Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Daredevil : Father (Quesada, Isanove) – Panini Comics – 21,50€

Daredevil : Father (Quesada, Isanove) – Panini Comics – 21,50€

Parution : 03/2007

Daredevil s’est auto-proclamé roi d’Hell’s Kitchen et n’a de cesse depuis de débarrasser le quartier de son enfance de tous les criminels petits ou grands et ce par tous les moyens. Une politique qui si elle porte ses fruits commence à lui être reprochée car la délinquance, si elle disparaît chez lui, se répercute dans les rues avoisinantes, sans qu’il daigne intervenir ! Les affaires du cabinet d’avocat de l’alter-ego de notre tête à cornes, Matt Murdock, ne subissent pas de contrecoups puisque des anciens habitants de « la Cuisine du Diable » viennent frapper à sa porte ; entre autres Maggie Farrell, qui a développé un cancer après des années d’activités dans une centrale électrique. De nouveau groupes de super-héros tels que les Santerians émergent et ses benjamins doivent faire face à un tueur en série qui écume la ville de New York. Johnny Sockets prélève les orbites de ses victimes !
Par le passé, Joe Quesada avait déjà relancé le personnage de Daredevil avec l’aide de Kevin Smith (ses épisodes ont fait l’objet d’une réédition récemment chez Panini Comics, Sous l’aile du Diable). Devenu rédacteur en chef chez Marvel, Quesada n’a pas eu véritablement l’occasion de se replonger dans l’univers de l’homme sans peur. Pour preuve, Father, cette mini-série réalisée sur plusieurs années et rassemblée dans la collection Marvel Graphics Novels. L’artiste signe cette fois le scénario et les illustrations, Danny Miki (Spawn) étant à l’encrage et le français Richard Isanove (Le Pistolero) aux couleurs. Le résultat est tout simplement au-delà de toutes les espérances ! Quesada arrive encore à nous époustoufler en égratignant savamment DD, qui outre de casser définitivement l’image de son père Battling Murdock, va tirer une leçon bien amère de son comportement de justicier parfois excessif. C’est d’une maîtrise totale en ce qui concerne l’histoire, le récit s’inclut parfaitement dans l’évolution du personnage. Seul bémol à ce chef d’œuvre, son format qui s’explique sans doute plus par une volonté de sensationnalisme que par celle de mettre en avant le travail artistique qui s’en trouve affecté au final.
Pas de super-vilains, juste les ruelles sombres, l’ambiance urbaine et glauque qui nous plait tant chez Daredevil. Une pièce de collection qui ravira les fans de l’homme en collant !

Ludovic Grignion

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*