement.
SD : Tout à fait. Du coup, le drame est toujours sous-jacent. Pour tous ces gens qui peuvent réussir très rapidement, il y a ceux qui sont la proie de la drogue et de la prostitution. Ce n’est pas pour rien que l’histoire du Dahlia Noir, qui est une histoire vraie et qui n’a jamais été résolue malgré de nombreuses théories, a tellement marqué l’imaginaire.
AQ : Nous, on apportera une vraie réponse mais il faudra attendre deux albums ! (rires)

BDE : Alors nous attendrons ! Merci beaucoup à vous deux.
SD & AQ : Merci.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 1er février 2013.

Premières planches de l’album

© Desberg/Queireix/Editions du Lombard (Dargaud-Lombard sa) 2012
Photos © BDE/A.Gueury
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*