Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Le Bestiaire d’Auguste Chabaud – Musée de Région Auguste Chabaud Graveson – Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

Le Bestiaire d’Auguste Chabaud – Musée de Région Auguste Chabaud Graveson – Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

Auguste Chabaud est de nouveau à l’honneur dans le village qui l’a vu presque naitre (il est né à Nîmes – NDLR) et surtout … Mourir. Peintre, Sculpteur, Poète, si il a allègrement traversé les époques auprès des plus grands, il a garde une fidélité absolue et indéfectible au village de ses racines, Graveson. Il faut garder à l’esprit qu’à l’âge de 15 ans, il entrait à l’Ecole des Beaux-Arts d’Avignon, où il avait pour maître Pierre Grivolas, formateur de René Seyssaud. Chabaud a du talent, et une solide formation en Arts, ce qui peut forcer l’admiration et souvent le destin. Les lumières Parisiennes qui le fascinaient tant s’estompent et les odeurs d’orientalisme avec, mais même si il doit peindre sur du papier de boucherie, ne pouvant s’offrir les toiles avec ses maigres moyens, il l’a décidé, il sera artiste. Protéiforme, son œuvre ne cesse d’être redécouverte plus de 60 ans après sa disparition. Le peintre n’aura eu de cesse d’affirmer sa vocation dans l’observation des scènes de la vie rurale : bergers et paysans, travail à la ferme, animaux de basse-cour, cheval de trait, scènes du quotidien ou fêtes votives. Le trait se fait rustique en résonance avec la terre qu’il aime tant au milieu d’un ordre naturel et contemplatif, subitement devenu familier, là ou le temps n’a peut être finalement pas, ou si peu, de prise. L’automne dernier, le musée Auguste Chabaud proposait une exposition sur les papiers de boucherie de l’artiste sur le thème de la provençale noire. En cette mi-octobre, c’est la thématique du bestiaire que nous pouvons découvrir, thème récurrent sur ses papiers de boucherie mais également dans sa peinture comme en témoigne l’oeuvre puissante  » Les chevaux dans l’écurie  » à découvrir dans le parcours de cette exposition. L’Animal occupe dans l’oeuvre d’Auguste Chabaud une place prépondérante, toujours observateur de la scène, il entre dans diverses compositions graphiques. Il est omniprésent dans les cours de ferme, les scènes de transhumance évidement mais aussi les labours, les scènes rurales du mas de Martin, maison familiale, avec ses drames animaliers comme la mort du cochon où la brebis malade. On y retrouve une figure emblématique, le chien du peintre, surnommé « Pied Blanc », figure immortalisée, présent sur ses papiers de boucherie de 1901-1902 mais étrangement aussi dans ses peintures de fin de vie comme si le pinceau prolongeait la vie du compagnon fidèle. Il reste difficile de savoir si la peinture rend immortelle ce qu’elle représente, mais il est certain qu’elle est un reflet mémoriel presque indélébile d’une réalité quand celui qui tient le pinceau se nomme Chabaud. Son œuvre est comme le caillou que l’on jette dans l’eau calme d’un étang, elle se diffuse en onde visuelle et voyage pour toujours …

Notez enfin que la collection permanente, visible au premier et second étage, est issue de grandes collections à la fois muséales et privées. Les murs des trois étages de ce magnifique lieu de culture sont enrichis de l’exceptionnel fonds Chabaud, provenant de la collection du FRAOP (Fonds Régional d’acquisition des Oeuvres Provençales de la régie culturelle) , riche collection Marseillaise. Cette collection dotée des grands noms de la Peinture Provençale, de la fin du XIXème au début du XXème dont Guigou, Loubon, Seyssaud, Verdilhan, Camoin, Ziem et bien d’autres, résume dans son intégralité, cent ans de création provençale, période décisive de l’histoire de l’art où nous verrons naître et s’affirmer la modernité et ou nous pénétrerons aussi dans l’intimité de nos contemporains du passé comme dit le poète. Une association d’une qualité exceptionnelle . Ce fonds Chabaud réunit donc, les œuvres emblématiques des grandes périodes picturales de l’artiste, celle de Paris, d’Afrique et de Provence, révélant son fauvisme provençal et parisien, son expressionnisme, avec des œuvres fortes en couleur ainsi que sa période cubiste des années 10 avec de nombreux bronzes.

Vous pensiez connaître Chabaud, vous n’avez pas idée de l’étendue de son talent …

 

Au détour d’une ruelle, vous rencontrerez ce grand artiste dans ce parcours pédestre sur les pas d’Auguste Chabaud. Un parcours  réalisé dans le centre du village de Graveson. Ce circuit vous emmènera du musée aux ruelles du village, ou inversement, pour y découvrir ses œuvres reproduites in situ sur lave émaillée (Une plaquette avec plan, reproductions et citations de l’artiste est en vente et vous permet de faire cette visite en toute autonomie). Je suis parti à la découverte de ce musée en plein air, m’arretant par ci, par là, pour marcher dans les pas de l’artiste. Quel bonheur ! Une approche complémentaire, différente dans une flânerie très agréable.

En partenariat avec La ville de Graveson, Le Département des Bouches du Rhône, La Région Sud Provence Alpes Cote d’Azur.

Jean-Claude Attali

Musée de Région Auguste CHABAUD
Cours National
13690 Graveson en Provence
Tel : 04 90 90 53 02
Ouverture : En semaine de 10h à 12h et de 13h30 à 18h30
Les week-ends et jours fériés de 13h30 à 18h30
Entrée : 2-4€

Site officiel de l’exposition temproraire

Tags : , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*