Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Le chien qui louche (Davodeau) – Futuropolis /Louvre Editions – 20€

Le chien qui louche (Davodeau) – Futuropolis /Louvre Editions – 20€

chien-qui-louche-cover

Parution : 10/2013

Résumé
Gardien de musée, c’est un métier passionnant où, on côtoie chaque jour des œuvres qui témoignent de l’incroyable histoire humaine. Sculptures, peintures, gravures, objets anciens sont sujets à la contemplation et propices à la flânerie érudite. Fabien est gardien dans le plus prestigieux d’entre eux: Le Louvre. Quand sa fiancée Mathilde le présente à sa famille, tous deux ressentent cette petite appréhension de circonstance. D’autant que la Famille Bénnion est… Comment dire?
Louis, le père, et les deux fils Maxime et Joseph vivent ensemble une fierté dévorante pour l’entreprise familiale: les meubles Bénnion – facteur du décorum de la vie de leur clientèle – un sacerdoce! Mais la belle famille ne s’arrête pas en si bon chemin. Amateurs de bel ouvrage, ils profitent de la présence de Fabien pour expertiser une oeuvre peinte par leur ascendant du XIXeme siècle: Le chien qui louche. Laissé dubitatif, tant par son week-end que par son encombrant tableau, Fabien devra trouver une parade aux saillies viriles et fraternelles des Bénnion. Ceux-ci vont s’inviter dans la capitale pour assister à leur triomphe: l’accrochage du Chien qui Louche au Louvre. Le gardien désabusé pourrait bien être surpris de les voir arriver à leur fin…

Notre avis
Un album très prenant et cocasse servi par un Etienne Davodeau qui fait se croiser avec tendresse un Musée du Louvre iconoclaste et l’archétype de la famille « Gauloise »: franchouillarde, rustre et rigolarde. Un décalage qui met d’emblée les personnages de Fabien et de Mathilde en déséquilibre, quoique cette dernière soit rompue a ces situations loufoques. Entre envie de faire bonne impression et lucidité quant à la valeur esthétique de la croûte animalière, Fabien est complètement débordé. Le génie de Davodeau arrive a point nommé sans qu’on le voit venir et va proposer au héros un dénouement pour le moins inattendue. Fidèle au nuancier gris et à l’esthétique familière au lecteur assidu d’Etienne Davodeau (Les ignorants), celui-ci semble prendre son pied à s’attaquer au Louvre et à la représentation de certaines de ces œuvres. Cet album est d’ailleurs co-édité par Louvre Editions et Futuropolis, qui n’en sont pas à leur détournement d’essai.

En deux mots
Une comédie bon enfant qui flirte avec le surréalisme.

Alain Lamourette

Lien vers la page Futuropolis de l’album



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*