Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec David Chauvel et Fred Simon – Auteurs de L’Ile au Trésor

Rencontre avec David Chauvel et Fred Simon – Auteurs de L’Ile au Trésor

« Nous passâmes la nuit tout entière à préparer le départ. J’eus deux fois plus de travail qu’à l’auberge, et j’étais mort de fatigue quand, un peu avant l’aube, le maître d’équipage donna un coup de sifflet. Bientôt l’ancre fut levée, les voiles se gonflèrent et la terre et le navire s’éloignèrent l’un de l’autre. Et avant que j’eusse le temps de m’étendre pour faire un somme, l’Hispaniola avait commencé son voyage vers l’île au trésor. »

Suite des interviews consacrées aux auteurs de la collection Ex-Libris. Aujourd’hui, David Chauvel et Fred Simon nous parlent de l’adaptation du plus connu des récits de pirates, L’Ile au Trésor. A leurs côtés, remontez la trace de Long John Silver jusqu’aux origines du projet…

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits et un crayonné du tome 1 à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! La première question me semble inévitable : adapter L’Ile au Trésor était-il un choix de longue date ou une proposition que vous n’avez pas pu refuser ?

David Chauvel : La première, mon Capitaine ! L’Ile au Trésor fait partie des quelques romans qui ont fortement marqué mon enfance (j’avais eu très peur). Tout comme Tolkien, Stevenson est assez sobre dans son écriture, et laisse donc une forte part à l’imaginaire enfantin.
Fred Simon : Dès que David m’a parlé de ce projet, j’ai été emballé, j’ai tout de suite relu le roman dont je me souvenais vaguement et je n’ai pas été déçu ! En plus, l’idée de décortiquer un grand classique pour l’adapter en BD me plaisait beaucoup.

BDE : Comme il est précisé sur l’album, le roman est l’archétype du récit de pirates. Est-ce un registre qui vous a toujours fait rêver ?
DC : Non, et d’ailleurs, je ne pense pas en écrire un jour. C’est un sujet sur lequel j’ai très peu de culture. Il s’agissait, vraiment, de rester fidèle au roman. J’ai essayé de proposer l’adaptation que j’aurais voulu lire enfant.
FS : Moi j’aime beaucoup les films de genre du cinéma américain des années 50 : les polars, les westerns, et donc aussi les films de pirates.

BDE : Ce roman est souvent lu très jeune. Avez-vous travaillé sur ce projet avec votre âme d’enfant ou plutôt avec un regard d’adulte ?

DC : Exclusivement avec un regard d’enfant. A l’origine, c’était un livre prévu pour la collection jeunesse de Delcourt. Nous avions donc eu à cœur de nous placer à hauteur d’un regard d’enfant, exactement de la façon dont il a été écrit. Ensuite, après l’apparition d’Ex-Libris, il a semblé logique que ce titre rejoigne la collection, d’autant que le dessin de Fred, au final, en faisait un livre autant « tout public » que spécifiquement « jeunesse ».
FS : Avec un regard de dessinateur, je l’ai relu en pensant aux dessins que j’aurai à faire, aux scènes plus ou moins difficiles à découper, aux problèmes qui m’attendaient et bien sûr aux personnages ! Quelle tête leur donner ?!

BDE : Le trait clair et les couleurs lumineuses semblent en effet indiquer un album tous publics. Qu’est-ce que chacun pourra y trouver selon son âge et ses goûts ?
FS : De l’aventure ! Pour les jeunes qui découvriront peut-être le livre grâce à la BD et pour les moins jeunes qui le connaissent déjà et retrouveront l’histoire et de vieilles connaissances.
DC : Chacun y trouvera le premiers tiers du roman de Stevenson adapté en bande dessinée par nos soins, de la manière la plus fidèle possible…

BDE : Hormis l’œuvre originale, quelles ont été vos références pour recréer cet univers, notamment au plan visuel ? Des films anciens ?

DC : Je laisse le soin à Fred de répondre à cette question. Moi, je n’ai travaillé que sur le roman.
FS : J’ai utilisé deux adaptations de L’Ile au Trésor au cinéma : celle de Victor Fleming et une autre de Byron Haskin, mais aussi tout ce que je pouvais trouver sur cette époque pour découvrir des idées de costume ou de mobilier, etc.

BDE : Les maisons et les bateaux sont magnifiques de réalisme. Etait-ce un défi ou un plaisir de les concevoir et de les dessiner ?
FS : C’est un peu un défi au départ… C’était la même chose pour les voitures dans Le Poisson-Clown, mais aussi un plaisir de dessinateur de s’attaquer à des choses nouvelles.

BDE : Le rythme a-t-il été aisé à trouver pour adapter le roman à des BD de 46 pages ?

FS : C’est une question pour David !
DC : J’ai fait un découpage succinct de l’ensemble du roman et j’ai dû me retrouver avec environ 150, 160 pages. Le ramener à trois fois 46 pages a donc été assez facile, oui, même si ce genre de travail ne va pas sans entraîner de grandes frustrations. Dans l’absolu, on aurait toujours envie d’avoir plus de place pour telle ou telle scène. Mais c’est un exercice et il faut le prendre comme tel.

BDE : Votre association vous a-t-elle semblée dès le départ faite pour un tel ouvrage ?
FS : En fait, nous sommes un peu tout-terrain, nous travaillons ensemble depuis un moment et nous avons fait des choses très différentes à chaque fois : une série d’anticipation rétro-futuriste pour commencer, un polar, une série jeunesse, et maintenant une adaptation. Et je trouve que ça fonctionne bien, en tout cas entre nous ! Pour ce qui est du résultat, à chacun de se faire son opinion.
DC : Notre association est faite pour tous les ouvrages, quels qu’ils soient. Qu’ils y viennent et ils trouveront à qui parler !!!

BDE : Retravaillerez-vous ensemble sur une autre adaptation ? Ou dans un autre registre ?
DC : Fred et moi nous travaillons ensemble depuis bientôt 20 ans, je ne vois pas pourquoi ça s’arrêterait. Il prépare en ce moment un projet en solo, et j’en suis le premier ravi, mais j’espère bien que nous nous retrouverons bientôt…
FS : J’ai envie de faire une autre adaptation, mais tout seul, comme un grand ! Et pour la suite nous verrons, nous avons encore quelques envies communes !

BDE : Y a-t-il un roman qui vous ferait rêver et qui vous semble inadaptable ?
FS : Difficile de répondre à cette question… Je pense aux romans de Jim Harrison, il se passe tellement de choses sur une page !
DC : Le Seigneur des Anneaux, parce qu’un gros con a eu la malheureuse idée de le faire au cinéma…

BDE : Merci beaucoup à vous deux.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 8 novembre 2007.

Extraits + crayonné et encrage du Tome 1

© Guy Delcourt Productions/Chauvel/Simon
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*