Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Loïc Locatelli Kournwsky – Auteur de Ni Dieu Ni Maître

Rencontre avec Loïc Locatelli Kournwsky – Auteur de Ni Dieu Ni Maître

ni-dieu-ni-maitre1

Loïc Locatelli Kournwsky, déjà  remarqué  pour ses premiers albums sous le pseudonyme de Renart, rebondit toujours entre les différents genres, du fantastique Base Neptune aux intimistes Que j’ai été ou Canis Majoris, suivant toujours son orbite artistique. Le lyonnais conclut une petite révolution historique avec son dernier opus, publié par Casterman. Avec son Ni Dieu Ni Maître, l’ancien de l’école Emile Cohl retrouve en effet son ancien camarade Maximilien Le Roy, pour bâtir un réussi portrait au long cours d’Auguste Blanqui. Cet épique biopic donnait l’opportunité d’échanger avec le dessinateur, sur ce dernier album ainsi que sur ce qui fait son actualité.

Lien vers la chronique de Ni Dieu ni Maître

Bulle d’Encre : Comment s’est fait la rencontre avec ton scénariste sur cet album, Maximilien Le Roy ? Et comment est né l’album ?

Loïc Locatelli Kournwsky : J’ai rencontré Maximilien par des amis communs lorsque nous étions tous deux étudiants à Emile Cohl. Il a rapidement quitté l’école et j’ai continué à suivre son travail en librairies, j’achetais tous ses livres. On conversait souvent par mails (si je me souviens bien) et puis un jour il m’a proposé de faire quelques planches pour son album collectif sur Gaza. Je venais de sortir de l’école (ou j’allais le faire) et j’ai accepté. L’album Ni Dieu Ni Maître est né quelques années plus tard, à peu près de la même façon.

BDE : Quel pouvait être ton rapport à Auguste Blanqui et ta connaissance du sujet, avant de te lancer dans ce livre ?

LLK : Mes connaissances sur Auguste Blanqui étaient très étriquées. Je ne savais du bonhomme que ce que Maximilien racontait sur son blog, les articles qu’il lui avait consacrés, les photos de sa tombe, etc. Par la suite, lorsqu’il m’a proposé le projet j’ai commencé à faire des recherches plus poussées sur le personnage.
L.10EBBN001720.N001_NiDieuNiM_Ip001p216_FR

BDE : Sur un récit au long cours, pour un album très fourni en pages, comment avez-vous trouvé avec Maximilien des ressorts pour bien le rythmer ? Comment comparerais-tu justement la réalisation de ce Blanqui, par rapport à tes autres ouvrages, plus courts ?

LLK : L’astuce mise en place par Maximilien pour rythmer l’album consiste à utiliser le journaliste, Aurélien, qui va raviver les souvenirs de Blanqui du fin fond de sa cellule. Le récit oscille entre ces phases de dialogues depuis la cellule et les flashbacks en sépia qui racontent donc les différents moments clés de la vie de Blanqui. A ce propos, Aurélien est le seul élément inventé par Max. On sait que Blanqui recevait des journalistes dans sa cellule à cette époque, mais il n’y sans doute jamais eu d’Aurélien Marcadet parmi eux.

Quant au nombre de pages, il s’étudie en fonction de ce que l’on veut raconter. Ici, il y avait beaucoup à dire et les pages ne sont pas surchargées de cases et de texte, c’est naturellement qu’on arrive aux alentours des deux cents pages.

BDE : Comment a pu se constituer ton travail préparatoire, notamment de documentation, entre toi et Maximilien? Que ce soit sur le personnage, l’environnement urbain, les vêtements… Et as-tu des références, en matière d’album BD (ou sur d’autres médias, comme au cinéma), pour ce qui est de la représentation de personnages historiques ?

LLK : La documentation pour chaque page fut la partie qui m’a demandé le plus de recherches en amont. Lorsque je reçois le découpage rédigé par Max il peut être écrit « case xx : on voit Blanqui travailler à son bureau, dans sa chambre ».  Pour moi nait alors une somme d’interrogation et de contraintes : à quoi ressemble une chambre de la fin du XIXe, à quoi ressemble un lit, un bureau, une chaise, avec quelle sorte de plume écrit-on à cette époque, avec quel moyen de s’éclairer, quels sont les vêtements de nuit que l’on portait… autant de questions auxquelles il faut que je réponde graphiquement, et si possible sans faire de trop gros anachronismes. Et ce pour chaque case… Une fois la recherche documentaire achevée, le plus gros du travail est passé. Pour ce qui est des références, il faut les demander à Max. Personnellement j’ai lu Le Cri du Peuple (Vautrin/Tardi) avant de commencer l’album.
NDNM extrait 2

BDE : La couleur est particulièrement maîtrisée sur cet opus. Quelles ont été sur ce point tes tentatives et les contraintes que tu t’es assigné ?

LLK : On voulait vraiment que la couleur serve dans cet album à souligner les différents moments de narration, que d’un clin d’œil on puisse reconnaitre si on est dans le flashback ou pas. Max s’est occupé de toutes les couleurs par ordinateur. Quand il s’agit d’un passage ancré dans le « présent » de Blanqui, Max applique une quadrichromie éteinte et froide. Lorsqu’il s’agit des flashbacks de la vie « passée » du personnage, Max utilise des tons chauds. Quant à moi, je n’ai de véritable travail à faire que pour ces passages-là puisque j’applique des lavis de sépia directement sur les planches dessinées. C’était très gratifiant pour moi d’esquiver les maux de tête liés à Photoshop et de revenir à une technique plus traditionnelle, mais un enfer pour rendre des fichiers propres pour l’impression…

BDE : As-tu trouvé une satisfaction particulière, dans la confection de l’objet qu’est le livre ? Casterman a incontestablement fait un gros travail de fabrication, donnant un résultat très réussi.

LLK : On avait travaillé sur une couverture avec Maximilien qu’on a présenté à l’éditeur quelque temps avant le rendu des planches, et puis Didier Borg (directeur éditorial chez Casterman) nous a finalement répondu : « elle est bien, mais on ne va conserver que Blanqui qui écrit. Tu enlèves tout le reste et à la place tu dessines une porte noire, qu’on le voit à travers les barreaux ». J’étais un peu abasourdi mais j’ai essayé sa proposition et il s’est avéré que c’est en effet bien plus réussi comme ça. L’album en lui-même est très beau, bien imprimé, rien à redire.
L.10EBBN001720.N001_NiDieuNiM_Ip001p216_FR

BDE : Où en est ton blog, et plus généralement les supports numériques (site, réseaux sociaux) sur lesquels tu montres ton travail hors album ?

LLK : Mon blog se porte plutôt bien. Il est hébergé par Tumblr qui est pour moi la plateforme la plus intéressante pour montrer son travail et découvrir celui d’autres personnes. Les images sont rebloguées par qui le veut, voyagent dans le monde entier… C’est aussi une façon de découvrir ce qui plait/ ne plait pas dans un dessin, quel public il va intéresser, d’avoir un retour direct sur son boulot. Ce qui me plait plus que tout dans le fait de « bloguer » c’est de pouvoir essayer diverses techniques, tester pleins de choses que je ne peux pas m’autoriser dans mes bandes-dessinées en cours, pour plus tard peut-être pouvoir intégrer ces nouvelles trouvailles techniques à mes prochains récits. C’est l’endroit où je me remets en question, où je dis des choses pour en dire le contraire l’instant suivant, un endroit qui m’est devenu vital pour avancer dans ma recherche graphique et dans la narration.

BDE : Et pour la suite, cher Loïc, sur quels nouveaux projets te verra-t-on ?

LLK : Je travaille sur un nouvel album avec Maximilien, qui aura pour thème la réalisatrice chilienne Carmen Castillo, son implication au sein du MIR (groupe révolutionnaire chilien dans les années 60/70) et le coup d’état de septembre 73, aux éditions du Lombard.

Et puis je travaille aussi  pour les éditions Sarbacane, sur un album personnel racontant la vie de Pocahontas, en prenant un parti pris assez différent des adaptations qu’on a déjà pu voir au cinéma. Les deux livres sortiront au début de l’année prochaine.

Propos recueillis par Damian Leverd

Interview réalisée le 10 avril 2014

© 2014 Dargaud
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*