Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alfonso Zapico – Auteur de La Guerre du Professeur Bertenev

Rencontre avec Alfonso Zapico – Auteur de La Guerre du Professeur Bertenev

A la suite de la parution d’un album particulièrement réussi, nous sommes allés à la rencontre d’un auteur espagnol au grand avenir. Suivez-nous !

Chronique de l’album.

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?
Alfonso Zapico : J’ai 25 ans, je vis dans une des vallées minières des Asturies, au Nord de l’Espagne. Ici, il n’y a ni taureaux ni flamenco, c’est une région froide et pluvieuse comme l’Irlande. Le matin, je travaille comme dessinateur dans le cadre d’un projet réalisé par le Conseil de l’Education de la Principauté, je suis également dessinateur dans un journal et je travaille pour différentes maisons d’édition comme illustrateur… J’espère trouver le temps de passer mon permis de conduire, parce que c’est toujours ma copine qui conduit. Ma région est pleine de mineurs en train de perdre leur boulot et de jeunes au chômage. Ça fait 150 ans que les gens font des manifs, des grèves… Avant la guerre civile de 36, il y a eu une petite révolution sociale ici, semblable à celle de la Commune de Paris du XIXe siècle. Ma mère travaille dans une mine, mes grands-parents ont travaillé dans les mines et mes arrière-grands-pères aussi. Il y a de nombreux syndicats et une grande tradition ouvrière. Peut-être que c’est pour cela que je n’aime pas les super-héros…

BDE : Pouvez-vous nous raconter la naissance de votre scénario ?
AZ :
Je voulais simplement raconter une histoire, mais sans recourir à de vieux héros belliqueux. Bertenev est un homme fragile, sensible, qui n’est pas maître de son destin, et qui va se retrouver entraîné par les événements. Contrairement à d’autres histoires où c’est le protagoniste qui dicte le rythme de la narration à travers ses actes et ses exploits, Bertenev souffre et profite de chaque moment avec la conscience qu’il n’est qu’un tout petit point dans le monde. Ce qui fait, bien sûr, que lui aussi a du mérite.

BDE : Revues clandestines, Shakespeare, Shelley : on dirait que vous vous êtes inspiré directement de la littérature. Quelles ont été vos influences dans la littérature comme dans la BD ?
AZ :
Je ne suis pas un intello. Je lis un peu de tout, j’essaye de me faire une opinion à travers différents points de vue. Quand j’ai créé le scénario de Bertenev, j’étais en train de lire Anna Karenine de Tolstoï, et j’ai été fasciné par la Russie bipolaire du XIXe siècle. J’aime aussi Gorki, Victor Hugo, Zola… La littérature sociale m’intéresse beaucoup. Tout comme les livres d’histoire et les romans plus légers. En ce moment, je suis plongé dans Oh Jérusalem de Dominique Lapierre et Larry Collins.
Quant aux bandes-dessinées, j’ai grandi dans un contexte très francophone : Lucky Luke, Tintin, Astérix, Spirou et Fantasio, Blueberry… ce qu’on trouve de plus classique en Espagne. Je ne suis pas un acheteur compulsif de BD. J’apprécie beaucoup le travail de Sfar, de Trondheim, de Blain (je suis un fana de Donjon). J’adore le dernier album de Larcenet. En ce moment, je suis en train d’en lire deux : le dernier album de Marini et Desberg et un album très drôle de l’Espagnol Mauro Entrialgo. J’aime toutes les BD dont l’histoire est bonne, pour moi le dessin passe au deuxième plan. Par contre, les mangas et les super-héros américains, là je ne peux vraiment pas.

BDE : Votre scénario est extrêmement riche: un professeur déserteur, la guerre, l’histoire d’amour et Shakespeare. Comment mélanger tout cela de façon homogène comme vous l’avez fait ?
AZ :
Bertenev était destiné à mourir au front, mais tout d’un coup son destin bascule. Townsend et son histoire d’amour, les classes de soldats, la pièce de théâtre, le Tartare et Golitnichef… ce sont des épreuves sur le chemin de Bertenev, qu’il affronte l’une après l’autre, et dont il se sort plus ou moins honorablement. Une fois arrivé au bout de ses épreuves, il embarque pour l’Europe de l’ouest. Tous ces moments sont très différents entre eux, et certains paraissent absurdes au milieu d’une guerre, mais c’est ce qui rend l’histoire de Bertenev remarquable et magique d’une certaine façon. Et après tout, il n’y a rien de plus absurde qu’une guerre.

BDE : De tous vos personnages, quel est celui qui vous tient le plus à cœur et pourquoi ?
AZ :
Bertenev, évidemment. C’est un homme complexe mais remarquable, et quand j’ai terminé la BD, j’ai fini par me sentir coupable de lui avoir fait affronter de telles épreuves. L’éditeur, Pierre Paquet, m’a dit que pour rien au monde il n’aurait voulu être dans la peau de Bertenev. Mais chacun de nous a son propre destin, c’est comme ça. J’aime beaucoup le capitaine Townsend. Il a ce côté « vieille école militaire », mais si on lui enlève sa bulle campagnarde, ses illusions militaires et son héroïsme victorien, il ne reste plus rien qu’un enfant qui pose des questions sur tout parce qu’il ne sait pas comment mener sa vie.

BDE : Quel est votre héros dans le répertoire de la BD mondiale ?
AZ :
C’est une question difficile. Je vais en dire trois, chacun dans son contexte : j’adore le canard Herbert de Donjon, il est très drôle. J’aime beaucoup Marco aussi, le photographe du Combat ordinaire de Larcenet. Et pour ce qui concerne les bandes-dessinées plus épiques, Blueberry. J’aime son sarcasme. Je déteste les héros musclés, super-intelligents, rapides et politiquement corrects. Ils me paraissent superficiels et sans substance.

BDE : Travaillez-vous à un autre projet en ce moment ?
AZ :
Oui, je travaille en ce moment à un projet qui semble intéresser l’éditeur Pierre Paquet. Il s’agit de Café Budapest. Je suis aussi en train de dessiner pour Paquet une bande-dessinée à laquelle collaborent plusieurs auteurs, sur un scénario du Français Régis Hautière.
Je ne pourrais pas finir cette interview sans remercier Pierre Paquet et la considération qu’il a eue pour moi. C’est ma première BD, et elle a pu être publiée grâce à lui. Il a aussi été très patient avec ma façon de travailler, si différente de celle des Français. Ce truc de rendre la couleur d’un côté, les crayonnés de l’autre, ensuite le texte… Pourquoi les Français sont-ils si compliqués ?

BDE : Merci de nous avoir consacré un peu de votre temps.
AZ :
Merci à vous.

Propos recueillis par Nathalie Sinagra.
Interview réalisée le 28 novembre 2006.

Extraits de l’album


_____


_____


_____


_____


_____

Tags : , ,

3 Commentaires