Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Hérik Hanna et Bruno Bessadi – Auteurs de Bad Ass

Rencontre avec Hérik Hanna et Bruno Bessadi – Auteurs de Bad Ass

« Jack Parks alias… Dead End. Une plaie béante dans les hémorroïdes de cette ville. Voilà ce que j’ai pu obtenir du FBI rapidement… Il est surtout connu à Los Angeles et Hollywood… Il a bossé pour Master of Pain, Blood Master, Master of Curse, Master of Monsters…
– Seigneur… Leurs super-vilains ont autant d’inspiration que leurs scénaristes. »

Premiers ambassadeurs de la collection Comics Fabric (voir la news), Hérik Hanna et Bruno Bessadi présentaient leur première série commune à Angoulême. Ces fans de comics attendaient une belle occasion pour utiliser leurs connaissances et créer leur propre aventure super-héroïque, David Chauvel et Delcourt leur ont donné un crédit illimité.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour à vous deux ! Bad Ass est le premier album à lancer la collection Comics Fabric. Est-ce un plaisir de servir d’accroche ou est-ce que ça met un peu de pression ?
Bruno Bessadi : En fait, j’ai signé l’album en 2009 et, à l’époque, il n’était pas encore question d’une nouvelle collection. Du coup, je n’ai pas eu d’influence positive ou négative par rapport à ça. Maintenant, j’ai un peu cette pression parce que, en étant le fer de lance, on espère répondre aux attentes des gens vu l’intitulé de la collection. Mais la réalisation du bouquin s’est faite comme une autre. Par contre, c’est la première fois que j’ai un album qui sort pratiquement pour Angoulême, ça fait donc plaisir de voir qu’on est soutenu. Et on bénéficie de tout l’élan de la collection, du coup on en profite aussi car on est pour le moment ses seuls représentants. C’est motivant.
Hérik Hanna : Voilà, c’est un projet qui était en amont de la création de la collection. On n’a donc eu aucune pression de ce côté-là.

BDE : Tu as d’ailleurs fait trois albums avec des auteurs habituels de comics et ton premier comics avec un dessinateur français. C’est plutôt original !
HH : Ouais, bien malgré moi, je crois que j’aime le faire à l’envers ! (rires) J’adore contredire l’évidence. Quand David Chauvel, le directeur de la collection, m’a proposé de faire un truc de super-héros, tout de suite je lui ai dit que si je faisais un album de style comics, ce serait avec un super-vilain pour prendre le contre-pied, et bien « bad ass ». C’est resté, finalement.

BDE : Cette volonté de faire du comics à la française vient-elle plutôt des auteurs ou de l’éditeur ?
BB : Je pense que c’est surtout éditorial. Comme je le disais, je suis arrivé dans des chaussons puisque tout était déjà prêt et signé, mais Delcourt a donné carte blanche à Hérik en lui disant « amuse-toi avec 70 ans de comics ! » Moi, je suis très heureux d’avoir fait ça, je suis encore plus heureux que ça soit tombé sur moi. J’avais monté des dossiers pour Marvel, pour Les Tortues Ninja, qui n’ont jamais rien donné. Depuis que j’ai sorti Bad Ass, on me dit que c’est peut-être ma chance pour rejoindre Marvel, mais non, maintenant je m’en fous ! C’est même mieux de faire ça en France avec Delcourt car on a carte blanche, on peut se permettre des trucs un peu trash qu’un éditeur américain n’accepterait pas.

BDE : Le format comics était-il déjà défini ?
BB : Au tout début, non. Hérik l’avait écrit en 46 pages. C’est ensuite qu’on l’a décomposé en 90, et que ça a vraiment pris forme. On a voulu assumer en allant au bout du concept pour qu’il ait cette forme actuelle de comics.

BDE : Y a-t-il eu besoin de beaucoup de redécoupage ?
BB : C’est surtout au niveau du scénario que ça posait quelques soucis. Je ne sais pas trop comment Hérik a fait pour redécouper, mais c’est à son niveau qu’il y a eu un travail supplémentaire à réaliser. Ces tractations ont de toute façon eu lieu avant que j’arrive dans le projet, je n’avais commencé aucune planche. Le scénario avait déjà été validé et signé quand ils ont cherché un dessinateur.
HH : Ça a été une bonne surprise car du coup on passe de 46 pages à 92, on a doublé la pagination. J’avais des vannes en milieu de page pour un format européen et, en doublant le format, on s’est retrouvé avec des vannes de bas de page. On pouvait donc doubler les effets. Et, comme c’est une narration en flash-backs, ça permettait aussi de faire des double-pages, un temps dans l’époque ado de Jack, un autre dans le présent de Dead End. Ça s’est révélé une bonne chose pour le projet.

BDE : Ce changement est donc bien tombé pour vous deux.
HH : Oui, même si on n’a eu aucune appréhension car on ne s’est pas posé de question sur le fait de faire du comics ou du franco-belge.
BB : Moi, j’ai toujours eu envie de faire du comics. La première fois que je suis venu à Angoulême en tant qu’amateur, j’avais été présélectionné au concours d’Angoulême, les Alph’Arts, et j’avais eu le droit, à mes propres frais, d’aller rencontrer un professionnel. Avec mon book, pour le premier rendez-vous professionnel de ma vie, le mec m’avait dit texto : « les Américains font ça mieux que toi, ça ne sert à rien que tu fasses du comics. » Ça m’avait pas mal ébranlé, du coup je me suis davantage plié à la BD franco-belge, j’ai retenu mon style, et j’ai fait une série chez Soleil, Zorn et Dirna. J’ai donc fait du franco-belge mais le style comics a toujours été en moi.

BDE : Après des années de franco-belge, est-ce que ce style qu’on t’a reproché est revenu naturellement ?
BB : Pas vraiment. J’ai dessiné du franco-belge pendant plus de douze ans, j’ai donc encore beaucoup de réflexes. Mais je sens que ça vient. Pour le Tome 2, je suis beaucoup plus libre. J’avais jusque-là un peu le trac d’une nouvelle série, d’un nouveau scénariste, d’un nouvel éditeur… Tout ça m’a un peu bloqué inconsciemment.

BDE : Adapter le format et la pagination du comics, ça ne fait pas tout. Il y a aussi un ton et on sent dans Bad Ass un réel esprit comics…
BB : Ben merci ! Je n’ai jamais eu une bible pour savoir comment faire du comics, j’ai donc beaucoup travaillé à l’instinct, par rapport à mes lectures, mes influences, car j’en lis quand même pas mal. De toute façon, au départ, on était encore un peu cloisonné au franco-belge. Lorsque j’avais envoyé mes premières pages, même David Chauvel m’avait reproché à certains moments trop de cases ou de bandes de cases explosées. Il est vite revenu sur ça mais ça prouve qu’on restait cloisonné. Pour la suite, on sera tous beaucoup plus libres, moi notamment.
HH : Comme Bruno et moi on avait carte blanche et toute la liberté possible, on a juste eu à ouvrir les vannes. On partage la même culture comics fin des années 70/ début 80, avec les parutions d’époque comme Strange, Lug… Comme la parution était décalée par rapport aux États-Unis, on lisait aussi les anciens boulots de Steve Ditko ou de Stan Lee, les premiers Daredevil de Frank Miller, ça fait 30 ans qu’on en bouffe ! (rires) Quand David nous a proposé d’essayer quelque chose dans ce format, on s’est laissé aller car on avait le conditionnement depuis longtemps.

BDE : Y a-t-il justement eu des pages sur lesquelles vous avez pu vous faire plaisir comme jamais ?
BB : Beaucoup, oui ! (rires) Tout ce qui est double-page, déjà. Notamment une sur laquelle le personnage découvre un robot géant, qui est symbolique. C’est la force du comics, les double-pages marchent mieux sur un petit format que sur un grand. J’ai aussi pu en faire une double qui se lit dans la longueur, ce qui arrive plus souvent dans les comics. Même si je n’aime pas spécialement lire ça car je me sens un peu perdu… Mais c’est une liberté qu’on n’a pas dans le franco-belge.
HH : On double les pages mais on réduit les cases, ça permet à l’action d’être beaucoup plus rapide. On peut ainsi jouer différemment avec la narration, c’est ce qui est génial avec le format comics.

BDE : Est-ce que vous pensez que le fait que des auteurs français réalisent des comics peut attirer de nouveaux lecteurs, plus habitués de franco-belge ? Que la collection puisse être une passerelle ?
HH : On en parlé tous les deux, ce n’est qu’un format et un univers. Si vous n’êtes pas généralement fans de comics, si vous n’avez pas été élevés à la soupe Superman, ce n’est pas grave car ça peut être une entrée en matière. On peut aussi voir ça comme une histoire complète, il faut que les lecteurs le sachent. Le premier tome est aussi un album en lui-même. Plus jeune, j’étais frustré d’attendre mon Strange tous les mois, je voulais donc qu’il y ait une première fin qui se tienne.

BDE : Le personnage principal semble conditionner à lui seul le ton de la série.
HH : Il y avait cette envie de prendre le contre-pied avec un super-vilain et Jack s’est rapidement imposé de lui-même, avec un peu d’impro car j’aime découvrir l’histoire comme les lecteurs. On ne va pas se tirer la nouille – pardon ! (rires) – mais c’est génial de sentir des personnages qui ont vraiment une identité, car on les a plus ou moins mûrement réfléchis, qu’ils sont plus ou moins apparus d’eux-mêmes, mais qu’on est pris par la main. C’est comme si on relatait une histoire qu’ils nous soufflent à l’oreille. Ça me fait penser à toutes les théories sur le sujet, comme J.K. Rowling qui parle d’antériorité et d’histoires qui existent dans le monde des idées où elle est allée chercher Harry Potter… Je ne pousserai pas le bouchon si loin, je ne veux pas savoir, mais c’est jouissif à vivre.
BB : Au niveau des descriptions, il était assez simple puisqu’il n’avait qu’un costard. Moi j’ai ajouté les Converse, ensuite on a du faire des réglages sur la forme du masque. Au début, j’avais fait la bouche ouverte comme Batman, mais on est passé à une cagoule intégrale avec une bouche un peu bizarre puisqu’il peut fumer à travers son masque ! (rires) On a aussi mis les cheveux qui dépassent, ça ajoute au côté branleur du personnage.

BDE : En lui donnant aussi un petit côté Deadpool…
BB : C’est marrant parce qu’on me fait déjà souvent la remarque alors que la BD est sortie assez récemment. Pourtant, on n’y a jamais pensé avec Hérik ! Peut-être que les gens font le rapprochement à cause de ses années d’ado où l’acné le défigurait autant que Deadpool. J’ai lu Deadpool à l’époque où c’était Ed McGuinness qui le dessinait, il y a aussi l’excellent Il faut soigner le soldat Wilson, de Jason Pearson. C’est un personnage que j’aime bien, mais ce n’était pas notre référence.

BDE : Garderez-vous par la suite le principe des flash-backs ou a-t-on déjà vu suffisamment du passé de Jack ?
HH : Dans le Tome 2, on va utiliser à nouveau le procédé pour dépeindre la jeunesse du deuxième personnage principal qu’est The Voice. C’est une autre présentation puisque les deux premiers volumes formeront notre Acte 1.

BDE : Il y a beaucoup de références, notamment les ennemis de Dead End qui font penser aux super-héros classiques. Avez-vous du vous restreindre pour ne pas alourdir votre récit ?
BB : Plus que des références, je pense que ce sont des hommages parce qu’on a notre Batman, notre Iron Man et notre Catwoman. Sinon, on ne s’est pas freiné mais j’ai été frustré car on ne voit ces personnages que très peu dans le premier tome. Ils vont revenir – je ne dirai pas quand ! – mais je suis déjà très excité à l’idée de les retrouver.

BDE : Merci beaucoup à vous deux !
HH & BB : Merci à toi.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 1er février 2013.

Premières planches de l’album

© Guy Delcourt Productions 2013/Hanna/Bessadi
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*