Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand – Auteurs des Quatre de Baker Street

Rencontre avec Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand – Auteurs des Quatre de Baker Street

Les Quatre de Baker Street

 

Les Quatre de Baker Street remporte les suffrages depuis le début en remportant bon nombre de prix. La série était d’ailleurs en lice à Angoulême pour la sélection jeunesse. Nous avons profité de l’événement pour aller à la rencontre des trois auteurs à l’origine de cette série à succès.

Chroniques du Tome 1 Tome 2 & Tome 3

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Les Quatre de Baker Street (T1)

Bulle d’Encre : Bonjour ! Vous avez déjà travaillé ensemble par le passé sur des séries d’un genre différent. Comment en êtes-vous arrivés à collaborer tous les trois sur un tel récit ?
Jean-Blaise Djian : J’ai travaillé avec David sur une autre série puis, quand on est arrivé à la fin, il m’a dit « j’aimerais bien faire une série avec des jeunes enfants des rues de Londres à l’époque victorienne et que chaque album soit un one-shot ». Je connaissais Olivier qui maitrise parfaitement cet univers, je lui ai proposé qu’on se mette à travailler tout les deux pour procurer quelque chose à David. Olivier a sorti l’idée des personnages qui servaient de rabatteurs à Sherlock Holmes, il a créé les trois personnages, plus le chat, il a tout mis un peu en place. On a présenté ça à David qui a donné son accord et puis on est parti là-dessus.

BDE : Au vu de la qualité et des détails de la série, l’époque victorienne est-il un thème qui vous tient à cœur ?
Olivier Legrand : On essaie de recréer une impression d’authenticité mais surtout le Londres de Sherlock Holmes, le Londres victorien tel que les lecteurs d’aujourd’hui se l’imaginent. Il y a quand même une petite différence avec le vrai Londres victorien historique. Par exemple, à l’époque, Londres est déjà rempli d’enseignes géantes, ce que peu de gens savent. Si vous mettez ça dans une BD victorienne les gens vont penser que c’est un anachronisme. Ce qui nous importe d’abord, c’est une ambiance « sherlockienne » qui ré-investit tous les éléments un peu emblématiques : Jack l’Éventreur, Scotland Yard, les Irlandais, les Russes de l’East End, la différence entre les classes sociales… On essaie d’être dans la tradition de Dickens, de Conan Doyle…

BDE : L’univers graphique de la série est riche et immersif. Quelles sont vos sources d’inspirations ?
David Etien : Le parti-pris dès le départ, c’était le Londres le plus crédible par rapport à cette époque-là, une époque où ça a énormément évolué, une époque de changements… Il y avait un gros boulot de documentation pour faire ça bien sinon on risquait de partir dans quelque chose de plus léger, de graphiquement moins crédible. Tout un boulot sur la mode vestimentaire, les moyens de transports, l’aspect du Londres en évolution… C’est la fin du XIXème, c’est la ville la plus peuplée d’Europe, ça grouille de monde.
Le boulot s’est fait surtout autour de l’iconographie. On a la chance qu’à l’époque la photo arrivait, donc on dispose de photos témoins. Je ne voulais pas m’appuyer sur des retranscriptions de films qui interprétaient déjà cette période, parce que si on interprète ce qui a déjà été interprété, on s’éloigne de plus en plus. Je voulais vraiment retourner à la source.
OL : Par rapport à l’iconographie londonienne, il y a une case dans le tome 1 où on voit Tower Bridge en construction. En fait, dans la première version de la page, le pont ne l’était pas. David s’est aperçu que cette année-là Tower Bridge ne pouvait pas être achevé. Je lui ai dit « personne n’ira vérifier ça, t’as des anachronismes dix fois pires dans n’importe quel film pseudo-historique ». Il n’a pas lâché, il a réussi à trouver une vue du monument en construction, il l’a refait sur la case. Au final ça rend mieux, c’est un petit détail vrai, ça met une petite touche de vie. On a aussi la chance de travailler avec quelqu’un qui est ultra perfectionniste sur ces choses-là.

Les Quatre de Baker Street (T1)

 

BDE : Un scénario à quatre mains, ce ne doit pas toujours être facile, comment vous répartissez-vous la tâche ?
OL : Si, c’est facile. En gros, pour ces 3 tomes en tout cas, j’écris un premier script qui ressemble plutôt à une pièce de théâtre, avec les dialogues, les situations, après qu’on se soit évidemment mis d’accord sur la trame générale, les ressorts de l’intrigue. A partir du moment où ce premier script est écrit, on le reprend avec Jean-Blaise et là il y a des choses qui vont changer. Il y a des scènes qui vont être raccourcies, déplacées, ré-équilibrées, rajoutées. Une fois qu’on aboutit à la version finale du script, commence l’étape du découpage. Là c’est Jean-Blaise qui s’en charge entièrement.
J’apprends beaucoup à son contact mais pour l’instant je serais incapable de faire ça. Il transforme ce script en un document de 54 pages pour le dessinateur, qui décrit planche par planche, case par case, les points de vue, les angles de caméra, les arrière-plans… Bien sûr, tout le monde peut intervenir, de même on peut parfois dire à David « sur tel crayonné, il y a tel détail qu’il faudrait peut-être changer ». David va amener aussi ses idées sur le scénario, des choses qui paraissent ne pas fonctionner d’après lui. Il y a vraiment une circulation de l’information mais aussi des idées. En fait, c’est une méthode très agréable de travailler à trois. Il y a toujours le point de vue de quelqu’un d’autre sur l’un des deux, ça permet de vérifier la viabilité d’une bonne idée. Parce que parfois on peut avoir une bonne idée qui est en fait une fausse bonne idée.
JBD : C’est vraiment une collaboration parfaite dans la mesure où chacun essaie de tirer le projet vers le haut en permanence. Et chacun a une belle considération des deux autres qui fait qu’on sait qu’on est sans arrêt en train d’apporter un plus.

Les Quatre de Baker Street (T1)

 

BDE : Jean-Blaise, vous travaillez souvent de cette façon comme par exemple avec Régis Loisel sur Le Grand Mort. Est-ce que vous réalisez toujours la même partie du travail d’écriture ou vous variez suivant vos co-scénaristes ou les projets ?
JBD : Non, là c’est différent. C’est Régis qui avait amené l’idée de départ de la série. Au début, il n’avait pas le temps, alors j’avais pris sa place, j’avais fait une trentaine de pages de découpage avec des dialogues. Depuis à chaque fois, on se voit en face à face et on trouve les idées, on essaie au fur et à mesure d’avancer ensemble, en discutant autour d’une table. Je note tout, après je retranscris chez moi.

BDE : Dans le 3ème opus des Quatre de Baker Street, Sherlock Holmes, Watson et le professeur Moriarty ont une importance non négligeable dans l’aventure. On sent d’ailleurs que ce n’est pas la dernière fois que Moriarty apparaît mais cela ne risque-t-il pas de prend le pas sur les aventures des francs-tireurs de Sherlock ?
OL : Oui, si on faisait ce choix-là. C’est l’écueil à éviter. Donc ce n’est pas ce qu’on va faire. On a voulu montrer Moriarty parce que c’était le moment de le montrer, parce que c’est le moment où dans la chronologie Holmes va aller vers son affrontement « final » avec lui. On essaie toujours de garder les personnages de la mythologie « doylienne » présents mais à la périphérie. C’est comme l’intervention de Mycroft dans le tome 2. Le but c’est surtout pas de faire un truc du style « nos héros vont aider Sherlock à mettre Moriarty en prison » ou ils vont vaincre Moriarty à la place de Sherlock, ce serait totalement ridicule.
On a aussi voulu, avec l’apparition de Moriarty, montrer qu’il y a une couche supérieure à l’intrigue. Nos héros avaient les mains pleines avec Percy, au-dessus il y a Sykes… et encore plus haut il y a Moriarty, et cette espèce de « couche suprême » qui est plus de l’univers de Sherlock Holmes. Montrer des connexions et ne surtout pas amener une sorte de confrontation qui serait de toute façon déséquilibrée et pas intéressante entre nos héros et Moriarty.
On va garder ces personnages à la périphérie de l’histoire. C’est un petit peu comme le rôle de la femme de Watson, ce sont des personnages secondaires auquel on est très attaché mais ils ne doivent pas voler la vedette à nos protagonistes. Il y a un concept que les scénaristes anglo-saxons utilisent beaucoup c’est le « Mary Sue ». Quand on dit qu’un personnage est une « Mary Sue » c’est un personnage qui réussit trop tout. Comme dans les films où un personnage féminin apparaît et est meilleur que le héros, qui peut tout réussir, que tout le monde va admirer, et généralement c’est juste d’un ennui mortel. C’est un des dangers avec ce genre de personnage, si on commence à faire des trucs du style « les quatre de Baker Street cassent la gueule à Moriarty » on sort complètement des rails, l’équilibre qu’on a créé dans la série disparaîtra.
C’est pour ça que les aventures des personnages ne sont pas des enquêtes à la Sherlock. Ils ne sont pas là pour faire de la déduction, ils vivent dans le même univers, parfois ils s’essayent à être des détectives mais il y a beaucoup d’action, de quiproquos, d’émotions. Ils ont aussi une identité qui les distingue complètement de Sherlock. Ce sont des enfants dans un monde impitoyable, ils ont tous des parcours durs qu’on essaie d’amener par petites touches pour pas non plus tomber trop vite dans le pathos, dans le mélo.
Tout ça c’est une affaire d’équilibre et de dosage. Ça ancre les aventures des quatre dans l’univers de Sherlock et si on cesse d’être une sorte de spin-off, la série perdra aussi son identité. On essaie de respecter au maximum les personnages de Conan Doyle puisque justement on a inventé nos propres personnages. Donc, quand on fait intervenir les héros de Conan Doyle, on essaie de les garder dans leurs rôles, dans leurs vocations, tels que l’écrivain les a imaginés. C’est pour ça par exemple qu’on pouvait montrer le Dr Watson comme quelqu’un de très humain, de beaucoup plus humain que Sherlock Holmes en fait, parce qu’il est comme ça. Parce que, trop souvent dans les adaptations, il passe toujours pour le balourd de service parce qu’il est moins génial que Holmes… Il est humain, il a des talents de relations sociales qui lui permettent de s’intégrer, ce qu’est incapable de faire le détective.

Les Quatre de Baker Street (T1)

 

BDE : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur l’avenir de la série ?
DE : L’avenir est ouvert. Il y a plein d’envies, plein d’idées… L’univers est riche. Le côté one-shot permet de partir à chaque fois sur une nouvelle histoire. On évite la monotonie d’une histoire qui s’étirerait sur 5 ou 6 tomes. Du coup il y a énormément de motivation. L’éditeur est aussi très ouvert à ce qu’on propose et le public nous suit. Le tome 4 est déjà écrit en entier, il est dessiné à moitié. Il devrait arriver courant du deuxième semestre. On a aussi réfléchi aux scénarios des tomes suivants. On a une vue assez large, on préfère prévoir large pour ne pas être pris de court.
JBD : L’idée c’est de se renouveler à chaque fois, au niveau de l’univers, du contexte… pour que l’histoire ne soit pas toujours bloquée ou ronronnante.
OL : Tout ce qu’on peut dire sur le 4, c’est qu’il sera vraiment très différent du 3, qui était aussi différent du 2 qui était différent du 1. Comme justement on reste toujours dans ce Londres victorien, il faut qu’on change le type d’intrigue à chaque fois. Il faut varier comme le faisait Conan Doyle. Vu que Londres est la plus grande ville du monde à l’époque, c’est une « ville-univers ». Il y a encore plein de milieux qu’on a pas encore forcément exploités, qu’on garde sous le coude.

Les Quatre de Baker Street (T3)

BDE : Après trois tomes et quelques prix, quel bilan tirez-vous des trois premiers tomes de la série ? La série s’adresse à un large public, jeune comme adulte, mais, au gré des rencontres, avez-vous l’impression d’avoir touché un si large lectorat ?
DE : L’objectif à la base c’était vraiment grand public, on essaie de viser le plus large possible. Au final, la plupart des prix qu’on a reçus, la reconnaissance est vraiment ciblée jeunesse. On ne s’attendait pas toucher spécialement les jeunes. C’est vrai que la série permet deux lectures, certains trucs échappent parfois aux jeunes mais au moins ils y trouvent aussi leur compte, autant que les adultes, que le lecteur soit féminin ou masculin. C’est super agréable ! Par rapport à nos attentes, oui, on a vraiment réussi à toucher large, ce qui n’est pas forcément évident.
OL : J’ai été étonné de ça, on s’est aperçu qu’on avait des lecteurs qui allait de 7-8 ans à adulte, beaucoup de filles aussi. On voulait justement, comme le dit David, réussir à faire une histoire qui était lisible à plusieurs niveaux. Il y a beaucoup de gens qui commencent à réaliser qu’en fait ce n’est pas juste une série jeunesse façon Club des Cinq.
DE : On a été rangé très facilement dans la catégorie jeunesse, comme le manga, parce que le fait de mettre des gamins… Tout de suite, il y a un lectorat qu’on a pas touché. L’adulte passionné de BD, un peu « sectaire », commence petit à petit à comprendre qu’il peut aussi y trouver son compte.
JBD : On a des lecteurs qui nous disent qu’ils apprécient de découvrir les personnages un petit peu plus au fur et à mesure. On remarque que ça touche beaucoup les gens, chacun a son personnage. C’est quelque chose de très important, en même temps ça les fait évoluer dans le temps. C’est marrant comme les gens y sont sensibles. Ça ne paraissait pas évident comme ça au départ mais ce point-là est vraiment important.
DE : C’est super encourageant. On voit que nous aussi on progresse, on peut toujours améliorer. On essaie à chaque fois de sortir un tome qui est meilleur que le précédent, ce qui pour l’instant est le cas. On arrive à progresser, que ce soit moi dans le dessin, et aussi dans le scénario, dans la richesse. Au début il faut installer tout un univers, des personnages… le côté un peu classique d’une série. Après on peut faire évoluer les héros. Et là il y a beaucoup de possibilités, beaucoup de marges…
JBD : Dans le premier tome, on nous avait un peu reproché le fait que l’histoire était un petit peu courte. En fait, il fallait tout placer et finalement les gens ont adhéré, peut-être grâce au graphisme aussi. Finalement, album après album, l’histoire les intéresse de plus en plus.
OL : Ce n’était pas le scénario qui était simple, c’était l’intrigue. Ce n’est pas exactement la même chose. C’est à dire que dans le scénario il fallait aussi présenter les personnages, placer l’univers, et mine de rien ce n’est pas évident. Avec le 2, on est parti dans quelque chose de volontairement complexe pour dire « ce n’est pas forcément ce que vous attendiez, on peut faire ça aussi ». Celui dont on est le plus content, c’est le 3. Les trois ont vraiment une cohérence, y compris grâce à cette idée de révéler par petites touches des choses sur le passé des uns et des autres.
JBD : Je pense que les lecteurs sentent qu’on ne les prend pas pour des idiots et qu’on ne balance pas des personnages lambda, qu’il y a vraiment un travail important sur les caractères, le vécu, le passé ou même les envies de chacun. Ça compte.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau et Céline Poloni.

Extraits du troisième tome

Extrait tome 3 page 1Extrait tome 3 page 2

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

© Vent d’Ouest 2011/Djian/Legrand/Etien
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*