Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Laurent Libessart – Dessinateur de Moréa

Rencontre avec Laurent Libessart – Dessinateur de Moréa

« Cela fait trop longtemps que je me bats contre les Anges pour croire qu’une paix est possible. Mais j’ai vu assez de générations d’humains s’entretuer pour des querelles dont tout le monde avait oublié l’origine pour ne pas vouloir me comporter comme eux. Il faut accepter que les jeunes changent le monde qu’on a toujours connu pour bâtir le leur… »

Prévu et attendu, le retour de Moréa entre de nouvelles mains est enfin arrivé. Nouveau venu sur la série, Laurent Libessart a entamé un nouveau cycle des aventures de la belle immortelle. Invité au festival Quai des Bulles, il nous a raconté ses débuts sur l’album, sa façon de travailler au quotidien et ses recherches… anatomiques.

Chronique du Tome 6

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Pour t’accueillir sur la série, les scénaristes t’ont fait passer une sorte de bizutage. Peux-tu nous en parler ?
Laurent Libessart : Oui, il s’agit en fait des premières pages. Elles ont servi de test pour voir si je pouvais reprendre la série. Je ne sais pas si d’autres dessinateurs y ont eu droit, je n’ai pas vu d’autres travaux, mais ça s’est passé juste après que j’ai fini Sphères avec Serge Perrotin au scénario. J’ai donc enchainé directement avec cet album. Pour voir si je tenais la difficulté, et pas seulement les scènes d’action, on m’a fait faire plusieurs pages de foules, avec une multitude de personnages à reprendre case après case dans des décors réalistes réels. Comme je sors de deux albums sur les Celtes en 230 avant Jésus-Christ avec de grandes scènes de batailles, j’ai pris l’habitude de gérer les scènes compliquées !

BDE : Est-ce que ça a été le passage le plus compliqué de tout l’album ?
LL : Non, mais le plus éprouvant peut-être. Après il y avait pas mal de scènes dans Paris qui avaient besoin d’être documentées aussi, mais ça allait encore. Les scénaristes m’ont amené à être moins précis que sur mes BD historiques, parce que j’en étais à vérifier la taille des bâtiments, si ça collait avec l’action et tout, alors que pour une BD futuriste on ne va pas voir ce genre de détails. Ce n’est pas le même sujet que la BD archéologique.

BDE : Les scènes de nu étaient-elles aussi un bizutage ?
LL : Non ! (rires) Les scènes de nu sont la constante de Moréa, elle finit toujours nue à un moment donné dans un album. Le jeu est de savoir quand et pourquoi. Il y a eu de la recherche parce que Thierry Labrosse, le dessinateur précédent, était très bon dans ce que j’appelle toujours la « pesanteur mammaire ». Il sait faire le « sans silicone », ce qui n’est vraiment pas facile. Si on se laisse aller, ça devient vite très rigide. Il a fallu que je me documente pas mal… (rires)

BDE : Ça devait être contraignant de chercher sur internet ! (rires)
LL : Mais justement c’est difficile à trouver ! On tombe vite dans tous les sites graveleux qui n’amènent rien et du coup il faut beaucoup écumer. J’ai quand même trouvé sur DeviantArt pas mal de photographes de nu, et là j’ai trouvé ce qui m’intéressait.
Sur certaines scènes, c’était le plus compliqué. Quand Moréa court nue, sa poitrine n’a pas été simple à dessiner. Après avoir réussi ma recherche de documentation, en ayant une photo de fille à forte capacité pulmonaire en train de courir, on se rend compte que ce n’est pas très joli finalement en arrêt sur image, avec des ondulations. Il a fallu faire une moyenne entre l’esthétique et le réaliste. Après avoir fini cette scène, ironie du sort, j’ai découvert le film Le Sens de la Vie, des Monty Python. Un des gars, à la fin, choisit sa mort et décide d’être précipité d’une falaise par une troupe de filles seins nus, en rollers je crois. Et là elles courent toutes… Mais la scène était déjà finie de dessiner, c’était trop tard.

BDE : Ce sont de dures recherches en solitaire ou tout se passe en studio ?
LL : Je travaille en atelier mais je n’ai pas trouvé dans le Nord de studio d’auteurs de BD. On s’est donc mis en association – ça s’appelle Les Granules – à neuf personnes avec des peintres, des calligraphes, des céramistes, des photographes, etc. Ce sont des gens très différents, mais je n’ai pas l’ambiance que je cherchais au départ, comme quand je suis passé parfois pour des courts séjours au Gottferdom Studio à Aix-en-Provence, où l’ambiance de travail est formidable. C’est dans ce milieu que je suis le plus productif, j’ai même rattrapé des scénaristes, ce qui ne m’était jamais arrivé ! A Lille, ce n’est pas ça mais c’est aussi plus riche. Le calligraphe fait aussi des sports de combat, donc toutes les prises dans Moréa sont corrigées par lui. C’est une ambiance de boulot sympa. Car bosser chez moi, je ne saurais pas. Bizarrement, je trouve peu d’auteurs qui seraient motivés pour travailler en atelier, soit parce qu’ils préfèrent s’occuper de leurs enfants, soit parce qu’ils préfèrent une ambiance plus monacale. Moi, j’ai besoin de gens autour de moi pour créer une synergie de travail. J’ai presque une nostalgie de l’époque étudiante, de la salle de classe. C’est cette énergie-là que je recherche.

BDE : Le rythme a-t-il été soutenu pour sortir l’album ?
LL : Il y a eu des temps morts, entre les premières pages d’essai, le bouclage de Sphères et la fin de cet album qui a été assez rapide. Bizarrement ça été long entre le moment où j’ai fini et la parution, parce qu’il y a eu des ajustements au niveau de la couleur. Quelqu’un était à l’essai mais ça n’a pas marché, on a pris ensuite un nouveau coloriste qui habitait à dix minutes de chez moi. Il y a donc eu une période de flottement, heureusement que Sébastien Lamirand est impressionnant. C’est le type de série qu’il maitrise bien, il comprend précisément ce que je lui demande, il suffit que je lui donne juste les grandes lignes de la scène et il sait trouver l’ambiance colorée qui va aller. En plus, il va très vite. J’aimerais beaucoup le voir bosser car je fait parfois les couleurs moi-même sur des affiches et je voudrais aller aussi vite ! C’est d’autant plus intéressant d’avoir un bon coloriste que j’ai un style – je ne dirais pas « épuré » – mais sans beaucoup de texture et d’éléments d’ombres. J’ai donc des idées précises des lumières et des ambiances quand je fais le dessin. Il faut alors que je laisse des indications, soit dessinées vite fait soit annotées. L’idéal serait de faire la couleur comme d’autres auteurs qui peuvent tout maitriser et faire le dessin en fonction, mais je passe beaucoup trop de temps à la mise en couleur. L’album mettrait six mois à un an de plus à sortir, ce n’est pas intéressant professionnellement parlant. Sur mes BD historiques, j’avais aussi une coloriste très efficace.

BDE : Rendre Paris futuriste par quelques détails, comment était-ce ?
LL : C’était le plus simple. Rendre l’ambiance de Paris a été plus compliqué, la course-poursuite en bagnoles du début surtout. C’était quasiment la moitié du temps de travail de l’album. Pareil pour le passage au Centre Beaubourg. Je ne trouvais pas de bonne image du toit, j’avais profité d’une visite à Paris pour y aller et comprendre comment ce tas de tuyaux est organisé, ce qui n’est pas simple du tout ! (rires) Le Sacré-Cœur a été amusant à faire. Transformer ce monument de la rédemption chrétienne en lieu de perdition, c’est une idée des scénaristes ! Moi j’ai rajouté quelques détails, comme la Folle du Sacré-Cœur qui est un clin d’œil à une BD de Moebius. Dominique Latil et Christophe Arleston sont assez souples, ils sont ouverts à toute proposition. J’adore Jeeves, qui est un personnage de roman existant, on a justement pu faire directement référence à un extrait d’un roman quand il soigne la gueule de bois avec une boisson de son cru.

BDE : Connaissais-tu bien la série avant ta reprise ?
LL : J’en avais lu plusieurs tomes, que j’ai redécouverts quand on m’a proposé de le faire. Si on m’a contacté, c’est parce que je reste dans la même famille de style. Il ne s’agissait pas de reprendre le style exact de Thierry Labrosse, mais surtout de garder la ressemblance des personnages. J’ai abordé ça comme du comics, où chacun peut adapter un personnage à sa sauce tout en restant fidèle aux canons et aux codes du titre. C’est une série de SF, elle ne repose pas fondamentalement sur un style précis. Adapter le dessin en fonction du scénario, c’est quelque chose que je fais souvent. Je ne dessine pas de la même manière pour mes albums historiques. J’ai même fait un album d’humour sur le catch (NDR : Catch Family, sous le pseudo Trass’Bill) qui est très différent. C’est aussi un plaisir de changer de style selon chaque univers.

BDE : Si l’album a mis du temps à paraître, est-ce que cela a permis d’avancer sur la suite ou est-ce en attente ?
LL : C’était en attente de mon côté car j’ai du finir un album sur les Celtes justement. Il s’agissait du Tome 2, mais j’ai maintenant laissé la place à une autre dessinatrice, ce qui me laissera les coudées franches sur Moréa. Tout est reparti pour le tome suivant, on va essayer de caler le coloriste un peu plus tôt pour avoir moins de délai entre la fin de l’album et la publication.

BDE : N’as-tu pas de regrets de laisser tes autres projets ?
LL : Non, pas vraiment. Et puis intercaler des projets me permet de revenir frais. Comme l’action du Tome 7 n’est pas directement après celle du précédent, je n’ai pas abandonné le personnage en plein milieu d’une scène. Si je devais même enchainer cinq albums du même genre, ça m’userait très vite. J’aime varier, même pour une brochure sur du vélo, une affiche, etc. Il y a quelques temps, j’ai dessiné trois petites chauve-souris pour un manuel ornithologique, ça m’a permis de changer un peu d’air.

BDE : Un album d’humour, ça reste possible pour toi de temps en temps ?
LL : De temps en temps, oui. Celui-ci, je devais le faire il y a un ou deux ans en dilettante, le soir, et ça ne s’est pas du tout passé comme on avait prévu. Le scénariste faisait un album sur Raymond Domenech qu’il fallait absolument sortir avant la Coupe du Monde et, au lieu de faire une planche de temps en temps pendant neuf mois, on a du tout faire en trois mois ! J’ai donc passé mon été dessus, c’était devenu du plein-temps. En plus, la coloriste était enceinte et a fini les planches deux jours avant d’accoucher. C’était folklorique, son bébé est même dans les remerciements de l’album !
C’était amusant à faire mais, éditorialement parlant, ce n’est pas toujours facile à gérer. Ce sont des albums prévus pour se vendre tout seul en magasin. Mais le thème du catch est pas mal exploité déjà, et j’ai eu de très bons retours de lecteurs, mais seulement de ceux qui ne sont pas fans de catch ! On n’a donc pas touché le public visé. Pourtant j’aimais bien cet album car ce n’était pas sur les combats où les mecs s’en mettent plein la tête avec une mention « attention les enfants, ne faites pas ça à la maison ». J’aimais bien l’approche du scénariste, qui montrait un gamin avec sa mère catcheuse qui l’empêche d’en faire en-dehors du ring et son oncle, une grande star un peu bête qui n’a pas compris qu’il ne fallait pas taper, qui est adoré par le public mais qui est détesté par tous les autres catcheurs. J’ai vraiment aimé bosser dessus, aussi parce que c’est court. Je ne sais pas si ça m’amuserait d’en faire une série. Mais c’est le genre de projet sur lequel je peux étaler le travail. Car pour une BD comme Moréa, je dois passer ma journée sur une planche. C’est un rythme différent.

BDE : Où en est le Tome 7 ?
LL : Il est déjà totalement scénarisé, j’ai encré plusieurs pages et la première séquence est crayonnée. Je ne sais pas si il y a un nombre prévu d’albums pour le cycle en cours mais, comme les cinq premiers volumes ont été réédités dans un nouveau format et avec de nouvelles couvertures, je pense que ce ne sera pas juste deux ou trois. Dans l’idéal, je pense que les scénaristes doivent en viser cinq. Leur nouvel arc est en tout cas bien défini et la série elle-même va changer un peu de tonalité. Ce sera un peu plus noir et axé sur les problèmes des personnages autour de ce concept d’immortalité qui n’est pas toujours évident à gérer. Il y aura même de nouveaux personnages qui vont durer plus qu’un tome, contrairement à la méchante de cet album qui ne dépasse pas la 44ème page.

BDE : Merci beaucoup pour cet entretien !
LL : Merci à vous deux !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 28 octobre 2011.

Premières pages du Tome 6

© MC Productions/Arleston/Latil/Libessart
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*