Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Régis Hautière et Hardoc – Auteurs de La Guerre des Lulus

Rencontre avec Régis Hautière et Hardoc – Auteurs de La Guerre des Lulus

« Je ne peux pas dire que nous étions les meilleurs amis du monde. Dans la journée, nous passions notre temps à nous chamailler. Pour un oui ou pour un non. Nous n’étions d’accord sur rien. En conflit sur à peu près tout. Mais quand le soir venait, c’était une autre histoire. A l’orphelinat, les lits étaient attribués par ordre alphabétique. Ordre de prénom puisque la plupart d’entre nous n’avait pas de nom à leur arrivée. Nous partagions donc la même chambre. La nuit, après que le silence et l’obscurité avaient envahi l’abbaye, nous partagions nos secrets. Nos espoirs. Nos angoisses. Nos cauchemars. »

Une fois encore, c’est installés à la terrasse du café de BD Aix 2013 que nous retrouvons Régis Hautière et Vincent Lemaire dit Hardoc. En ce dimanche matin ensoleillé (et oui, c’était chouette ça !), nous avons échangé sur La Guerre des Lulus, leur titre paru en janvier, qui a été la meilleure vente du stand Casterman durant le festival d’Angoulême 2013. Une rencontre très agréable avec deux auteurs de talent qui ont réalisé une BD sur la grande guerre de 14-18, avec des enfants mais surtout pour les enfants. L’Histoire commence !

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Messieurs ! Commençons en douceur avec une brève présentation !
Régis Hautière : Bonjour ! Je m’appelle donc Régis Hautière. Je suis scénariste de bande dessinés à plein temps depuis une dizaine d’années à peu près. J’ai fait une quarantaine d’albums maintenant, je crois ! Les deux dernières en date, c’est le dernier tome de Dog Fights, une première série que j’avais commencée et qui se termine seulement maintenant, et puis La Guerre des Lulus dont le premier tome est sorti chez Casterman depuis trois mois maintenant.
Hardoc : Bonjour ! Moi, c’est Vincent Lemaire dit Hardoc, dessinateur et illustrateur de bande dessinée qui a commencé sa petite carrière avec Régis Hautière. En 2004, nous avons fait un premier album ensemble, Le Loup, l’agneau et les chiens de guerre. Une autre série finie, mais malheureusement pas publiée. Voilà, un homme heureux !

BDE : Des bandes dessinées sur la guerre, il y en a. Mais des bandes dessinées sur la guerre avec des enfants et pour les enfants, cela n’existe pas. D’où est venue l’idée de faire La Guerre des Lulus ?
RH : En fait, l’idée, l’envie ou la volonté de faire un album qui parle de la guerre de 14, sans pour autant raconter ce qu’a été vraiment la guerre de 14, mais qui traite un peu du sujet et qui soit lisible par les enfants, est venue de deux choses. D’une part, de ce que m’avait dit une amie qui travaille à l’Historial de Péronne. Parce que j’ai visité l’Historial. Elle m’avait dit qu’à la boutique, ils avaient beaucoup de livres sur la guerre de 14. Donc évidemment, beaucoup de livres d’Histoire, beaucoup de romans, des livres jeunesse aussi, de la bande dessinée. Mais la bande dessinée qu’ils avaient ne s’adressait qu’aux adultes et exclusivement aux adultes. Il y avait évidemment tout ce qu’avait fait Tardi et d’autres choses. Cela m’a un peu titillé. Je me suis dit, si un jour je fais une bande dessinée jeunesse, pourquoi ne pas faire ça sur la guerre de 14. D’autre part, il y a mes enfants qui me tannaient depuis des années, surtout ma fille, pour que je lui fasse une bande dessinée qui lui soit en partie adressée. Qu’elle puisse lire et qu’elle prenne du plaisir à lire. Et, à partir de là, je me suis dit: « on y va ». J’ai commencé à imaginer cette histoire de gamins pris dans la guerre de 14-18. Et les Lulus sont nés comme ça.

BDE : A quel moment as-tu proposé le projet à Vincent ?
RH : Assez rapidement ! L’histoire, je l’avais plus ou moins en tête. Et le synopsis, je me suis décidé à l’écrire le jour où un dessinateur, en fait, m’a demandé de lui écrire une histoire jeunesse. J’ai donc fait un petit synopsis d’une vingtaine de lignes que je lui ai envoyé. Bien évidemment, l’histoire n’était pas entièrement détaillée mais il y avait déjà l’idée d’un groupe de gamins qui se retrouvaient isolés derrière les lignes allemandes pendant la guerre. Et le dessinateur en question, en fait, lui a tout de suite vu la guerre de 14-18 avec les images…
H : … les horreurs quoi…
RH : … que l’on se représente avec les tranchées, les corps démembrés, les gueules cassées, etc. Sa réponse a été : “ Écoute, l’histoire, je la trouve très bien mais ce n’est pas pour moi. Dessiner la guerre de 14, je ne pourrais pas ”. Les images qui lui venaient, pour lui, étaient trop fortes, trop atroces pour qu’il ait envie de dessiner ça. Je lui ai dit qu’il n’y avait aucun souci et que j’allais réfléchir à autre chose. Et puis, j’ai raconté l’histoire à Vincent comme ça, je ne sais plus à quelle occasion, puisque l’on se voit assez régulièrement. On se retrouve une fois par mois entre dessinateurs et scénaristes de la région picarde autour d’un verre. Et on parle de nos différents projets entre autre. Il m’a dit que c’était quelque chose qui l’intéresserait. On a fait un essai sur deux pages et cela s’est révélé concluant.

BDE : Vincent, quelles sont les raisons qui t’ont amené à accepter ce projet ? Quelle a été ta motivation ?
H : Moi, la motivation était là depuis pas mal d’années. Parce qu’il y a très longtemps de cela, avant qu’on fasse un premier album ensemble, j’avais envie de faire un projet avec des gamins. Projet qu’on avait déjà monté à l’époque. Un tout petit truc. C’était pour les éditions du Cycliste qui existaient à l’époque. Ça avait capoté, cela n’avait pas marché. Cela faisait très longtemps que j’avais envie de retrouver les sensations d’enfance. Autant celles des bouquins, dans les collections Bibliothèque Rose, Verte, tout ça, que les séries comme L’Autobus à impériale, Les Petites Canailles, ces vieilles séries télévisées. Même ne serait-ce que Les 4 As chez Casterman quand j’étais gamin. Je n’ai pas tout lu mais j’avais de bons souvenirs de ça, de bandes de gamins. Que ce soit de tout âge, ado ou tout petit. Et moi, ma motivation c’est une envie profonde de parler de gamins. Déjà, ne serait-ce que par rapport à ces souvenirs-là, mais aussi mes propres souvenirs de bande, des cabanes que j’ai faites, d’ailleurs, aussi dans mon village. Mes bagarres également avec d’autres bandes du coin ou du village. Et puis aussi parce que je dis toujours que les jeux d’enfants ne sont pas des jeux. Je vois maintenant que mes propres enfants veulent toujours grandir très vite. Ils veulent faire comme les grands. Aujourd’hui, on propose des jeux qui sont toujours des répliques : la petite fille qui repasse, les dînettes, etc. On s’aperçoit effectivement que les gamins sont capables, ont envie de vivre comme les adultes, de penser comme les adultes. A leur façon. Il n’y a pas toutes les contraintes de la vie d’adulte d’aujourd’hui. Du coup, quand Régis m’a proposé le truc et quand j’ai vu les premières pages, j’ai tout de suite dit : « c’est ça ! » J’étais super content. J’imaginais le truc. Quand je recevais les dialogues, parce que les dialogues sont importants, ça me donnait vraiment la patate. Chaque fois, je rigolais tout seul comme je le dis souvent en interview. Je lisais certains trucs et je me disais : « Super ! Génial ! » Et je rigolais. Je jubilais parfois en me disant : « Tiens, ça je vais le dessiner comme ça ! »

BDE : Dans cette histoire, on ressent beaucoup de passion, de tendresse, le sérieux de la guerre et surtout beaucoup d’humour. Notamment, dans un certain passage avec les fesses… du Bon Dieu !
RH : Voilà, c’était justement les deux pages d’essai qu’on a fait. C’était les deux premières du projet.
H : C’est celles qui l’ont fait rentrer chez Casterman.
RH : C’était vraiment une volonté d’instiguer beaucoup d’humour, en tout cas beaucoup de second degré pour jouer sur le décalage entre le jeu des enfants, qui eux aussi jouent à la guerre de temps en temps, et puis la réalité qui est autour d’eux en fait, qui est la guerre de 14-18. Au départ, ils ne l’appréhendent pas du tout parce qu’ils ne savent même pas que c’est la guerre. On leur a caché ça volontairement. Parce que les curés, qui s’occupaient d’eux dans l’orphelinat, disaient déjà que c’étaient des orphelins. Donc, des gamins qui avaient beaucoup souffert et qu’il ne fallait pas en rajouter une louche en les inquiétant pour rien. Car tout le monde pensait que la guerre allait durer un mois. Il y aurait une bataille et puis ce serait fini.
H : Une guerre rapido !
RH : Voilà, on cache un peu cette guerre qui vient d’éclater. Et quand ils vont être pris dedans, ils ne vont rien comprendre du tout. Le pitch de l’histoire, c’est que le village où ils sont est évacué. Et, comme eux sont en train de jouer dans la forêt, ils se retrouvent isolés quand les Allemands arrivent. Ils ont été oubliés et se retrouvent isolés. Au départ, ils ne comprennent pas pourquoi le village a été déserté. Qu’est-ce que c’est ces soldats qui arrivent ? Donc, l’intérêt c’est de jouer là-dessus. Jouer sur l’ignorance des enfants par rapport au fait qu’il y a la guerre. Et, une fois qu’ils comprennent qu’il y a la guerre, jouer avec leurs réactions et le côté un peu naïf, enfantin, très premier degré aussi des gamins par rapport à toute l’atrocité qui est en train de se dérouler à cinquante, cent kilomètres de là où ils sont.

BDE : Quand on lit l’album, on se sent bien comme à la maison malgré la gravité du sujet. Les décors sont très parlants.
H : Ben oui, clairement ! Contrairement à Régis, je suis né en Picardie. Régis est Breton et s’est installé en Picardie. Mais moi, je suis né là-bas et j’ai toujours connu les granges, les pierres, le torchis. Parfois, mais très rarement, les toits encore de chaume dans des petites dépendances. J’ai grandi dans ce milieu-là. Effectivement, j’ai mis beaucoup de ma région aussi. Sachant que cela se passe dans l’Aisne normalement. Dans l’Aisne, il y a un peu plus de pierres, aussi parfois de la craie. Nous, c’est vraiment de la brique la plupart du temps. Bien qu’avant la guerre de 14, c’était justement beaucoup de craie, des boiseries avec du torchis. Forcément, ce sont mes propres souvenirs d’enfance avec ce que racontaient les anciens, et les ambiances de campagne. Et puis, c’est quelque chose qui me plait en fait. J’aime beaucoup ces ambiances-là. Et de les retrouver aussi au travers des photographies, dans les archives de bouquins de guerre. Il y a très peu d’archives sur les civils. Je suis allé chez des petits libraires. Pas physiquement, mais sur le net. J’ai trouvé comme cela des bouquins fantastiques avec de vieilles photographies, sur les civils, sur l’abbaye, les choses comme ça. On trouve même des choses improbables d’ailleurs. Mais c’était vraiment une volonté de mettre beaucoup de choses de mon village. Car il y a des endroits de mon village en fait. On ne dépeint et dessine jamais aussi bien que les choses que l’on connait, son environnement. Et c’est vrai que je me suis fait plaisir là-dessus, effectivement !

BDE : Justement, je rebondis sur ce que tu as dit un peu plus haut, Vincent. La documentation sur les civils pendant la guerre est rare. Comment avez-vous fait ?
RH : Heureusement, aujourd’hui on a internet qui facilite beaucoup les choses. Pour le premier tome, il n’y a pas tant eu besoin de documentation que cela. Dans la mesure où les décors sont une forêt, une abbaye, un petit village. Les difficultés arrivent avec le deuxième tome. Et puis après, je pense que cela va être encore plus difficile avec le troisième tome. Parce qu’on a des éléments, par exemple, à un moment il y a de l’aspirine qui est donné à une gamine. Donc, il fallait savoir comment était conditionnée l’aspirine à l’époque. Est-ce que c’était sous forme de sirop, de comprimés effervescents, de poudre ? De quelle forme étaient les flacons ? On a également eu des difficultés avec un camion de ravitaillement. Comme on est du côté allemand du front, on cherche des véhicules allemands. Ça, on a beaucoup plus de mal à en trouver que des véhicules français. En France, il y a pas mal de revues sur la guerre de 14. J’en ai encore achetée une récemment où on a beaucoup de photos. Mais souvent, on reste du côté français.
H : Par rapport à la propagande de l’époque aussi !
RH : Surtout côté civil. On a beaucoup de choses sur le front, sur les armées, les véhicules, les armes. Mais sur les véhicules militaires, et nous, nous cherchions un véhicule civil allemand. Et là, cela devenait beaucoup plus difficile.
H : J’ai même posé la question à quelqu’un qui travaille à L’Historial de Péronne. Je lui ai demandé avec quels véhicules étaient arrivés les Allemands en France. Et même lui a eu du mal à trouver des archives dans l’Historial qui est un lieu consacré à cela. Il m’a dit : “ Et bien, écoute, je ne vois que ce type de voiture ! Effectivement, les gens ne se posent pas souvent la question. ” Parce qu’on voit les Français, la réquisition des taxis de la Marne, mais les Allemands sont arrivés comment ? C’est un mystère. Enfin, pas un mystère, mais il est très dur de trouver avec quel type de voiture ils sont arrivés. En plus, il y avait tellement de marques de voitures qui ont disparues aujourd’hui. Berlier qui ne fait que des camions alors qu’il faisait des voitures, par exemple. La Buire bizarrement, qui est aussi le nom de mon village, qui a existé et été utilisée par les Français. Effectivement, on trouve beaucoup de véhicules français, mais pour les véhicules utilisés par les Allemands, c’est plus délicat.
RH : Donc, voilà pour cela internet est très pratique. Il y a aussi les revues, il y a pas mal de bouquins, quand même, qui sont sortis sur la guerre de 14. Il y a aussi l’Historial de Péronne qui, pour nous dans la région, est quand même un référentiel.
H : On est d’une région qui a quand même était marquée par plusieurs guerres. Pendant la Grande guerre, et celle de 40, toutes les villes et villages ont quasiment été rasés chez nous. Malheureusement, ce qui subsiste de tout ça, de cette époque, ce sont des cimetières militaires. Le patrimoine d’avant-guerre a disparu.
RH : Sachant que notre propos n’est pas de faire une bande dessinée historique. C’est plus de restituer une ambiance. On cherche plus à faire vrai que vraiment restituer la réalité historique pointue telle que la recherche Tardi quand il fait La Guerre des tranchées ou autre.
H : On ne fait pas un travail d’historien. Le but, c’est de rester crédible par rapport à une ambiance.

BDE : Vous avez également mis une touche féminine, avec la petite Luce, dans ce monde de brutes. Une manière d’apporter un peu de douceur ?
RH : Oui et puis parce que les quatre Lulus avaient besoin aussi d’un élément perturbateur pour faire évoluer un peu leur petit groupe. Parce que cette bande de gamins, enfin ce sont des gamins au début sur le premier tome, ils vont grandir. Ils ont entre 11 et 15 ans au début de l’histoire mais on va les suivre sur toute la durée de la guerre. Donc, à la fin de la guerre, on aura des adolescents et des jeunes adultes. Je trouvais intéressant d’introduire une fille dans le groupe, qui elle aussi va grandir. Et qui va un peu les perturber. On sait que l’adolescence, c’est un moment assez perturbant dans les relations garçon/fille. Et plutôt que de les faire vivre en autarcie complète, il y a Luce qui apparaît mais il y aura aussi d’autres personnages. On en voit un apparaître aussi à la toute fin du premier tome. Il y a d’autres rencontres que vont faire les Lulus. Sachant que Luce est la rencontre principale dans la mesure où elle va les suivre sur une bonne partie de leurs aventures. Alors que les autres rencontres, c’est plus ponctuel. Il y a des personnages que l’on verra sur un album, d’autres juste sur une séquence ou deux/trois séquences.

BDE : On remarque, dans une séquence, une illustration signée Lemaire. Petit hommage ?
H : Cela m’est apparu comme ça. Je me suis dit, comme j’ai aussi plein de vieilles revues humoristiques du début du vingtième siècle, que mes parents avaient et que j’ai glanées un peu sur le net – c’est un petit plaisir, je m’achetais des recueils ! – pourquoi ne pas mettre un hommage. C’était également un clin d’œil à mes parents qui me font le reproche d’avoir un pseudonyme. “ Pourquoi t’as pas pris ton nom ? T’en a honte ? ” Bien sûr, ce n’est pas le cas. Je trouvais cela assez drôle. Comme j’ai également un oncle qui est aussi passionné de guerre, qui collectionne des pièces depuis la guerre d’Algérie, j’ai pensé que cela ferait aussi une sorte de lien entre tout.

BDE : Et en page 49, une croix gammée constituée par le positionnement des Lulus prêtant serment. Coïncidence ?
H : Ce n’est pas volontaire et ce n’est pas la croix gammée. Bizarrement, si on fait le test physique pour dessiner ce genre de situation, cela fait forcément une croix.
RH : Après coup, en voyant le dessin, je me suis dit : « Tiens ! ». Mais je ne l’ai pas vu la première fois. C’est après plusieurs lectures. Il est vrai que cela forme une croix.
H : C’est surtout par rapport à l’expression “Croix de bois, croix de fer…”. On retrouve la croix dans la position des personnages. Et en plus on est en 14.

BDE : On l’a vu, vous avez eu des difficultés au niveau de la documentation. Et au niveau de la représentation des enfants, une difficulté particulière ?
H : Je ne les ai pas représentés avec des grands yeux et un petit nez comme certains auteurs peuvent le faire. Moi, je voulais que ce soit plus caricatural en fait. Pour pouvoir bien jouer avec les expressions justement. Alors, il y a Lucas qui a un bon nez en trompette. Lucien qui est, quand même, plus élancé. Je voulais aussi retrouver cette sensation de bande dessinée franco-belge où l’on trouvait des gamins avec de traits particuliers, de grandes oreilles. Tout ce qui est le patrimoine franco-belge que j’ai derrière moi et que je traîne comme beaucoup d’entre nous.
RH : La grande difficulté pour le dessinateur, mais on va voir cela sur la longueur, c’est de faire vieillir les personnages. Ça, c’est un vrai défi !
H : Après, ce sont des petits codes graphiques. Lucien, par exemple, dans le tome 2, ses joues sont un peu plus creusées. Je pense qu’on va voir un petit peu de moustache apparaître par rapport à la puberté. Lucas a grandi d’une demi-tête. Ce sont des choses comme ça, à voir avec le temps et par rapport aux saisons, aussi, qui vont défiler dans le synopsis.

BDE : Vous avez prévu cinq tomes, un par année de guerre.
RH : Oui, c’est cela !

BDE : Avez-vous des projets en perspective ?
H : Absolument pas ! Je suis à fond sur la série La Guerre des Lulus ! Je travaille sur le deuxième.
RH : Moi, je suis un « cumulard » ! J’ai terminé Le Marin, l’actrice et la croisière jaune, le tome 3 qui sortira bientôt. Je suis sur la suite d’Aquablue. Je travaille sur pas mal d’autres projets. Un avec Philippe Berthet, on travaille sur un diptyque pour Dargaud. Je dois commencer un nouveau diptyque avec Renaud Dilliès dans la même veine qu’Abélard, dont on reprend un certain nombre de personnages.
H : Un nouvelle album avec David François !
RH : Un nouveau diptyque avec David François chez Casterman qui est déjà entamé. Avec Fraco, on va commencer à monter un nouveau projet. Mais là, on est vraiment aux balbutiements. Antonio Lapone est en train de boucler un album que l’on fait pour Glénat. On devrait aussi lancer un spin-off d’Aquablue très prochainement. Cela fait déjà pas mal de choses.
H : Entre ça, les festivals…
RH : Et la plage…
H : On a pas vraiment fait de plage ! Pas de piscine, pas de plage ! Rien !

BDE : Messieurs, merci beaucoup pour ce partage !
RH & H: Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 14 avril 2013.

Extraits de l’album


© Casterman/Hautière/Hardoc
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*