Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alessandro Crippa et Alfio Buscaglia – Auteurs du Missionnaire

Rencontre avec Alessandro Crippa et Alfio Buscaglia – Auteurs du Missionnaire

Rencontre avec les auteurs italiens du Missionnaire, Alessandro Crippa et Alfio Buscaglia, une série ésotérique se déroulant dans l’Italie des années 30.

Chronique du Tome 1

Retrouvez également quelques extraits à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Après 100 Ames, vous avez fait le choix de travailler à nouveau ensemble et toujours autour du thème du surnaturel. Cette thématique vous est chère ?
Alessandro Crippa :
Depuis toujours, j’aime les films d’horreur, donc pour moi, c’est assez spontané de développer des histoires surnaturelles. Je pense qu’il est important d’étonner le lecteur et de l’entraîner dans le mystère d’une chose qu’il ne connaît pas et qu’il découvrira seulement à la fin. En tant que scénariste ou en tant que lecteur, moi ça me plaît ! De plus, la BD est un média parfait pour développer ces thématiques, car il offre des possibilités illimitées : si tu veux qu’une scène se déroule en Enfer, par exemple, tu n’as pas besoin de construire un décor grandeur nature, ni d’embaucher à des salaires de ministres une équipe de techniciens spécialisés dans les effets spéciaux… Un bon dessinateur peut t’offrir la même émotion avec seulement du papier et un crayon.
Alfio Buscaglia : C’est aussi mon avis. Sincèrement, je ne suis pas vraiment un expert du genre (je n’en serai jamais amateur comme Alex), mais jusqu’à présent, j’admet que c’est le seul thème qui offre une infinité de variables très amusantes à dessiner. Mais je crois aussi que l’habileté réside beaucoup dans l’idée. Alex a été très habile pour m’impliquer de façon à ce que je donne le plus possible libre cours à mon imagination. Il a réussi à toucher des cordes sensibles qui m’ont transmis cette inquiétude nécessaire pour la représenter dans le dessin…

BDE : Alfio, votre style a évolué depuis 100 Ames et vous colorisez vous-même. Est-ce une envie de changer ou est-ce lié à une simple adaptation à l’histoire ?
AB :
Mon style est en perpétuelle évolution, et heureusement qu’il l’est. En réalité, dessiner est pour moi un prétexte pour apprendre de nouvelles techniques de travail, c’est surtout un prétexte pour me connaître. Cette fois, j’ai choisi d’encrer et de coloriser mes dessin, car j’ai eu envie de participer davantage à toutes les phases du travail. Je me suis rendu compte que certaines techniques aident à acquérir la sécurité et la maîtrise dans la manière de dessiner. Naturellement, l’histoire d’Alex, la disponibilité et la patience de l’éditeur m’ont permis de me lâcher, et tant que je serai en rapport avec des personnes aussi disponibles, je suis sûr que j’aurai encore beaucoup à expérimenter…

BDE : Alessandro, l’ésotérisme et la religion sont très présents dans Le Missionnaire. On y retrouve même un début d’histoire proche du film L’Exorciste. Simple coïncidence ou clin d’œil délibéré ?
AC :
Qu’on le veuille ou non, la religion fait partie de notre ADN à nous, les Italiens : le Pape vit à Rome, depuis tout petit à l’école, on nous enseigne le catholicisme, et nous avons presque tous reçus le baptême, la communion et la confirmation… En général, ceci provoque deux réactions différentes : ou on continue à croire, ou on devient athée. Moi, à l’inverse, je me sens un peu au milieu : je ne crois pas à l’Eglise en tant qu’institution, mais je crois en les personnes. Je crois, par exemple, que beaucoup de missionnaires sont des personnes exceptionnelles et ils puisent leur force en Dieu… C’est peut-être pour ça que je ne suis pas complètement athée. Et c’est peut-être aussi pour ça que je me suis un peu arrêté sur les thèmes religieux. Le concept de la Foi me fascine énormément : est-elle innée ? Peut-on l’obtenir ? Peut-on la perdre ? C’est ce que je cherche à développer dans le personnage de Jonah Bellato (le Missionnaire, justement).
En ce qui concerne l’incipit qui ressemble à L’Exorciste, c’est voulu au niveau esthétique mais pas conceptuel. En effet, “l’étrange” petite fille et le prêtre qui l’assiste sont dans l’imaginaire collectif depuis des décennies, et ce grâce au film : c’est une situation type qui fonctionne et frappe. Le “problème” de notre petite fille est l’exact opposé : elle n’est possédée par aucun démon, mais elle croit être en contact avec un ange.

BDE : Que nous réserve le prochain tome ? Et de votre côté, avez-vous d’autres projets en commun ?
AC :
Le tome 2 concluera le premier cycle du Missionnaire et, au final, on saura exactement ce qui se cache derrière toutes ces mystérieuses guérisons : miracle ou réalité ? Mais pour connaître toute la vérité, il faudra lire jusqu’à la dernière page… Le tome 3, qui débutera le second cycle, est aussi en prévision. A ce jour, Alfio et moi n’avons pas d’autres projets ensemble. Pour l’instant, on se concentre sur Le Missionnaire, et après on verra…
AB : C’est toujours un plaisir de travailler avec Alex. On se connaît depuis longtemps et vu comme ces deux projets sont nés, je ne serais pas étonné qu’il en vienne d’autres. Pour le moment, on se concentre sur ce projet, mais on attend l’idée juste qui nous permettra de conserver cette entente.

Propos recueillis par Anthony Roux
Interview réalisée le 11 août 2007.

Pour les amateurs d’italien, retrouvez cette interview en VO sur notre forum.

Extraits du Missionnaire T1

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*