Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Mike Hawthorne – Dessinateur de Oms en série

Rencontre avec Mike Hawthorne – Dessinateur de Oms en série

« Bon, finalement, comment vas-tu l’appeler? Doré, à cause de la couleur de ses cheveux?
– C’est comme ça que les Draags qui n’ont pas d’imagination appellent la majorité de leurs Oms…
– Il est terrible.
– Rien ne l’arrête! Terrible… c’est comme ça que je l’appellerai. Et pour aller plus vite, ce sera: Terr! »

Avant une interview d’Olivier Vatine samedi, première partie d’une semaine consacrée à la collection Stefan Wul d’Ankama. Invité en France à l’occasion du festival Quai des Bulles de Saint-Malo, Mike Hawthorne a pu découvrir l’engouement autour de son premier album français à travers ses rencontres avec les lecteurs. Le dessinateur américain, affable et visiblement heureux de cet excellent accueil, nous a consacrés quelques minutes pour parler de ce projet dont il rêvait depuis des années.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Souhaitais-tu travailler depuis longtemps sur le marché européen ?
Mike Hawthorne : Oui, j’avais même déjà essayé de travailler avec un éditeur français il y a 4 ou 5 ans mais ça ne s’était pas fait. J’en ai toujours eu envie pour la plus grande liberté artistique qu’on trouve dans les livres français. Il n’y a pas non plus ici cette obligation de sortir un nouveau numéro tous les mois, ça laisse du temps pour faire du bon boulot. Ce sont ces raisons qui m’ont donné cette envie, même si ça m’a rendu aussi très nerveux.

BDE : As-tu trouvé cette liberté que tu espérais ?
MH : Absolument ! J’en discutais d’ailleurs encore tout à l’heure. Dans cet album, il y a deux choses que je n’aurais jamais pu faire avec un éditeur américain, car ils sont très pointilleux sur la moindre image traitant de nudité, même si c’est fait avec un grand sens artistique : la scène de l’allaitement et, peut-être plus étonnant, le fait que le personnage principal devient un héros seulement parce qu’il sait lire, pas parce qu’il est le plus grand ou le plus costaud. C’est typiquement français, à mon avis on ne verra jamais ça dans un comics américain. Je disais même à Jean-David que chez nous le vrai héros aurait été Brave, celui qui ressemble le plus à Conan, alors que là il meurt presque aussitôt après qu’on l’ait rencontré !

BDE : As-tu hésité à rejoindre ce projet en raison du fait que Stefan Wul, l’auteur du roman, soit inconnu en dehors de France ?
MH : Pas vraiment, non. J’ai hésité au tout début car, comme pour tout nouveau projet, j’avais besoin d’en savoir plus. Effectivement, je ne le connaissais pas, mais la première chose que j’ai faite a été de chercher une traduction anglaise du livre pour le lire. Après ça, je me suis senti plus en confiance. L’histoire m’a tout de suite plu. Pour avoir d’autres références, j’ai aussi vu le film Planète sauvage. Le matériau me semblait parfait pour moi, avec toutes les métaphores qu’on ressent dans l’écriture du roman, notamment celle de la Guerre Froide et les rapports entre URSS et Tchécoslovaquie. J’ai donc simplement eu besoin de plus de renseignements pour dire oui mais ça s’est décidé vite. Je voulais être sûr de pouvoir respecter l’œuvre et satisfaire les fans.

BDE : Est-ce le seul projet que Jean-David t’ait proposé ?
MH : En fait, c’était le premier.

BDE : As-tu suivi les autres projets de la collection ?
MH : J’ai lu celui fait par Olivier, qui est fantastique et superbement dessiné. Je n’ai pas encore pu découvrir ceux qui sont en cours de réalisation, tout comme je n’ai pas pu lire les autres nouvelles de Stefan Wul. J’adorerais mais c’est difficile, mon français est très élémentaire. Je ne crois pas que je pourrais comprendre les livres. J’ai eu de la chance avec Oms en série, car c’est le seul livre dont j’ai pu trouver une traduction en anglais. Pourtant ça mériterait d’être traduit. C’est incroyable de penser que cet homme a écrit tout ça dans les années 50, il y a déjà près de 60 ans ! J’ai vraiment envie de pouvoir découvrir tout le reste de son œuvre.

BDE : C’était l’âge d’or de la science fiction.
MH : Exact. C’est même un crime qu’il ne soit pas plus connu. Ses idées sont brillantes, tout ce qu’il a imaginé dans Oms en série ou Niourk est incroyable. Ça aurait pu être écrit hier, c’est vraiment surprenant de se dire que c’est si vieux.

BDE : As-tu lu beaucoup de romans de SF ?
MH : Pas tellement. Je n’ai jamais été un grand fan de science fiction. Tous mes comics sont d’ailleurs assez différents, je suis souvent passé d’un genre à l’autre. Ce qui s’en approche le plus est ce que j’ai fait sur Fear Agent pour Dark Horse (NDR : édité en France par Akileos). C’est un vrai univers de SF à la Philip K. Dick, dont j’ai quand même lu quelques courtes histoires pour m’inspirer. Je m’étais alors fait une petite éducation rapide sur le sujet ! (rires) J’avais déjà aimé cette idée de faire une série moderne, mais pleine de références à des aventures à l’ancienne, marquées par les années 50 ou 60.

BDE : Tu as donc aussi vu le film d’animation dessiné par Roland Topor ?
MH : Absolument. En fait, mes premiers croquis de recherches pour le design des Draags étaient très proches de la description faite dans le nouvelle. J’avais suivi tout ce qui était précisé, avec une tête de poisson, puisqu’il est dit que c’est un peuple aquatique. Et je me suis rendu compte que ça les rendait beaucoup trop extra-terrestres et visuellement très éloignés du film. Aux États-Unis, personne ne connait le roman mais beaucoup connaissent le film. Il a marqué les spectateurs dans les années 70 et 80, surtout par les Draags. Leur design était parfait, hors du temps. Je m’en suis finalement totalement inspiré.

BDE : As-tu voulu dès le départ faire les couleurs toi-même ?
MH : Oui, car on n’a pas souvent cette chance aux États-Unis. Tout doit y être fait très vite alors on compartimente toutes les étapes. Je voulais vraiment faire les couleurs. J’ai pu le faire sur G.I. Joe : Origins avec Larry Hama et j’ai adoré ça. Je voulais le refaire à la première occasion. Et Ankama me l’a permis. Mais c’est vraiment une grosse partie du boulot, ça compte beaucoup dans la qualité d’une BD française. Il y a donc eu tout un travail pour créer l’ambiance du monde des Draags, que je voulais froid et coloré à la fois. C’est très excitant de pouvoir retranscrire une ambiance avec ses propres couleurs.

BDE : Pourrait-on voir une traduction de l’album en anglais ?
MH : J’aimerais beaucoup ! J’en ai discuté un peu avec les quelques éditeurs qui m’emploient habituellement aux États-Unis. L’un d’eux est même très intéressé. Mais il y a toujours le souci de format qui est différent et qui pose des problèmes. Même si les lecteurs américains ont pu se familiariser occasionnellement avec des séries européennes comme Blacksad, Sky Doll ou les œuvres de Moebius. Il faudrait vraiment dépasser ce problème de format.

BDE : As-tu pu voir l’exposition consacré à la collection ?
MH : Elle est absolument fantastique ! On a chez nous quelques conventions excellentes mais tout est très commercial. En dehors des trucs à vendre, il n’y a pas grand chose à voir. Tout ce que les fans veulent voir figurent dans les sketchbooks qui sont en vente. Moi aussi, je suis fan, je sais ce que c’est. Alors que là on peut découvrir des expositions merveilleuses.

BDE : T’attendais-tu à rencontrer une telle attente de la part des lecteurs ?
MH : En fait, non. J’ai eu un choc lors de la sortie et à la réception du livre. Je travaille dans le domaine du comics depuis un long moment mais c’est ma première BD française et je ne savais pas quoi attendre. J’espérais bien que ça plairait mais je ne pensais pas que ce serait à ce point. J’ai découvert beaucoup de critiques positives, c’est incroyable !

BDE : Ankama t’a fait confiance en te désignant premier dessinateur d’une collection qui est intégralement lancée avant même le premier retour des lecteurs.
MH : Oui, c’est une belle preuve de confiance. Je pense que c’est parce qu’ils savaient qu’ils auraient exactement, avec Olivier et moi, le type de livres qu’ils attendaient. Dans le monde du comics, les éditeurs s’adaptent à leurs lecteurs, en ne leur proposant que ce qui a marché et qui devrait encore marcher selon eux. C’est un peu ce qui cause leur stagnation. A mon avis, si on réalise un bouquin du mieux que l’on peut, avec un plus grand soin pour la qualité artistique, les lecteurs viendront d’eux-mêmes, sans avoir besoin d’aller les chercher. Je pense que les comics manquent de cette fraicheur.

BDE : Que penses-tu d’ailleurs de l’album en tant qu’objet ?
MH : Je trouve qu’il est « démentiellement » magnifique ! (rires) On a parfois de belles collections aux États-Unis, mais généralement ce n’est qu’un magazine tout mou. Là, le design de la couverture, le travail sur les pages de garde, c’est beaucoup de travail. Beaucoup de monde y a apporté sa contribution et ça se voit jusque dans les petits détails.

BDE : Merci beaucoup, c’était un plaisir !
MH : Merci à toi !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 octobre 2012.

Suivez toute l’actualité de Mike Hawthorne sur son site.

Premières pages du Tome 1

© Ankama Éditions 2012/Morvan/Hawthorne
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Un Commentaire

  1. Teste
    Posté 1 octobre 2014 at 12 h 58 min | Permalink

    Ces planches sont très captivantes. Ca fait un petit peu penser à la planète des singes. J’ai hâte d’avoir le livre!

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*